Vous recherchez...

Interview : Responsable communication en édition presse

Responsable communication en édition presse

Pouvez-vous nous présenter votre magazine?

Les trois fondateurs d'une asso, née au début des années 90 lors d'une manifestation à l'Aéronef, se sont rendu compte qu'il n'existait pas de support sur l'art contemporain dans la région. Ils ont alors eu l'idée de lancer un bulletin bimestriel format A3, évoluant ensuite vers un format journal et enfin une version mag en 1997. Le ddo s'est ouvert à d'autres disciplines : spectacles vivants, musique, multimédia, cinéma… En 1999, on a décidé de séparer la partie « agenda » pour en faire une publication à part, désormais en petit format. La partie « magazine » a été suspendue il y a 2 ans (mais pas définitivement abandonnée). L'agenda a pris de l'ampleur et est aujourd'hui tiré à 70 000 exemplaires. Gratuit, diffusé sur l'eurorégion Nord, on peut aussi le trouver sur quelques points nationaux, notamment à Paris.

Quel en est son lectorat?

Notre lecteur-type est plutôt jeune, curieux, mobile, urbain et amateur de culture et de loisirs. ddo possède par ailleurs environ 700 abonnés.

Quel est votre parcours étudiant et professionnel avant d'arriver à DDO ?

J'ai eu un Bac Philosophie et Arts. J'ai ensuite obtenu un Deug Médiation Culture et Communication et un IUP Ingénierie Culturelle, à Lille 3. Un stage m'a permis d'occuper, pendant 2 ans, le poste de responsable promotion/RP à l'Aéronef. Je suis arrivé chez DDO il y a 5 ans, sous la forme d'un contrat emploi-jeune.

Quel est votre rôle au sein de DDO ?

Je suis chargé de la diffusion, de la communication, du développement du magazine. C'est un poste multi-tâches : cela va du tri d'informations au repérage et aux propositions de sujets, à la vente d'espace publicitaires, la gestion de la diffusion, le développement de partenariats ou encore la préparation des réunions de rédaction…

Un conseil à donner aux étudiants qui voudraient suivre ta trace ?

L'essentiel est de savoir s'adapter à la structure dans laquelle on est amené à travailler : bien l'apprécier, comprendre ses objectifs, ses tenants et aboutissants. Avoir le contact facile, être curieux, disponible, ouvert d'esprit sont des qualités indispensables pour réussir dans le métier. Il est important de savoir se remettre en question car on effectue souvent des tâches qui dépassent nos compétences. Dans le milieu culturel, le salaire n'est pas la motivation première, mais on y gagne en cadre de vie et de travail. Le responsable de la communication de l'Opéra de Lille, par exemple, est peut-être mieux loti, mais est-il pour autant mieux épanoui ?…

Un mot sur Lille 2004 ?

Nous avons un partenariat mesuré avec Lille 2004. Je rencontre deux fois par mois leurs responsables. Ils nous présentent leurs rendez-vous et on en retient et soutient quelques uns, suivant des critères subjectifs qui relèvent du choix de la rédaction.

Où vous voyez-vous dans 10 ans ?

Je n'ai pas de plan de carrière. Dans le milieu asso vraisemblablement, surtout dans la culture mais aussi dans l'humanitaire ou le social. Le développement durable m'intéresse particulièrement. Il faut avant tout éviter la routine qui peut survenir dans notre milieu.
M.T.

Offres d'emploi

Offres de formation

Offres de stage