Annuler

Dossier : Travailler dans une ESN

27 avril

C'est la panacée pour tous les profils d'informaticiens, mais qu'est-ce qu'un ESN ?

Travailler dans une ESN

Capgemini, Atos ou encore Sopra Steria font partie des plus importantes ESN (entreprise de services du numérique), les entreprises spécialisées dans les prestations de service dans le domaine informatique. À ce titre, elles constituent les trois-quarts des emplois du secteur de la technologie de l'information et sont très prisées par les profils informatiques. Aujourd'hui, les ESN représente environ 350 000 emplois. À l'affût des jeunes diplômés, les ESN ont besoins de candidats pour assurer le renouvellement de leurs effectifs.

LES AVANTAGES DU TRAVAIL EN ESN

La base du travail en ESN, c'est en régie, c'est-à-dire, travailler directement chez le client pour l'accompagner sur ses projets. Ainsi, les missions proposées se répartissent dans des domaines très variés, ce qui permet d'acquérir de multiples compétences.

De plus, débutants ou expérimentés, les informaticiens des ESN sont garantis de toucher un "bon salaire" par rapport à la concurrence du marché. Le salaire à l'embauche s'échelonne de 2 300 euros à 3 900 euros par mois, bien plus que dans une entreprise classique.

La compétitivité étant le maître mot de ces sociétés, leurs dirigeants font aussi régulièrement bénéficier leurs employés de formations, totalement prises en charge.

LA POLITIQUE RH DES ESN

Ces sociétés ont deux grands types de compétence : la prise en charge de projets en interne, qui seront ensuite vendus à de grandes structures ; et l'assistance technique. Les ESN recrutent les profils qualifiés en CDI pour fournir leurs savoir-faire aux entreprises et n'hésitent pas à débaucher les meilleurs. Les clients des ESN sont issus de tous types de domaines d'expertise : banques, industrie, automobiles, Télécom, Santé… L'ESN est donc à l'affût du profil qui correspondra aux besoins des clients.

Concernant les profils recherchés, il est possible d'intégrer une ESN à tout âge. La plupart des recrutés ont un profil master en informatique, souvent diplômés d'écoles d'ingénieurs ou de commerce et affichent en moyenne 5 ans d'expérience. Mais cela n'empêche pas certaines ESN d'embaucher de jeunes diplômés à la sortie de l'école après des stages ou des alternances réussis.

Après la crise sanitaire et avec la reprise économique, le volume des besoins en main-d'œuvre est conséquent. De plus, avec les problèmes de cybersécurité grandissants, il n'y a pas assez de candidats pour répondre à ces besoins. De ce fait, les ESN vont chercher les jeunes diplômés qu'elles vont, eux-mêmes, former aux nouvelles technologies et à leurs méthodes de travail.

La nouveauté est aussi l'embauche de jeunes ingénieurs non informaticiens : géophysiciens, chimistes… ayant une approche différente des problématiques des clients. En effet, les ESN ne cherchent pas que des profils informaticiens, les profils hybrides s'avèrent très intéressants car ils apportent des éléments d'expertise et de flexibilité appréciables. Ces profils aux compétences transversales sont capables d'apprendre et de s'adapter rapidement. L'autre intérêt, c'est qu'ils deviennent plus facilement proactifs et donc devancent les problèmes soit techniques soit fonctionnels. Ils permettent de répondre à une demande émergente, celle des chefs de projets, qui sont à la fois compétents techniquement et maîtres dans le pilotage et le management d'équipe.

Hormis cela, les postes à pourvoir dans les ESN restent majoritairement ceux de développeurs. Chargés de réaliser ou modifier le code des sites, plateformes et applications développées ou maintenues pour le client, les RH recherchent surtout des spécialistes Java J2EE, .Net, C++ ou encore PHP.

QUELLEs ÉVOLUTIONs AU SEIN D'UNE ESN ?

Un chef de projet qui devient manager ou un développeur qui se transforme en consultant, la perspective de recrutement par le client n'est plus la seule évolution possible. Maintenant, évoluer vers le management ou dans son domaine d'expertise acquis dans la ESN est de plus en plus fréquent. Dans ces sociétés, c'est même presque un devoir si l'on veut obtenir des augmentations de salaire ou des avantages.

Travailler dans une ESN