Vous recherchez...

Interview : Programmeur de jeux vidéo

Programmeur de jeux vidéo

Bruno CARREZ (28 ans)

Société: Hydravision (Tourcoing)

Pouvez-vous nous retracer votre parcours scolaire ?

En 1994, j'ai décroché un Bac C (actuellement S). J'ai ensuite intégré l'Institut Catholique d'Arts et Métiers de Lille (ICAM). En cinq ans, j'ai préparé un diplôme d'Ingénieur généraliste orienté Mécanique. J'y ai par ailleurs rencontré certaines personnes qui travaillent aujourd'hui à Hydravision.
Au départ, je voulais intégrer une école d'informatique. Comme il y avait peu de débouché, j'ai joué la sécurité et suis entré en école d'ingénieur. Ayant toujours préféré l'informatique à l'industrie, je me suis formé de façon autodidacte, tout en continuant mes pratiques d'ados.

Avez-vous eu des stages à faire au cours de votre formation ?

J'ai effectué mon stage de fin d'études dans une entreprise d'informatique, "Goto Software", à Hem, pendant six mois. Une fois diplômé, en juin 1999, j'ai été embauché d'abord à temps partiel puis à temps plein. Je m'occupais du minitel et de Netgammon (backgammon sur Internet). J'ai démissionné en juin 2000 pour rejoindre l'équipe d'Hydravision.

Quelle est votre fonction chez Hydravision ?

Je suis programmeur en Recherche et Développement.
Je travaille davantage sur le son et le moteur physique plutôt que sur le jeu lui-même. Le moteur est un outil inclus dans le programme et qui fait partie du jeu. Par exemple, le moteur 3D gère l'affichage et le moteur physique permet de bouger un objet quand on le touche. Concrètement, quand on donne un coup de batte de base-ball dans une vitre, il faut qu'elle casse. C'est là que mes études en mécanique m'ont servi ! J'ai effectué un petit retour en arrière : j'ai ressorti mes cours et je les ai appliqués.
Pour ce qui est du son, j'ai appris sur le tas. Je travaille en binôme avec un compositeur. Mon rôle est de faire en sorte que la musique se lance à un moment précis dans le jeu.

Selon vous, quelles sont les qualités essentielles pour exercer votre métier ?

Ce travail apporte beaucoup, mais il demande aussi pas mal d'investissement personnel. Il y a des moments très durs, car il faut rendre le jeu à temps et régler bon nombre de problèmes. Pour créer un jeu, il faut aussi être capable de se projeter dans le temps. Les défis à relever nous imposent de penser avec deux ans d'avance.

Avez-vous des conseils à donner ?

Il faut être passionné ! L'école ne suffit pas, même s'il faut une formation solide. Il est indispensable d'être autodidacte, de bidouiller dans son coin, d'essayer de programmer soi-même. C'est comme ça qu'on avance.
Accro aux jeux vidéo, ma mère était désespérée en me voyant jouer. Au final, aujourd'hui je gagne ma vie grâce à ma passion.

Jouez-vous toujours autant ?

Paradoxalement, je n'ai jamais aussi peu joué aux jeux vidéo que depuis mon arrivée ici. Et puis, c'est un peu moins drôle : je fais des fixations sur le moindre souci technique, les problèmes de mixage des sons…
AO et SM

Voir aussi

Offres d'emploi

Offres de formation

Offres de stage