Interview : Directrice de crèche

Société: Crèche Crépin Roland

Quelle est votre formation ?

J'ai passé un bac général qui correspond aujourd'hui au bac ES pour entrer ensuite en école d'infirmière pendant trois ans. Ensuite, on travaille un an minimum avant d'intégrer la spécialisation de puéricultrice.

Quelles sont vos expériences professionnelles ?

Pour pouvoir être directrice de crèche, il faut avoir exercé au minimum cinq ans le métier de puéricultrice. Il y a peu de jeunes directrices de crèche. Ce qui est très recherché aujourd'hui, c'est une expérience en milieu hospitalier, car on a un rôle de soin auprès des enfants et grâce à ce type d'expérience on est capable de gérer les situations d'urgences. D'autre part, une expérience en management d'équipe est un atout. J'ai obtenu mon diplôme d'état en 1983 et j'ai travaillé pendant plus de vingt en milieu hospitalier. J'ai également était directrice adjointe de crèche pendant cinq ans.

Votre métier a-t-il évolué depuis que vous exercez ?

Le métier de directrice de crèche a considérablement évolué : aujourd'hui, c'est quelqu'un qui possède plusieurs casquettes. Il faut être polyvalent et posséder aussi bien des compétences de puéricultrice, car c'est l'enfant qui prime avant tout, mais également des compétences administratives et de gestion. De plus en plus, des connaissances en management et gestion d'équipe sont requises. Aujourd'hui, nous travaillons beaucoup avec les professionnels de la petite enfance et l'on est amené à monter des projets d'aménagement des locaux ou d'organiser des activités. Il y a également toute la partie relationnelle avec les parents qui est très importante. On essaie de garder une continuité entre l'enfant, la crèche et les parents.

Pourquoi avez-vous choisi le métier de puéricultrice puis celui de directrice de crèche ?

C'est une passion nécessaire, d'autant plus lorsque l'on est directrice de crèche, sinon on ne tient pas le coup. Il faut avoir un solide équilibre physique et psychique : il faut être bien dans sa peau pour bien travailler avec des enfants. Il est vital d'aimer son métier car on ne compte pas ses heures. J'aime beaucoup mettre en place des projets et des activités dans la crèche et voir les enfants s'épanouir, évoluer ; c'est fabuleux. Cela change beaucoup du milieu hospitalier où l'on ne rencontre que des enfants en détresse. En travaillant dans une crèche, on a une gratification immédiate que l'on n'a pas forcément dans le milieu hospitalier où tout le monde est trop stressé pour penser à vous remercier. J'aime à penser que l'on travaille pour former l'adulte de demain et je trouve cette tâche très importante. Je fais ce métier pour ma passion pour les enfants et mon goût pour le relationnel.

En quoi consiste votre travail quotidien ?

Mon rôle, avant tout, c'est d'être auprès des enfants et de voir comment ils évoluent. Je veille à ce que le personnel mette en place les activités dans l'état d'esprit voulu. Il y a un rôle pédagogique et de suivi. Il faut que tous les enfants soient épanouis et stimulés. Le suivi est aussi bien psychologique, que psychoaffectif et médical. Nous fonctionnons en unité de vie, c'est-à-dire qu'il y a 20 enfants au rez-de-chaussée et 20 enfants au premier étage. On mélange les âges et nous ne faisons pas de sections. Nous accueillons les enfants principalement entre 7h et 8h30 du matin, puis, si l'enfant est fatigué, il retourne dormir, sinon, il commence les activités. Ensuite, on le lave et il va manger. Vient la sieste vers 12h30 puis le lever avec les changes. L'après midi, il y a les activités et le goûter. Personnellement, je vérifie que le personnel et les enfants sont présents puis je m'occupe des tâches administratives. J'essaie d'être la plus présente possible auprès des enfants.

Dans quelles structures peut travailler une puéricultrice ?

Les directrices de crèche et les coordinatrices de crèches peuvent gérer plusieurs crèches au sein d'une municipalité. Par ailleurs, une puéricultrice peut travailler en PMI (Protection Maternelle et Infantile) ou en milieu hospitalier au sein d'une équipe. Elle peut également faire l'école des cadres et devenir responsable d'un service de pédiatrie. La puéricultrice peut aussi être enseignante dans les écoles de puériculture, d'auxiliaires puéricultrice, d'aides soignante et d'infirmières. Il y a beaucoup de possibilités d'évolution et les puéricultrices sont très recherchées.

Quelles sont les compétences professionnelles et les qualités personnelles nécessaires ?

Il faut être rigoureux car on doit assurer un suivi administratif et financier. Il faut aussi des compétences en animation, en relationnel et en psychologie. Je dois dynamiser une équipe mais aussi gérer des conflits : des qualités de management sont nécessaires. Je travaille avec les familles et les qualités relationnelles sont essentielles. En ce qui concerne les qualités personnelles, il faut avoir une bonne santé physique et mentale. La disponibilité est elle aussi très importante, ainsi que des qualités d'écoute. Il faut savoir animer des projets et savoir les défendre afin d'obtenir des financements.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

En ce qui concerne les côtés positifs, je pense qu'il y en a beaucoup car j'adore mon métier. Mais il est vrai que c'est un métier prenant qui prend parfois le pas sur la vie de famille. On a une reconnaissance professionnelle de la part des parents qui nous remercient de s'occuper de leurs enfants. De plus, être avec des enfants est passionnant car ils ne sont pas ingrats, ils sont simples et directs. D'autre part, le relationnel avec les parents est très intéressant, ils sont heureux de voir leurs enfants bien grandir. C'est un métier très dynamisant. L'inconvénient est qu'il faut être très disponible et présent pendant tout le temps de l'ouverture de la crèche. On y laisse un peu de sa vie de famille. On a également beaucoup de responsabilités juridiques au niveau des personnes mais aussi des bâtiments. Et pour finir, on ne gagne pas beaucoup d'argent par rapport à l'ancienneté ou aux responsabilités que l'on a.

Un dernier mot pour les personnes intéressées par ce métier.

Je leur dirais de foncer car c'est un métier passionnant et intéressant. Par contre, pour exercer le métier de directrice de crèche, il faut déjà avoir de l'expérience médicale et que cela soit de l'acquis complet. Il y a beaucoup de possibilité d'évolution dans le métier, il faut avoir envie de bouger, être dynamique et ne pas se laisser aller dans une routine.

Voir aussi