Vous recherchez...

Interview : Marchande de glace

Nadine Seclerc (45 ans)

Depuis combien de temps vendez-vous des glaces ?

Je vends des glaces depuis plus de dix ans maintenant. Avant, j'étais secrétaire médicale dans un cabinet dentaire. Ce n'est pas vraiment la même chose !

Pourquoi avez-vous décidé de devenir vendeuse de glaces ?

Je l'ai fait parce que mon père après avoir travaillé lui-même comme vendeur de glaces pendant des années, s'était décidé à partir à la retraite. Comme il voulait vendre sa camionnette, je lui ai proposé de reprendre le business. Je n'aurais pas pu concevoir qu'on s'en sépare, ça aurait été un arrache cœur. Mon travail de secrétaire médicale ne me plaisait plus du tout donc finalement cette drôle de reconversion est venue à pic et je dois dire que j'ai fait le bon choix.

En quoi consiste exactement votre profession ? Créez-vous vous-même vos glaces ?

Il y a une partie que je prépare moi-même pour ce qui est des glaces en cornets, pour les boissons fraîches, les glaces emballées, je me fournis chez un grossiste spécialisé.

Comment se passe une journée type lorsqu'on est vendeur de glaces ambulant ?

Et bien lorsque les beaux jours arrivent, je prépare les glaces que j'emporte dans des bacs réfrigérés. Je fais le tour des places et endroits stratégiques du Nord lorsqu'il y a des manifestations ou là où beaucoup de familles viennent se promener. Le week-end est le moment le plus important.

Souffrez-vous de la crise ?

Oui, je trouve qu'il y a moins de clientèle qu'auparavant. Les gens sont obligés de se restreindre sur des petits plaisirs du quotidien même s'ils ne coûtent que 2 ou 3 euros ; c'est un signe. Mais c'est aussi parce que nous n'avons pas encore eu de grosses vagues de chaleur.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

Je dirais que nous dépendons beaucoup de la météo et que ce n'est pas toujours facile de s'adapter. Une mauvaise saison peut s'avérer catastrophique. C'est pour cela qu'il faut avoir une autre activité, en hiver notamment. Pour ma part je vend des produits à base de miel biologique sur les marchés jusqu'au printemps. Ca marche bien mais dès les beaux jours venus, j'ai besoin de retourner dans ma camionnette. Un des grands avantages de ce métier c'est qu'on voit constamment des gens, et qu'on a l'opportunité de parler beaucoup avec eux.

Vous voyez-vous continuer longtemps cette activité ?

Oui, le plus longtemps possible. J'aimerais me lancer dans des glaces un peu plus haut de gamme plus tard, proposer des glaces à base de produits bio peut-être. Mais j'aimerais surtout faire de nouvelles saveurs, plus complexes, et pour cela j'aimerais suivre une formation pour apprendre les techniques.
VB22/06/09

Voir aussi

Offres de formation