Vous recherchez...

Interview : Wwoofers

Wwoofers

Avez-vous envie de Wwoofer cet été?

Le WWOOF, kézako? Derrière ce mystérieux acronyme et cette curieuse onomatopée se cache en réalité une expérience unique qui vaut vraiment la peine d'être connue à l'approche des prochaines vacances d'été. Nous avons donc demandé à trois Wwoofers d'éclairer nos lanternes...

Et si on allait wwoofer ?

L'association WWOOF (World Wide Opportunities on Organic Farms) vise à mettre en relation des agriculteurs et des travailleurs du monde entier. C'est d'ailleurs ce qui a convaincu Augustin de partir wwoofer en Toscane : « Le Wwoof correspondait parfaitement à mes attentes car il me permettait de vivre quelques semaines l'aventure au grand air. » Attention toutefois à ne pas confondre Wwoof et vacances au soleil. En effet, le ciment de l'association, c'est surtout le volontariat. L'hôte offre ainsi aux travailleurs qu'il reçoit le gîte et le couvert durant toute la durée de leur séjour.En contrepartie, le volontaire se doit de participer à la vie de la ferme, même si le job à effectuer n'a, a priori, rien à voir avec ce qu'il fait réellement dans la vie. Alors étudiant en physique théorique, Augustin a ainsi pu s'improviser berger l'espace de 3 semaines ! « Il fallait se lever à 7 heures tous les matins pour emmener, armés de nos fameux bâtons et (parfois) accompagnés de deux chiens (fainéants), les brebis de leur enclos anti-loups jusqu'à une pâture. Sous une chaleur assommante (35 degrés), la fin de matinée était consacrée à diverses tâches, souvent physiques (ramassages de bottes de foin ou nettoyage des enclos) qui nous ont valu de mémorables fous rires ! »

Wwoofer à la croisée des chemins...

L'expérience s'est également révélée épuisante pour Elise, partie travailler un mois en Hongrie l'été dernier. « Le Wwoof permet de se confronter à certaines réalités de la vie dans une ferme : c'est un mode de vie très éprouvant ! » Néanmoins, l'expérience reste très enrichissante. Comme nous l'explique Elise, « l'ambiance est très communautaire : nous vivions exactement comme dans une collocation. Au total, nous étions trois Françaises, un Chinois, deux Hongrois, un Letton, trois Allemands et un Irlandais. Le melting pot culturel était au rendez-vous ! ». Loin d'être un job d'été comme les autres, il s'agit là d'une expérience unique qui marque durablement les esprits. C'est en tous cas comme cela qu'Elise le perçoit : « Je n'imagine pas sortir d'une expérience de Wwoof sans être transformée », confie-t-elle avant d'ajouter que « les avantages du Wwoof sont considérables. Il permet immanquablement de gagner en autonomie et en ouverture d'esprit... Quand on se lance dans ce genre d'aventure, il ne faut pas se donner des objectifs trop rigides, afin d'être capable d'accueillir des expériences nouvelles insoupçonnées, même si ce n'est pas ce que l'on vient chercher à l'origine ! »

Un Wwoofer sachant wwoofer est un sacré Wwoofer !

Alors que pour beaucoup, le Wwoof n'est qu'un job d'été parmi tant d'autres, certains ont choisi de le faire sur toute une année. C'est le cas notamment d'Eva, 26 ans, qui sillonne l'Europe depuis plus d'un an maintenant et en est déjà à son dix-septième séjour en tant que Wwoofeuse. « J'ai participé à des projets assez divers, comme le réaménagement d'une vieille école dans les forêts de Suède centrale ou encore la construction de chambres d'hôtes dans un village italien. J'ai également fait du jardinage en Pologne, nourri des moutons en Norvège et même appris à faire du fromage en Autriche. » Il ne faut pas oublier qu'il s'agit surtout d'un échange : partout, il y a quelque chose à apprendre mais peut-être aussi quelque chose à enseigner. Forte de son expérience, Eva conseille d'ailleurs de ne pas hésiter à dire aux hôtes ce que vous avez vraiment envie de faire – et de ne pas faire ! « Je fais du dessin et de la peinture. Ainsi, j'ai déjà peint pour mes hôtes, aussi bien des murs que des meubles, sans oublier des étiquettes de pot de confiture et des cartes de visite. Si vous avez un talent spécial, mettez-le en avant : vos hôtes seront heureux de vous faire faire quelque chose que vous aimez ! »

Si vous souhaitez vous laisser tenter cet été, rendez-vous sans plus attendre sur le site www.wwoof.fr.

PR23/03/2012

Voir aussi