Vous recherchez...

Interview : Assistant monteur

Assistant monteur

Jonathan Delsaut (27 ans)

Assistant monteur (depuis 1 ans et demi)

Quel a été votre parcours scolaire ?

J'ai d'abord fait un bac STI électronique dans l'optique de faire par la suite un BTS audiovisuel. Je faisais alors partie du club photo-vidéo du lycée. N'ayant pas été accepté dans le BTS, je me suis alors redirigé vers l'ESRA, école supérieure de réalisation audiovisuelle où j'ai préparé mon diplôme en 3 ans. J'ai choisi la spécialité vidéo plutôt cinéma car elle était plus tournée vers le montage.

Qu'en est-il de votre expérience professionnelle ?

Dans le cadre de ma formation à l'ESRA, j'ai commencé par effectué un stage d'un mois à Lille pour Perfect Video, une entreprise de prestation audiovisuelle. J'étais chargé du montage de films institutionnels. J'ai ensuite travaillé un mois et demi pour un camping d'Argelès-sur-Mer où je filmais des spectacles vivants, m'occupant aussi bien du cadrage que du son. Mon stage de fin d'études quant à lui s'est déroulé pour la chaîne W9 où j'étais assistant monteur. J'y suis resté 3 mois, puis ils m'ont rappelé plusieurs fois pour effectuer des missions ponctuelles. Actuellement, je travaille pour deux sociétés : Bouyaka, qui réalise des émissions pour les chaînes du câble et du satellite, et Elle Wood, qui produit entre autres les émissions Le Droit de savoir sur TF1 et Il faut que tu respires sur TPS.

En quoi consiste votre métier d'assistant monteur ?

Je suis chargé de tout ce qui est préparation pour faciliter le travail du monteur. Par exemple, c'est moi qui rentre toutes les images sur l'ordinateur afin que le monteur puisse opérer directement. Je travaille environ 5 jours par semaine, essentiellement la nuit.

Quelles sont les qualités requises pour exercer ce métier ? Et les avantages et inconvénients ?

En ce qui concerne les qualités, je dirais qu'il faut être ouvert et polyvalent. Le travail du monteur ne se limite pas aux images : il faut avoir de solides notions en son et de bonnes connaissances musicales. La volonté est également importante car la masse de travail à fournir est parfois importante. Et travailler de nuit n'est pas toujours évident. Mais c'est un métier de passion et il faut savoir faire des sacrifices.

Comment envisagez-vous le futur ?

J'espère devenir monteur à part entière. Je ne me cantonne pas forcément à un secteur particulier, que ce soit le cinéma, la télévision ou autre, du moment que je peux faire le métier qui me plaît. Idéalement j'espère pouvoir y arriver avant la fin de l'année.

Quelles recommandations feriez-vous aux jeunes souhaitant se lancer dans l'audiovisuel ?

Pour commencer, je pense qu'on ne peut travailler dans ce secteur sans être passionné. La passion est le moteur qui permet de s'accrocher lorsque l'on connaît des moments difficiles. Il ne faut en effet pas craindre les périodes de chômage qui sont parfois fréquentes.
R. J.08/03/07

Voir aussi

Offres d'emploi

Offres de formation