Vous recherchez...

Interview : Opérateur de prise de vue

Marine Beaugé-Berubé (25 ans)

Opérateur de prise de vue (depuis 2 ans)

Quel a été votre parcours scolaire ?

J'ai commencé à m'immerger dans le monde de l'audiovisuel dès le lycée en passant un baccalauréat littéraire spécialité cinéma. J'avais donc déjà quelques solides acquis lorsque j'ai par la suite intégré l'ESRA, l'école supérieure de réalisation audiovisuelle. J'y ai suivi une formation de 3 ans durant laquelle j'ai pu approfondir mon expérience du film par la réalisation de courts métrages. En troisième année, j'ai en effet pu choisir la spécialité cinéma qui m'a permis de me détacher un peu du numérique pour travailler sur pellicule.

Et votre immersion dans le monde professionnel ?

Durant ma formation, nous avions des stages obligatoires à réaliser et j'ai tout d'abord passé 2 mois à la rédaction de France 3 Grand Ouest. Je participais aussi bien aux tournages qu'aux montages. Ensuite, j'ai travaillé 3 mois pour le groupe TSF dans des boîtes de location de matériel. Je touchais aussi bien à la lumière qu'à la vidéo ou au cinéma. J'ai ensuite répondu à une offre de stage sur un site Internet pour travailler sur la chaîne câblée Filles TV. C'est comme ça que je suis devenue opératrice de prise de vue pour Kawaï, une émission pour adolescentes.

Quelle est aujourd'hui votre activité ?

Depuis la fin de mon stage, Filles TV continue à m'embaucher environ 4 jours par mois pour réaliser les prises de vue de l'émission. J'utilise une grosse caméra qui pèse près de 8 kilos et je me plie aux directives du réalisateur, de la régie et du script qui me parlent par le biais d'un casque que je porte en permanence. On tourne toute la journée. On enregistre des émissions qui seront diffusées la semaine mais on passe également 2 h 30 en direct. Parallèlement, je travaille pour deux associations. La première réalise des courts métrages à but éducatif destinés à sensibiliser les collectivités aux problèmes quotidiens des handicapés. Pour la deuxième, j'effectue des prises de vue pour des documentaires sur le thème de l'économie solidaire et des micro-finances. Pour ces deux travaux, j'utilise des caméras plus légères et je suis beaucoup plus libre. On me donne une trame générale mais je choisis moi-même les images que je veux tourner.

Quels sont les avantages et les inconvénients d'une telle vie professionnelle ?

Ce métier me permet de vivre ma passion mais pas d'en vivre pour l'instant. C'est une situation précaire et je ne gagne pas assez d'argent pour subvenir seule à mes besoins. Je ne fais même pas assez d'heures dans l'année pour bénéficier du statut d'intermittent du spectacle. Du coup c'est un cercle vicieux car comme je n'ai pas de situation stable, je ne peux par exemple pas faire de prêt bancaire. C'est un métier qui souffre d'une image relativement négative aux yeux des gens. Au niveau de l'activité elle-même, le principal inconvénient réside dans le fait qu'il assez facile de se faire exploiter. Il faut en effet souvent faire ses preuves gratuitement et les abus sont monnaie courante. Le code du travail n'est pas souvent bien respecté dans les entreprises et peu d'entre elles appliquent les réglementations à la lettre. Heureusement, c'est un métier où il existe une réelle solidarité entre les techniciens. Chacun profite de l'expérience des autres et c'est vraiment réconfortant parfois.

Et quelles sont les qualités requises pour exercer cette profession ?

La mobilité, la concentration et l'efficacité. Il faut savoir être vif et réactif. Outre les connaissances techniques, il est aussi indispensable d'avoir une bonne solidité physique. Le matériel est parfois très lourd. Le sens de la communication est également une nécessité car on travaille en équipe. Enfin, la principale qualité à avoir selon moi, c'est une très forte motivation. Il y a mille et une raisons de baisser les bras.

Votre futur, vous le voyez comment ?

Je passe bientôt un entretien pour un poste d'opérateur caméra. Je travaillerais directement depuis la régie où je commanderais à distance des caméras robotisées. Cet emploi serait idéal car je serais salariée en CDI, donc fini le statut précaire ! Il s'agit en plus d'une grosse chaîne d'information, ce qui ne gâche rien !

Auriez-vous des conseils à donner aux jeunes souhaitant travailler dans l'audiovisuel ?

Avant tout, il faut vous méfier des écoles de cinéma. Elles peuvent être très chères et pas forcément reconnues par l'état. Ensuite, je dirais qu'il faut avoir une bonne source financière pour vous épauler à vos débuts car il faut au moins deux ans avant de pouvoir commencer à gagner un peu d'argent. Soyez persévérants et motivés à l'extrême car c'est un univers vraiment difficile. Enfin je dirais qu'il faut avoir une formation la plus polyvalente possible. Faire des études de journalisme parallèlement à une formation audiovisuelle peut être un bon atout.
R. J.07/03/07

Voir aussi

Offres d'emploi

Offres de formation