Vous recherchez...

Dossier : Le son au cinéma : des métiers qui font du bruit !

Le son au cinéma : des métiers qui font du bruit !
Même si nous aimons aller voir des films sur grand écran, l’image ne fait pas tout dans une production audiovisuelle. Le cinéma est tout autant une affaire de sons et de musiques qui permettent de faire naître des ambiances. Tout autant de métiers moins connus que d’autres et qui pourtant possèdent la même importance au sein d’une production que l’acteur ou le caméraman. Ouvrons les yeux sur ces métiers qui se chargent de nous en mettre plein les oreilles !

L’une des premières personnes à intervenir pour le son sur un plateau de tournage est le preneur de son ou plus souvent appelé, le « perchman » : sur le terrain, il suit au plus près chaque scène pour recueillir le son des comédiens ou de l’action de la meilleure des façons. Le perchman est sans cesse en déplacement, assiste aux tournages et peut être appelé pour diverses missions ou pour différents formats audiovisuels. Les possibilités sont donc très variées ! Le poste est assez accessible avec des formations du style BTS, option son mais aussi à travers des stages, des expériences acquises directement au cœur de l’action pour se confirmer. Métier toutefois très physique, il n’en demeure pas moins capital pour la réalisation d’une œuvre audiovisuelle qui veut avoir un son digne de ce nom.

Le bruiteur a une place importante dans la confection sonore d’une œuvre. Il se charge de reproduire tous les bruits divers et imaginables afin de les enregistrer pour qu’ils soient placés sur la vidéo. Tout l’enjeu ici est de trouver de quoi faire un bruit bien spécifique (un claquement de porte ou le cri d’un monstre inconnu) pour le rendre cohérent avec ce qui se passe à l’écran. Le bruiteur intervient donc dans des milieux variés comme l’animation où tout doit être créé, mais aussi le cinéma pour remplacer des sons étouffés, dans des reportages ou tout autre œuvre où le son est capital. Il est donc recommandé d’avoir une formation dans le domaine de l’audiovisuel pour exercer ce type de métier mais surtout d’être très imaginatif pour savoir reproduire les divers sons qu’un client pourrait demander, le panel étant tellement ouvert avec les possibilités du cinéma !

Beaucoup plus difficile d’accès mais poste essentiel dans l’élaboration d’une œuvre cinématographique, le compositeur est en charge de toutes les musiques qui en feront partie. C’est son rôle de les écrire et de les composer afin qu’elles transmettent au mieux l’essence de l’œuvre. Il peut réaliser de la musique de film, orchestrale, ambiante ou contemporaine selon le thème et le produit à réaliser. Pendant le montage, il se charge également de tester des séquences, de réécrire des passages si nécessaire, arrange et orchestre tous les musiciens en charge de produire le fameux son. Il termine par enregistrer et « caler » la musique sur le film, en collaboration avec le monteur et l'ingénieur du son. C’est l’un des postes les plus hauts placés du son au cinéma et il vous faudra des connaissances ainsi que des formations pointues pour accéder à cette place. Les compositeurs sont souvent des hommes avec beaucoup d’expérience dans la musique mais le talent demeure une clé indispensable pour pouvoir faire sa place dans ce milieu.

L’ingénieur du son dirige toute l’équipe qui s’occupe de capturer le son afin d’en ressortir la meilleure des qualités possibles. Il doit être un meneur d’hommes mais aussi avoir des connaissances poussées sur le son, le matériel et les meilleures méthodes pour l’enregistrer. C’est lui qui organise toute l’équipe lors d’un tournage et qui veille à la qualité. Les formations pour atteindre ce poste sont nombreuses mais la concurrence est rude. Il vous faudra une formation dans une grande école de cinéma comme l’école Louis-Lumière ou le FEMIS ou un diplôme comme celui de diplôme de “musicien-ingénieur du son” (qui s’acquiert après quatre années de formation !) pour pouvoir atteindre une place, surtout dans le cinéma. L’ingénieur du son ne s’arrête cependant pas à ce domaine et comme nous l’explique Yann Bonnet dans son interview, les possibilités qu’offre ce métier sont impressionnantes.

Un dernier métier assez insolite auquel on ne pense pas forcément, le doubleur se charge également de la bande sonore d’une œuvre en y mettant sa voix, que ce soit pour doubler un acteur dans une autre langue ou donner vie à un personnage de dessin animé. Il n’existe cependant pas de formation pour accéder à ce métier, la seule voie étant celle du talent de la vôtre. Ce sont souvent des comédiens qui se tournent vers ces postes, ayant déjà une certaine fibre et un don pour faire ressentir des émotions juste en parlant. Une voie donc tout à fait envisageable pour les plus comédiens d’entre vous qui souhaiteraient découvrir de nouveaux horizons dans les studios !