Vous recherchez...

Interview : Animatrice en chant prénatal

Animatrice en chant prénatal

Comment êtes-vous devenue animatrice en chant prénatal ?

C'est pendant ma grossesse que j'ai découvert le chant prénatal. Avant mon congé maternité, j'étais commerciale mais ce n'était pas une vocation et je réfléchissais déjà à une éventuelle réorientation professionnelle. J'avais notamment envie de me lancer et d'être à mon compte. Je me rendais chaque semaine aux cours de chant prénatal que proposait ma sage-femme et j'y suis très vite devenue accro ! Je me suis découvert une véritable passion et j'ai décidé de me lancer. J'ai donc suivi une formation en psychophonie et plus particulièrement en chant prénatal.

Pouvez-vous nous en dire plus sur le chant prénatal ?

Le chant prénatal a été créé dans les années 1980 par la chanteuse Marie-Louise Aucher. Elle s'est rendu compte que chaque son vibrait dans une partie différente du corps. Les sons graves vibrent dans le bas du corps ce qui plaît beaucoup aux futures mamans, notamment lors de l'accouchement. Le corps est fait de zones de résonance ; l'idée est donc de s'en servir comme d'un instrument de musique. Les sons graves provoquent des vibrations dans le bassin ce qui permet notamment de libérer de la place pour le bébé.

Pouvez-vous nous parler du déroulement d'un atelier ?

Un atelier dure 1 h 30. Les séances commencent toujours par un éveil corporel. On fait quelques échauffements. On réalise ensuite quelques vocalises et des petits exercices pour apprendre à mieux utiliser son corps. Certains exercices portent par exemple sur la respiration. On apprend des berceuses, des chansons de bienvenue ou qui évoquent la maternité ou d'autres encore dites de balancement. D'ailleurs, j'accompagne ces différents chants au piano.

Qui peut assister à ces ateliers ?

Les femmes enceintes bien sûr mais également les jeunes mamans jusqu'aux trois mois du bébé. On considère en effet que les trois premiers mois constituent le quatrième trimestre de grossesse. Le bébé est encore en parfaite osmose avec sa maman. Les papas sont bien évidemment les bienvenus ! Ils émettent des sons graves qui sont bénéfiques à toute la famille, aussi bien pour eux-mêmes que pour le bébé et la maman. Il ne s'agit absolument pas d'un cours de chant à proprement parler : vous pouvez venir même si vous pensez chanter faux ! Le principal c'est que le bébé entende la voix de sa maman. Le fœtus commence à entendre les sons à partir du cinquième mois de grossesse.

Quelles sont les qualités nécessaires à l'exercice de cette profession ?

Il faut être sensible au monde de la maternité et aimer les bébés. Je tiens à préciser que mon travail ne remplace pas celui de la sage-femme car je n'apporte pas de réponses médicales. Par exemple, on travaille le souffle et non pas la poussée. En revanche, un véritable lien se tisse au sein du groupe. L'atelier est aussi un lieu d'échange entre mamans.

Quels sont les avantages et les inconvénients de ce métier ?

Le métier n'est pas encore connu donc ce n'est pas toujours évident au début. Il faut impérativement faire de la communication si l'on veut se faire connaître. En ce qui concerne les avantages, je suis pleinement épanouie dans mon travail puisque j'ai trouvé ma vocation !

Quelles sont vos perspectives d'avenir ?

Je propose depuis peu un autre atelier, toujours dans la continuité du chant prénatal. Personnellement, j'étais frustrée de devoir arrêter de suivre les cours. C'est pour cela que je souhaite proposer une suite : le chant maman-bébé. Ce n'est pas de l'éveil musical mais un travail autour de la communication entre la mère et son bébé, de la naissance aux 3 ans de l'enfant.

Quelques conseils pour quelqu'un qui aimerait se lancer ?

Il ne faut pas se laisser décourager et s'accrocher. Il faut rester motivé quoiqu'il arrive !
PR18/06/2012

Voir aussi

Offres d'emploi

Offres de formation