Vous recherchez...

Interview : Gestionnaire de patrimoine

Gestionnaire de patrimoine

Christophe Cadart (45 ans)

Société: Bosquiel Patrimoine

Quel est votre parcours scolaire ?

Bac série D, Maîtrise de sciences économique et Master de gestion du patrimoine.

Que vous a appris votre formation ?

J'ai appris une certaine manière de raisonner, une capacité à prendre les bonnes initiatives. Mais c'est vrai que c'est surtout lors des expériences professionnelles que l'on apprend le plus, en cela je trouve que mon parcours manquait de stages pratiques, la tête bien pleine de suffit pas.

Parlez moi de votre parcours professionnelle.

Dans un premier temps, j'ai effectué deux stages de fin d'études de six mois chacun, puis j'ai travaillé pendant un an pour des assurances vie. Par la suite j'ai été conseiller financier durant 5 ans. J'ai été conseiller haut de gamme pendant 1 an à Paris puis j'ai fait 6 ans en tant que conseiller développement en patrimoine. Cela fait 3 ans maintenant que je suis installé en libéral en tant que conseiller en gestion de patrimoine, assurances vie, bourse, transaction immobilière…

Pourquoi avoir choisi de vous installer en libéral ?

J'aime cet esprit d'indépendance, je ne souhaitais plus vivre ce que je vivais en banque avec ces objectifs qui s'enchaînaient constamment, il n'y avait plus véritablement de notion de conseil, ni de soucis des intérêts du client. Maintenant je peux vraiment faire ce qui me plaît, en fonction de mes propres valeurs.

En quoi consiste votre travail ?

Consulter régulièrement les mails, traiter les dossiers et les relances. La moitié du temps est composée de rendez-vous à l'extérieur ou au cabinet, l'autre moitié est d'avantage tournée vers administratif et du suivi de dossier.

Quelles sont les qualités nécessaires à l'exercice de votre profession ?

De l'écoute, un sens des relations humaines, beaucoup d'honnêteté et de bonnes qualités relationnelles.

Y a-t-il des inconvénients dans l'exercice de votre profession ?

La réglementation qui s'intensifie pour la défense du consommateur peut être vue d'une certaine manière comme un inconvénient. Car on nous demande un formalisme qui est toujours plus contraignant et pas toujours justifié. Nous n'avons pas, comme les grosses structures, les moyens informatiques pour régler rapidement cela. Mais même si cela est une contrainte quand on travaille honnêtement, c'est quand même un mal nécessaire, pour en remettre certains dans le « droit chemin ».

Auriez-vous des conseils éventuels à prodiguer un étudiant qui voudrait pratiquer ce métier ?

Avoir un sens commercial et ne pas être trop exigent niveau salarial, car même avec un Bac +5, on peut souvent être payé au SMIC au début, c'est au candidat de montrer ces qualités et d'être ambitieux pour pouvoir revendiquer une meilleure paie.
AT27/09/2010

Voir aussi

Offres de stage