Vous recherchez...

Interview : Etudiante en développement durable, industries et énergies renouvelables

Etudiante en développement durable, industries et énergies renouvelables
Issue d'une filière littéraire et peu intéressée par les sciences, Manon ressentait néanmoins l'envie de travailler dans le secteur de l'environnement. Un moyen pour elle de lier un engagement pour une cause à sa vie professionnelle.

Quel est ton cursus scolaire jusqu'à présent ?

J'ai fait un BAC ES spécialité anglais et classe européenne d'espagnol, puis deux ans de prépa littéraire au lycée Malherbe à Caen. Ce qui m'a permis d'intégrer Sciences Po directement en 2e année.

Combien de temps doit durer ta formation ?

La formation à Sciences Po se fait sur le schéma classique universitaire en 5 années.

Comment peut-on y accéder ?

Il y a beaucoup de moyens différents :
  • Soit passer le concours commun d'entrée en 1re année des 6 IEP de province après le BAC (en demandant Rennes dans la liste des vœux).
  • Soit passer le concours commun d'entrée en 2e année qui ouvrira prochainement : ce qui remplacera la procédure actuelle qui oblige à passer les concours d'entrée individuellement dans chacun des IEP (au choix donc : j'ai passé le concours de Sciences Po Lille par exemple).
  • Dans le cadre de la procédure actuelle, il est possible pour les khâgneux de France dont le lycée est conventionné avec Sciences Po Rennes de se présenter sur dossier de façon à passer le concours d'entrée en 2e année à Rennes en étant exempté des écrits (on passe un oral de motivation, c'est de cette façon que je suis entrée à Sciences Po Rennes).
  • On peut aussi passer le concours d'entrée en 4e année directement, pour lequel il existera bientôt également un concours commun des 6.
Pour ce qui est de l'antenne caennaise : c'est une spécialisation à partir de la 2e année. Si on est admis à Sciences Po Rennes en 1re année, elle s'effectuera alors à Rennes. Au moment du passage en 2e année, on choisit une spécialité (Economie et finance, Service public, Politique et Société, ou D²). Les trois premières se déroulent à Rennes, la dernière à Caen. C'est un début de spécialisation qui mène vers des masters spécifiques, mais les portes ne sont pas fermées !

Comment se présentent tes cours cette année ?

Je fais partie de la première promo de cette filière. Nous avons donc quelque peu « essuyé les plâtres » et ce que nous avons connu va probablement évoluer vers un mieux ! Nos deux semestres ont été assez déséquilibrés (le deuxième a été bien plus lourd). Globalement, nous avions beaucoup de cours en début de semaine, et moins en fin de semaine.
Pour les matières, les trois-quarts sont communes avec les autres 2e année de l'IEP, quelle que soit leur spé. Au premier semestre, on a eu de la macroéconomie, de l'histoire de l'Empire ottoman, du droit des institutions européennes, du droit privé, de l'anglais (LV1 obligatoire et LV2 (espagnol ou allemand)).
Les matières de spécialité du premier semestre étaient : droit public de l'environnement, économie du développement durable, géographie.
Au deuxième semestre, tronc commun : politiques économiques (suite du 1er semestre), politiques publiques, sociologie de l'action publique européenne, histoire des nationalismes en Europe au XIXe, les 2 langues vivantes.
Matières de spé, 2e semestre : géographie, « Gestion des risques, entreprise et environnement », histoire de l'écologie politique, et droit privé de l'environnement.

Pourquoi as-tu choisi cette voie ?

