Interview : Chargée d'affaires valorisation de la recherche et incubation

Chargée d'affaires valorisation de la recherche et incubation

Un goût prononcé pour la science, la recherche et l’innovation. Le sens du relationnel. Voilà les ingrédients qui ont mené Marion à son poste de chargée d’affaires valorisation de la recherche et incubation à Eurasanté ! Elle répond à nos questions sur son métier.

Quel est votre parcours professionnel ?

Dans un premier temps, je souhaitais m’orienter vers le journalisme scientifique. J’avais donc commencé par une Licence de Biologie option Chimie à Metz, dans le but de rejoindre ensuite une école de journalisme. Mais la chimie et la découverte de la recherche m’ont beaucoup plu et j’ai décidé de poursuivre jusqu’en Master. Ce qui m’a permis de partir en stage en Suède : une expérience que j’ai beaucoup aimée !

J’ai ensuite poursuivi sur un Doctorat. J’aimais toujours la recherche, mais les expériences de paillasse en laboratoire m’ennuyaient… Après un post-doctorat à Vancouver, j’ai fait le point. J’avais appris beaucoup de choses, mais les expériences étaient répétitives. Le sujet me passionnait, et les relations avec les partenaires étaient ce qui m’épanouissait le plus. À mon retour en France, je n’avais pas vraiment prévu de repartir sur les bancs de l’école. Mais un contact m’a conseillé la formation Ingénierie des Projets Innovants à Strasbourg. Et je ne regrette pas du tout !

Qu’avez-vous abordé au cours de cette formation ?

Management de projet, financement de l’innovation, business plan, accompagnement… C’était vraiment très complet et j’ai pu trouver un premier poste à Strasbourg, au sein de l’incubateur SEMIA. Puis, je suis revenue en Hauts-de-France et j’ai trouvé une offre qui me correspondait ici à Eurasanté. J’ai commencé par faire un remplacement, puis j’ai été embauchée.

Quelles sont vos missions principales ?

Tout d’abord, concernant la valorisation : je suis au contact des chercheurs. Lors de rencontres, de visites dans les laboratoires, c’est l’occasion de discuter avec eux de leurs recherches, de leurs besoins. Je pars du principe qu’ils ont toujours des travaux à valoriser. Mon rôle est de trouver comment les aider.

Et il y a plusieurs façons de faire. Par exemple, nous pouvons les mettre en contact avec des industriels du réseau, favoriser le montage de projets collaboratifs, mais aussi et surtout, l’une de nos principales missions est de les sensibiliser et les accompagner dans leurs projets de création d’entreprise. À ce moment-là, on épaule le chercheur dans sa démarche, grâce au Bio Incubateur Eurasanté. Les aider dans leur réflexion de modèle économique, à l’élaboration de leur business plan, dans leur recherche de financements, les préparer à la levée de fonds, les mettre en relation avec des membres du réseau, ou autre.

Quel est l’aspect que vous préférez dans votre métier ?

Difficile de choisir ! Je ne me suis jamais sentie aussi bien dans un métier. Mais j’apprécie particulièrement de rencontrer le chercheur, échanger avec lui et voir comment l’aider. Ils sont parfois tellement concentrés sur leurs projets, qu’ils ne voient pas forcément toutes les possibilités qui s’offrent à eux. Ce regard extérieur, le réseau que l’on a à notre disposition, autant de choses qui permettent de penser à des solutions, des mises en contact qui peuvent parfois débloquer des situations. C’est un métier valorisant et au contact de l’innovation : on en apprend tous les jours !

Offres d'emploi

Offres de formation