Vous recherchez...

Dossier : Comment se réorienter

Comment se réorienter
Il peut arriver de faire un mauvais choix. En prendre conscience est la première étape vers une meilleure condition et pour amorcer le changement. Cela ne sert à rien de vous acharner dans une voie dans laquelle vous ne vous plaisez pas. Des outils sont mis à la disposition de tous et une réorientation demeure toujours possible pour quelqu’un ayant la motivation nécessaire. L4M fait un point sur cette situation et les solutions qui s’ouvrent à vous.

La reconversion professionnelle consiste à changer de métier, de statut ou de domaine d’activité souvent pour des raisons personnelles ou parce qu’il n’y a aucune perspective d’évolution. Si vous ne vous sentez pas à votre place à votre travail, il ne faut pas persister à vous rendre malheureux. Même si cela peut faire très peur de perdre ses repères, de quitter une position sans savoir si l’on en retrouvera une autre, cette situation ne peut que rarement s’améliorer si le mal-être est là. La première chose à faire est d’établir un bilan personnel sur vos atouts, vos compétences et vos envies. Pourquoi voulez-vous quitter votre poste ? Quel est le domaine qui vous intéresse réellement ? Ce n’est pas un exercice facile et beaucoup d’organismes sont là pour vous accompagner : un conseiller de Pôle Emploi, un service d’orientation professionnelle, un coach ou des entreprises spécialisées dans le bilan de compétences vous seront d’une précieuse utilité. N’hésitez pas à découvrir l’interview du gérant d’Altitude Consulting, cabinet qui peut vous aider à user de tout votre potentiel.

Vient ensuite le moment de dresser un objectif, un nouveau poste qui vous conviendrait beaucoup mieux ainsi que les atouts (formations, diplômes) que vous possédez déjà et ceux qu’il vous faut pour l’atteindre. Si des formations vous sont nécessaires, vous pouvez bénéficier d’une Prestation d’Orientation Professionnelle Spécialisée, d’une évaluation des compétences et capacités professionnelles ou d’une évaluation en milieu de travail afin de faire le point sur vos besoins et définir le parcours le plus adapté. Tandis que vous vous fixez un objectif, pensez aussi à vous renseigner sur le secteur. Nul besoin de vous reconvertir si c’est pour vous retrouver dans un domaine en crise. Faites un état des lieux des métiers, des entreprises dans votre région pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

Lorsque tout semble sur la bonne voie pour une reconversion réussie, il est temps de préparer votre plan d’action en déterminant quelle formation est la meilleure pour vous. Quelles sont celles qui sont disponibles, qui rentrent dans vos frais ou qui sont susceptibles de vous être payées par un organisme ? Si vous êtes toujours salarié, vous pouvez utiliser votre Droit individuel à la formation pour une formation courte tandis que le Congé Individuel de Formation vous permettra de toucher 80 % à 100 % de votre salaire durant une formation longue. D’autres questions sont aussi à se poser. Quelle entreprise vais-je contacter ? Pourquoi ne pas en créer une ? Si tel est le cas, comment m’y prendre ? Certaines régions accompagnent les entrepreneurs avec des aides financières à l’implantation et à l’embauche, des aides en matériaux ou des suivis. D’autres organismes comme les Chambres de Commerce et d’Industrie ou les conseils régionaux sont là pour vous aider.

La reconversion ou réorientation ne s’applique pas nécessairement au monde professionnel. Les étudiants eux-aussi peuvent se sentir mal dans leur voie et désirer en changer le plus vite possible. Peu importe le niveau d’études, des passerelles vers d’autres secteurs sont toujours disponibles. Bien sûr, si vous souhaitez passer du droit au cinéma, vous allez devoir recommencer le cursus depuis le début mais une ou deux années ne sont rien à côté d’une future carrière professionnelle désirée. Pour cela, les conseillers d’orientation seront vos meilleurs alliés pour vous présenter vos possibilités en matière de réorientation. Même à l’université, en début de licence, vous pouvez choisir de changer en moitié d’année mais il vous faudra redoubler d’efforts pour valider le tout. Un rendez-vous avec le conseiller est le meilleur moyen de voir plus clair dans votre situation et les solutions disponibles dans votre région, votre établissement. Tous ne gèrent pas ces changements de la même façon mais il est toujours possible de faire ce que l’on a réellement envie de faire, une fois un but établi.

Libre à vous maintenant de mettre ces quelques conseils à exécution si vous vous sentez mal au bureau ou dans vos études. Cela ne sert à rien de s’accrocher à tout prix dans une voie qui n’est pas faite pour vous ou que l’on n’aime pas, peu importe les raisons. Tout l’intérêt ici est de bien rétablir les idées dans votre tête et de vous fixer un but, une situation future professionnelle qui saura vous combler avant de tout mettre en œuvre pour l’atteindre.