J'ai su dès la troisième que je voulais rentrer à Sciences Po, parce que je n'ai jamais eu de matière de prédilection (hormis celles que je n'aimais pas !! Les sciences…), et j'aime la diversité disciplinaire. Je m'intéresse à des domaines divers, et je suis toujours curieuse d'apprendre des choses dans des domaines que je ne connais pas. Cela me permet ainsi d'avoir un panorama d'ensemble et des bases pour appréhender un peu tout. D'autre part, j'ai toujours trouvé que le parcours Sciences Po est d'une grande richesse, donc par sa pluridisciplinarité (des 2 premières années notamment), par son année à l'étranger obligatoire (je pars à Séville en université l'année prochaine), par ses stages pour certains obligatoires, d'autres fortement conseillés, et enfin par la diversité des masters qui est proposée.
C'est en Terminale que j'ai su que je voulais travailler dans l'Environnement. M. Stéphane Hessel était venu donner une conférence dans mon lycée, il a cherché à nous faire comprendre qu'il est important de s'engager au moins une fois dans sa vie pour une cause qui nous touche. Dans notre société on a tendance à critiquer beaucoup de choses et à laisser faire les autres puis au final devenir indifférent. Cet argument m'a frappée, et j'ai trouvé cet homme intéressant dans sa démarche, et assez attachant je dois dire. En sortant, il était clair dans mon esprit que je voulais associer mes valeurs et ma perception du monde à mon métier autant que possible.
Quand j'ai su que l'antenne allait ouvrir, j'étais très enthousiaste parce qu'elle concilie tout ce que je souhaite faire. Travailler dans l'environnement n'est pas forcément évident au premier abord, puisque ce sont surtout les scientifiques qui sont touchés par ce domaine, ou bien les juristes. Or, ni l'un ni l'autre ne m'attirait plus que ça, en tout cas de manière absolue. Ce qui m'intéresse c'est plus la gestion de projet, donc une approche plus globale (qui touche notamment à ces deux domaines, entre autres).

Est-ce que ta formation inclut un stage ?

Oui, plusieurs même ! En troisième année, il est possible de partir à l'étranger soit en stage long, soit en université. Le stage long doit durer 7 mois minimum. Je pars donc à Séville.
En outre, entre la fin de la 2e année et le début de la 4e, on doit faire un stage obligatoire de 6 semaines minimum (à l'étranger ou en France, au choix). En général les étudiants font 2-3 mois de stage à la suite de leur année à l'étranger dans le pays où ils sont allés. Cela permet de prolonger cette année qui est très riche d'expériences ! Personnellement, j'ai trouvé un stage à Caen que je ferai avant de partir. Pour autant, si j'ai une opportunité l'été 2014, je ferai peut-être un autre stage, qui aura alors le statut de « stage conseillé ». Ensuite, en 4e et 5e année surtout, il y a encore d'autres stages à faire (mais je ne connais pas le détail pour le moment).

Vers quelles professions permet-elle de s'orienter ?

Etant donné que la plaquette des masters n'est pas encore parue (ni même pour nous en interne), je sais simplement que nous serons formés à être gestionnaires de projet dans le domaine des énergies renouvelables. Le but étant de nous garder dans la région. En 4e année, nous aurons une mise à niveau scientifique, et apparemment la filière sera ouverte à des élèves ingénieurs.

Quelle profession voudrais-tu exercer plus tard ?

Gestionnaire de projet ! Cette expression est peut-être un peu vague, mais il s'agit en fait de faire le lien entre divers acteurs (politiques, scientifiques, citoyens, médias, etc.) pour mettre en place des projets. C'est un métier aux compétences variées, et les tâches sont diverses également, d'où le flou qui en découle sur la dénomination.

As-tu des conseils à donner à des gens qui voudraient suivre la même voie que toi ?

Je conseille la prépa littéraire notamment, parce qu'elle donne une formation d'une richesse incroyable, malgré toutes les difficultés et « sacrifices » que cela peut impliquer. Elle donne des connaissances, une méthodologie solide pour organiser sa pensée et devenir plus à l'aise à l'écrit comme à l'oral, mais aussi elle aide à grandir ! On y acquiert une maturité, une aisance, etc.
Je crois qu'il ne faut pas paniquer non plus, on peut largement prendre son temps pour méditer son orientation et choisir une voie. J'ai affiné mon parcours au fur et à mesure, en étant accompagnée par ma famille notamment, et en faisant des rencontres… La prépa m'a permis de me donner du temps et aussi de voir quelles matières me plaisaient davantage que d'autres ! En khâgne j'ai su que si jamais je n'avais pas Sciences Po, j'irai en géographie (chose que je n'avais jamais imaginée auparavant !).
C'est difficile de donner des conseils ad hoc parce que la grande variété des parcours possibles et des profils de chacun demandent des conseils plus personnalisés.
Pour ceux qui sont vivement intéressés, je vous conseille de vous rendre au salon de l'étudiant par exemple, et sur le site de Sciences Po Rennes.
CS19/08/2013

Offres d'emploi

Offres de formation

Offres de stage