Vous recherchez...

Interview : Artificier pyrotechnicien

Artificier pyrotechnicien

Autoentrepreneur depuis 9 ans, Romuald a eu un parcours professionnel riche, qui l’a amené à pouvoir exercer un métier qui le passionne : artificier.

Quel est votre parcours professionnel ?

À la base, j’ai un BEP Action Commerciale et comptable. Mais je me suis ennuyé assez vite… Au bout de deux ans, j’ai décidé de faire autre chose. Entre d’autres formations, j’ai obtenu un diplôme d'électricien d'équipement, et par la suite un contrat de qualification de light designer (création d'éclairage scénique). J’ai trouvé un poste en mairie, au service culture où je m’occupais de la sonorisation et de l’éclairage de spectacles, puis au service technique de cette même mairie, ou j'occupe un poste d'électricien. C’est à ce moment que j’ai également entrepris les démarches pour mon auto entreprise. Du lundi au vendredi je travaille donc en mairie, et je me consacre à mon auto entreprise le week-end.

C’est un rythme soutenu non ?!

Ça dépend… Il y a d’abord une forte saison, d’avril à octobre. Après, c’est plus calme mais il y a toujours des choses de prévues. Mon emploi fixe m’assure un revenu : j’ai donc la chance de pouvoir refuser des prestations, ce qui n'est pas donné à toutes les entreprises…

Comment se déroule la conception d’un feu d’artifice ?

Première étape : aller voir le terrain de tir. Le feu d’artifice est très encadré : on ne tire pas ce qu’on veut n’importe où ! Il faut garder à l’esprit que ce sont des matières explosives… Le terrain doit donc être conforme à la réglementation, en termes de distance de sécurité, etc. Prise de mesures, zone de sécurité… Tout doit être vérifié ! Ensuite, on demande une autorisation, au propriétaire du terrain ou en mairie/préfecture s’il s’agit d’un terrain communal.

Ensuite, le devis : En fonction du type de prestation que le client souhaite (feu d’artifice avec ou sans musique, avec effets de lumières, vidéos, etc.) et de son budget, je vais concevoir le feu d’artifice. Entre le choix des couleurs, des effets, des matières, il faut bien 2 mois de travail ! Pour des spectacles de plus grande ampleur, on peut facilement prendre 5 à 6 mois pour tout préparer…

Quels conseils donneriez-vous à une personne qui souhaiterait exercer ce métier ?

Tout d’abord, de passer une certification C4T2. Les deux niveaux N1 et N2 encadrent le type de bombes que l’on peut tirer, et le poids total de matière active. Ensuite, d’être passionné, rigoureux, patient, avoir un bon esprit logique et bien sûr, suivre la trame pour travailler en toute sécurité. C’est un métier où l’on travaille avec des explosifs, ça peut être très dangereux ! Il faut aussi être assez résistant à la fatigue : on peut arriver sur un terrain à 9 h pour tout préparer, et repartir après le spectacle à 2 h le lendemain. Et lorsqu’on enchaîne plusieurs jours de spectacle, la fatigue se fait sentir… Je conseille donc d’aimer le café !

Envie d’un feu d’artifice ? Contactez Romuald via sa Page Facebook