Vous recherchez...

Dossier : L'environnement et l'écologie: sources de nouveaux métiers.

L'environnement et l'écologie: sources de nouveaux métiers.

L'environnement et l'écologie: sources de nouveaux métiers.

L'environnement est au cœur des débats et des enjeux sociétaux actuels. Le thème préoccupe les citoyens comme les élus, et forcément, il suscite des vocations professionnelles.
Les métiers de l'environnement, même s'ils sont en plein développement, restent pourtant méconnus du grand public. Il faut dire que la bonne volonté et l'engagement ne sont pas toujours suffisants : l'écologie est l'affaire de techniciens, ingénieurs ou encore chercheurs spécialisés.

Des métiers riches et variés

Les métiers de l'environnement sont parfois des métiers classiques dont on a redéfini une part des fonctions. Ils peuvent concerner des domaines très différents comme la protection de la nature, la gestion des ressources naturelles, la prévention, le traitement des pollutions et des risques liés à cela.

Il existe beaucoup de catégories dans les métiers liés à l'environnement : cela peut aller de l'agriculture biologique, aux métiers de l'eau, en passant par les énergies renouvelables, la valorisation des déchets, la recherche ou la prévention des dangers environnementaux.

Dans le secteur de la prévention des risques et du traitement des pollutions, on emploie des écotoxicologues, des techniciens en qualité de l'air, traitement des eaux, mais on emploie aussi dans la radioprotection nucléaire ou encore dans le recyclage des déchets. Le secteur de la protection de la nature regroupe quant à lui, des écologues, des gardes-pêche, des ingénieurs et techniciens forestiers.
Enfin pour sensibiliser la population à l'écologie, on fait appel à des animateurs, des gardes verts et à des responsables de communication, qui vont informer le grand public sur les actions menées par leur entreprise ou leur ville contre la pollution.

Formations

Le secteur de l'environnement ne recherche pas impérativement des personnes hautement diplômées mais plutôt du personnel qualifié. Les petites communes privilégient les titulaires d'un CAP, d'un BEP ou d'un bac pro, en particulier pour l'entretien des espaces verts ou la préservation de la qualité de l'eau.
Les écoles d'ingénieurs (Bac +5) fournissent à l'industrie des professionnels capables de traiter les problèmes de pollution. L'université, dans le cadre de masters (Bac +5), forme des professionnels de la gestion et du traitement des pollutions et des déchets, des spécialistes du traitement de l'eau ou des énergies renouvelables, ainsi que des techniciens de l'aménagement ou du cadre de vie.

Enfin pour les postes de chercheurs, de météorologistes et de chimistes spécialisés dans les problèmes de pollution on cherche davantage une formation de base en physique, chimie, biologie, droit, géographie, économie.

Mais c'est dans le secteur du traitement de l'eau et des déchets que l'on embauche le plus aujourd'hui, beaucoup reste également à faire en ce qui concerne le bruit, la pollution de l'air et du sol où l'on a besoin de spécialistes de haut niveau : des pédologues, des chimistes ou des physiciens.