Annuler

Métier : Moniteur·rice d'équitation

Devenir Moniteur·rice d'équitation (formation, salaire...)

16 juin

Le·a moniteur·rice équestre conçoit, mène et évalue des leçons d'équitation, les « reprises » dans le jargon équestre.

Moniteur·rice d'équitation

Définition générale :

Le·a moniteur·rice équestre conçoit, mène et évalue des leçons d'équitation, les « reprises » dans le jargon équestre. Si son activité principale est d'enseigner, il ou elle doit aussi assumer de nombreuses autres tâches et met sa pédagogie et sa polyvalence au service d'un métier exigeant.

Compétences :

- Expliquer clairement les choses,
- Cavalier·ière accompli·e,
- Être ferme quand il le faut avec les chevaux et les cavalier·ière·s.

Activités :

- Dispenser l'enseignement de base (mise en confiance, mise en selle),
- Acheminer les élèves vers la maîtrise de l'équitation sportive élémentaire,
- Enseigner l'équitation aux personnes inscrites dans le club par le biais de reprises (leçon dans une structure : manège ou carrière), concours, balades...

Qualités :

- Passionné,
- Pédagogue.

Formation :

Il faut avoir au moins 18 ans, le niveau de classe de 1re, et le galop 7. Formation de 2 ans. Plusieurs filières. En premier lieu, examen de formation commune à tous les moniteur·rice·s sportif·ive·s, puis examen spécial pour les moniteur·rice·s d'équitation. Ensuite, stage d'au moins 300 heures dans un club. Possibilité d'être à la fois aide-moniteur dans un club et en cours de formation. Une fois l'examen réussi, obtention du diplôme national d'État de la jeunesse, de l'éducation populaire et du sport (DEJEPS). ATTENTION!! : La formation en centre équestre est payante.

Salaire :

Variable selon les clubs ; le·a moniteur·rice d'équitation est considéré·e comme un agent de maîtrise. Il n'y a pas de progression de salaire importante.

Moniteur·rice d'équitation