Vous recherchez...

Interview : Adjoint chef subdivision DRIRE (stagiaire)

Billet Fabien (22 ans)

Après avoir erré parmi les formations, trop théoriques à son goût, proposées par la fac, Fabien Billet s'est réorienté vers l'école des Mines. Il a donc passé le concours d'entrée pour obtenir rapidement un diplôme professionnel. Son année de formation lui permettra d'obtenir un poste d'adjoint au chef de la subdivision de la DRIRE (Direction Régionale de l'Industrie de la Recherche et de l'Environnement) en septembre 2004.

Pourquoi vous êtes-vous orienté vers les métiers du milieu industriel ?

Car je suis tombé par hasard sur une brochure qui présentait des concours administratifs relatifs à la protection de l'environnement. Je me suis dit pourquoi pas ! De plus, en 2002 c'était un domaine au cœur de l'actualité avec AZF. Mais j'ai voulu en savoir davantage pour ne pas partir à l'aventure. J'ai donc rencontré un technicien de la DRIRE de Lille pour avoir un réel aperçu du métier. C'est à partir de là que je me suis inscrit à l'école des Mines et c'est un choix que je ne regrette pas.

Comment s'est déroulée cette année de formation ?

J'ai eu des cours théoriques relatifs au droit européen, à la géologie, à la chimie analytique et d'autres sur le fonctionnement de l'administration en général, avec une spécialité environnement industriel et carrière.Puis, de mi-novembre à mi-février, j'ai effectué un stage de dix semaines à l'entreprise Hawker située à Arras. Je m'occupais, au sein du service environnement, de réactualiser les modes opératoires et la procédure de la station d'épuration pour répondre aux exigences de la norme iso 14 001 et de la prise en charge de la déclaration trimestrielle des déchets.
Actuellement, j'alterne les périodes de cours et de stage à la DRIRE de Tours. Ce stage est très intéressant car il correspond au poste d'affectation que j'aurai en septembre. Il me permet de prendre contact avec mes futurs collègues, mes boss et mes futures activités et responsabilités professionnelles. Je travaille en ce moment sur la rédaction d'un arrêté préfectoral et d'un rapport CDH (Comité Départemental d'Hygiène).

Qu'est ce qui vous motive à aller chaque jours au bureau ?

Tout d'abord, j'en apprends chaque jour un peu plus sur mon métier. C'est l'application directe de la théorie sur des cas concrets. Ce stage est vraiment enrichissant car il me permet de visualiser clairement mon futur travail et de prendre petit à petit la mesure de mon poste. Mais il me permet aussi de profiter de l'expérience de chacun (techniciens et inspecteurs).

Quels sont les avantages et les inconvénients du métier ?

Je ne vois pratiquement aucun inconvénient si ce n'est un certain investissement personnel à fournir. En revanche, les avantages ne manquent pas ! C'est un métier où l'on ne reste pas statique dans un bureau. Je passe un tiers de mon temps en déplacement pour des visites d'inspection chez les industriels. De plus, en étant fonctionnaire, j'ai la sécurité de l'emploi et la possibilité d'évoluer rapidement. En outre, les résultats de mon travail sont directement visibles sur le terrain. L'impact est concret et direct. Ce travail est donc valorisant. Enfin, c'est un domaine qui me plaît car j'agis directement sur la protection de l'environnement et la sécurité des hommes.

Quelles sont les qualités nécessaires pour exercer votre profession ?

Avoir beaucoup de disponibilité car en cas d'accident il faut à tout moment savoir se déplacer chez l'industriel pour voir les mesures à prendre. Il faut aussi savoir élargir les bases du métier et avoir envie de se rendre utile pour l'environnement et la sécurité des personnes.
Sinon, d'un point de vue relationnel, il faut être à l'écoute, ouvert aux autres notamment aux industriels et aux personnes de l'administration pour être apte à répondre à toute question. Il faut aussi savoir faire passer une bonne image de l'administration pour établir un bon contact avec les industriels.

Avez-vous des conseils pour ceux qui souhaiteraient suivre votre voie ?

Ne pas se laisser abattre par la formation en elle-même car c'est beaucoup d'infos détaillées à retenir en peu de temps. Et n'ayez pas peur de bouger, voire de vous délocaliser pour trouver votre place et évoluer.

Avez-vous déjà mesuré quelques difficultés sur place ?

Oui, concernant la circulation des informations. Les délais ne sont pas toujours évidents à respecter car une communication mal acheminée amène des retards au niveau de la procédure.

Quelles sont vos perspectives d'avenir ?

Je vais devoir rester trois ans à mon poste d'affectation à Tours. Puis, je souhaite évoluer vers un poste de technicien principal pour arriver à un poste de technicien chef.
M.H.K.

Offres d'emploi

Offres de stage