Vous recherchez...

Interview : Agent de voyages (bis)

Agent de voyages (bis)

Estelle Vandoorine (23 ans)

Société: Aquatour

Quel a été votre parcours jusqu'à aujourd'hui ?

J'ai d'abord passé un baccalauréat littéraire puis j'ai fait une année de fac. Mais c'était une mauvaise orientation, donc je me suis orientée par la suite vers un BTS vente et production touristique au lycée Gaston Berger à Lille. Après le diplôme, j'ai travaillé six mois sur une plateforme téléphonique Air France. Ensuite, à la naissance de ma fille, j'ai mis le travail entre parenthèses. J'ai recommencé à travailler pour une banque, en intérim, jusqu'à ce que je trouve un poste d'agent de voyages chez Aquatour.

Comment est née l'envie de travailler dans le domaine touristique ?

Au départ, je voulais être journaliste. Mais ma vision du métier relevait plutôt de l'utopie. Quand je me suis réorientée, j'ai essayé de mettre l'accent sur ce que j'aimais faire. Comme j'aime beaucoup voyager, je me suis dit « pourquoi pas le tourisme ? ». J'ai trouvé le BTS et je ne me suis pas trompée.

A quoi ressemble le travail d'un agent de voyage ?

On est là pour conseiller, renseigner et vendre. On s'occupe à la fois de l'été, de l'hiver et des périodes hors saison. Nous sommes également amenés à gérer les litiges quand il y en a. Parfois, on fait des voyages d'études qui servent avant tout à bien connaître les produits que l'on vend. En avril, par exemple, je suis allée en Turquie. C'était intensif, on a visité une vingtaine d'hôtels en cinq jours.

Quelles ont été vos expériences du terrain durant vos études ?

J'ai eu l'occasion de faire trois stages en deux ans. D'abord dans la vente, ensuite dans une agence qui faisait du montage de produits et enfin dans un service clients. Dans mon emploi actuel, c'est le premier qui me sert le plus.
Malgré tout, je pense que l'on n'a jamais assez de stages. Quand on sort des études, on ne peut pas tout savoir. La formation est bonne, mais c'est assez particulier parce que la vente relève avant tout d'une manière de faire qu'on a ou qu'on n'a pas.

D'après vous, quelles sont les qualités essentielles pour exercer ce métier ?

Il faut être à l'écoute des clients. Parfois, ils ont des exigences particulières auxquelles il faut savoir répondre. La curiosité est également très importante pour être un bon agent de voyage. On doit avoir envie découvrir et s'intéresser aux destinations. Par exemple, il faut pouvoir dire à un client « N'y allez pas, c'est la période des cyclones » ; ça relève aussi du bon sens quand certaines personnes veulent partir en Egypte, en août, avec un bébé de deux mois… Globalement, il faut un bon sens relationnel. C'est important, notamment quand on doit gérer des clients qui ont eu des soucis durant leur séjour.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui pensent se tourner vers cette profession ?

D'être persévérants. Parce que trouver du travail dans ce domaine, ce n'est pas très facile ; il y a peu de places pour les débutants. C'est aussi une question de chance, de tomber au moment où une agence recherche quelqu'un. C'est pour cela qu'il ne faut pas relâcher ses efforts.
M.I21.07.08

Voir aussi

Offres d'emploi

Offres de formation

Offres de stage