Vous recherchez...

Interview : Gendarme garde républicain

Gendarme garde républicain

Gérald Lefebvre (22 ans)

Pouvez-vous me retracer votre parcours étudiant ?

Après l'obtention de mon Bac L, j'ai passé mon concours d'entrée à l'Ecole de sous-officier de Gendarmerie à Villeneuve-d'Ascq. Puis, après quatre mois d'attente, j'ai intégré l'Ecole de Gendarmerie du Mans. Au cours de ma formation, j'ai découvert les différents métiers que pouvait proposer l'univers de la gendarmerie.

Avez-vous effectué des stages pratiques ? Que vous ont-ils apporté ?

J'ai fait un stage d'un mois à la brigade de Saint-Jean-de-Mont en Vendée pour découvrir concrètement les différentes facettes de la profession. J'ai tout de suite été confronté à la réalité du métier car cette première expérience était très riche en activités. J'ai appris à remplir des dépôts de plaintes, établir une perquisition avec relevé d'empreintes et des dégâts liés au vol, remplir une amende… En plus de l'aspect purement professionnel, ce stage m'a enrichi humainement puisqu'il m'a permis de savoir gérer des imprévus et m'adapter psychologiquement à chaque personne que je pouvais rencontrer.

En quoi consiste votre travail ?

En ce moment, j'exerce ma fonction dans un cadre particulier puisque je suis garde républicain. Mon rôle est de surveiller et d'assurer la sécurité des grandes structures étatiques telles que les ministères ou le palais Bourbon. Je suis également chargé de l'accueil des ministres et des différents dirigeants.

Pourquoi avoir choisi cette orientation professionnelle ?

D'une part, car je voulais entrer dans la vie active rapidement et d'autre part, car j'ai mon entourage familial au sein de la gendarmerie. Ayant au préalable une certaine connaissance du métier, je savais que cette voie allait me correspondre.

Quelles sont les qualités nécessaires pour se destiner aux fonctions de gendarme ?

Il faut rester objectif, aimer le contact et avoir une certaine ouverture d'esprit pour pouvoir s'adapter rapidement aux différents publics. De plus, je pense qu'il faut aimer le goût du risque, surtout si on se spécialise par exemple dans le GIGR. Il est aussi souhaitable d'avoir du sang-froid et ne pas avoir d'état d'âme pour rester maître de ses émotions afin de gérer chaque type de situation. Et bien sûr il faut savoir être discipliné, avoir l'esprit de cohésion pour savoir vivre en collectivité.

Quels sont les avantages et les inconvénients du métier ?

L'avantage est d'avoir un travail très diversifié et enrichissant. En contrepartie, c'est un métier qui demande une grande disponibilité car les horaires sont stricts et contraignants. Je mène en quelque sorte une vie en décalage par rapport à la moyenne des gens.

Quelles sont vos perspectives d'avenir ?

Je souhaite me diversifier et élargir mes compétences au maximum. Pour cela, j'ai passé récemment le concours GIGR qui va me permettre de me spécialiser sur un domaine. A terme, j'envisage de passer d'autres examens pour évoluer professionnellement. Cependant, pour pouvoir un jour me « poser » et avoir une vie de famille, j'aimerais devenir gendarme départemental dans une brigade du Nord Pas-de-Calais.

Quels conseils pourriez-vous donner à un étudiant qui souhaiterait devenir gendarme ?

Qu'il vive pleinement son métier et qu'il fasse le tour des différents domaines pour se positionner. Je lui conseillerais aussi de tenter le plus de concours internes possibles pour approfondir ses acquis, s'enrichir et se différencier.
M.H.K.

Voir aussi

Offres d'emploi