Vous recherchez...

Interview : Guide conférencier

Guide conférencier

Guide conférencier (depuis 1986)

Société: Office du tourisme de Lille

Quel a été votre parcours scolaire et professionnel ?

Mon parcours est atypique. Après une licence, une maîtrise et un DEA d'anglais, j'ai commencé par faire de l'enseignement (secondaire et BTS). Lorsque j'étais en BTS Tourisme, j'ai eu l'occasion d'enseigner l'architecture et le patrimoine en anglais, ce qui m'a donné l'idée de faire un mémoire sur Palladio et de préparer une licence d'Histoire de l'Art. Parallèlement, j'ai suivi une formation de guide-interprète, à Lille 3. C'était une formation spécialisée, sur environ 6 mois, centrée sur l'histoire et la géographie locales, l'architecture générale pour apprendre le vocabulaire spécifique, et nous avions aussi des cours de langue. De plus, une partie de la formation s'est faite sur le terrain, à la découverte du patrimoine. À la fin de cette formation, après avoir réussi l'examen écrit et oral, j'ai directement intégré l'Office du tourisme en tant que guide-interprète. Au début je n'y travaillais que le week-end et je continuais à donner mes cours d'anglais la semaine. Puis, avec les aléas économiques, c'est mon activité de guide qui a pris le dessus.

Pourriez-vous décrire cette activité ?

J'accueille des groupes, la plupart du temps à l'Office du tourisme mais il arrive que j'aille les chercher à la gare. Selon les demandes, je fais visiter le Lille ancien, le Lille moderne, la citadelle et même le patrimoine industriel. Il arrive aussi que le circuit s'élargisse à la métropole, vers Roubaix ou Lambersart par exemple, et parfois même jusqu'au bassin minier.

Quels sont les avantages et les inconvénients d'un tel métier ?

Le principal avantage c'est que nous sommes relativement libres. Lorsque j'ai signé mon contrat à l'Office du tourisme, j'ai pu choisir le nombre d'heures que je souhaitais faire dans l'année. Le but est donc de remplir le contrat, c'est-à-dire de faire le nombre d'heures demandées. Tout cela avec une certaine souplesse : en cas d'empêchement, justifié bien sûr, une autre guide fera la visite. En contrepartie, j'accepte de dépanner si besoin est. Tout cela nous donne pas mal de temps libre et c'est plutôt appréciable. En revanche, l'inconvénient majeur c'est la répartition inégale de nos heures de travail. Il y a des pics d'activité à certaines périodes, et à l'inverse nous avons aussi des périodes creuses. De plus, nous sommes appelés à travailler lorsque les autres sont en congés (week-ends, jours fériés, journées du patrimoine, etc.) et nos jours de repos sont donc décalés.

Quels sont les qualités requises pour exercer ?

Je pense qu'avant tout il est indispensable d'avoir le sens de la communication et le goût du contact. Ensuite, il faut avoir une certaine souplesse et savoir s'adapter au client, s'il désire changer l'itinéraire au dernier moment par exemple. C'est un peu stressant au début, mais cela vient avec l'expérience. La patience est également un atout précieux car on a souvent des groupes d'élèves d'âges différents. Enfin, il est important d'avoir une large ouverture d'esprit.

Qu'auriez-vous à dire à des jeunes qui souhaiteraient se lancer dans ce métier ?

C'est un métier pour lequel on se dépense beaucoup physiquement et qui n'est pas très rémunérateur. Beaucoup de guides exercent une autre activité pour pouvoir subvenir à leurs besoins. C'est un métier de passion et il est difficile d'en faire son activité principale. Beaucoup de guides sont également professeurs (de langue, d'histoire, etc). Je pense que c'est un bon compromis mais il faut pouvoir concilier les deux ce qui n'est pas toujours évident au niveau des horaires. Etre guide c'est un véritable engagement.
R. J.

Voir aussi

Offres de formation