Annuler

Interview : Martin, Régisseur général au Zénith de Lille

31 octobre

Martin nous raconte dans cette interview, son parcours et ses missions en tant que régisseur général. 

Martin, Régisseur général au Zénith de Lille
Pouvez-vous vous présenter ?

Martin Rostagno. J’ai 37 ans, 2 enfants. Je viens de La Rochelle et j’habite à Lille depuis 2002.

Quel a été votre parcours ?

Après un BAC S, j’ai fait un DUT de Gestion des Entreprises et des Administrations à Poitiers. Puis je suis arrivé à Lille en 2002 pour un IUP Information-Communication de 2002 à 2005. J’ai commencé à travailler dans le monde du spectacle en 2002 avec un stage chez Vérone Productions à Lille puis nouveau stage en 2003 chez A Gauche De La Lune (AGDL Productions), toujours à Lille. Je suis recruté en remplacement de congé maternité en septembre 2004 chez AGDL sur un poste de chargé de production. Après un break pour finir mes études, je suis réembauché en septembre 2005 en CDI chez AGDL. Je passe Directeur de Production en 2008 puis membre du comité de direction en 2014. En parallèle, je suis la formation de Stadium Manager (Directeur d’Exploitation de Stades et d’Arenas) au CDES de Limoges de 2014 à 2016. Je quitte mes fonctions chez AGDL à l’été 2016 et commence à travailler en indépendant pour assurer des missions ponctuelles comme la tournée des stades Nitro Circus, la tournée France/Suisse de Bruno Mars, des événements au Stade Pierre Mauroy (Mondial de Handball, Dépêche Mode, North Summer Festival) et des missions dans des clubs sportifs (Le Havre – Football, La Rochelle – Rugby, AC Ajaccio – Football). En septembre 2017, je suis embauché comme régisseur général du Zénith de Lille.

Pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Pendant mes études, je m’étais fixé de travailler soit dans le monde du sport, soit dans celui de la musique. Ce métier me permet de travailler dans mes deux passions et m’offre une grande liberté. Les personnes qui travaillent dans ce milieu sont souvent des autodidactes car il existe peu de formations pour faire notre métier. Cela permet d’avoir une grande diversité de profils et de façons de traiter une problématique. On apprend perpétuellement des autres, de nos réussites et de nos erreurs. La pression est toujours là et s’intensifie lorsqu’on touche aux grosses jauges car les enjeux financiers sont énormes. Le régisseur est souvent le chef d’orchestre de la partie technique et logistique, c’est une grande responsabilité.

Qu’est-ce que vous préférez dans votre métier ?

Que rien n’est jamais acquis mais qu’au final, ça joue toujours (enfin presque…). Chaque journée est différente, chaque salle est différente, chaque tournée est différente mais au final, tout le monde arrive toujours à faire preuve d’adaptation pour que le projet se réalise.

Comment se passe, concrètement, le métier de régisseur ? (Quelles sont vos tâches, comment se déroule une semaine, une journée avant un événement, etc.)

Ma principale mission est d’assurer le bon déroulement des spectacles au Zénith Arena. Je dois coordonner le travail des différents intervenants et garantir le bon fonctionnement des installations. J’anime une équipe de trois personnes dans l’équipe régie qui m’aident tous les jours à garantir la qualité de l’accueil technique et logistique du Zénith Arena de Lille. La planification et l’anticipation sont les principaux défis car nous accueillons une centaine d’événements par an. Le soir d’un spectacle, des dizaines de personnes (et parfois des centaines pour les stades) sont sous la responsabilité du régisseur. Il faut savoir faire confiance aux relais terrain et à l’expertise des autres (coordinateur de sécurité, chef hôtes et hôtesses, électricien de salle par exemple pour le régisseur de salle).

Quels sont les avantages et les inconvénients de la profession ?

Au niveau des avantages, je citerais le confort et l’ambiance de travail, le fait de travailler dans le secteur du loisir et de participer à notre échelle à un moment de bonheur pour les spectateurs. Au niveau des inconvénients, le rythme et les horaires de travail parfois incompatibles avec l’équilibre que demande la vie de famille.

Pour terminer, quels conseils pourriez-vous donner à tous ceux qui seraient tentés par cette carrière ?

Je leur conseillerais de tester un maximum de jobs qui gravitent autour de celui du régisseur pour prendre conscience de la charge de travail des uns et des autres et ainsi mieux comprendre leurs besoins. J’ai aussi eu la chance d’intervenir pour Les Formations d’Issoudun (https://www.lfissoudun.org/) qui est une excellente formation pour les personnes en fin de cursus universitaire ou en reconversion professionnelle. Ils ont trois formations différentes (Chargé de Production, Régisseur de Production et Technicien de Plateau) et quasi tous les intervenants sont des professionnels du secteur.

Martin, Régisseur général au Zénith de Lille