Vous recherchez...

Dossier : Les métiers du livre : entre changements et pérennité

Les métiers du livre : entre changements et pérennité

Avec la démocratisation du numérique, de nombreuses inquiétudes, parfois vives, s'élèvent dans le petit monde des métiers du livre. Peut-être vous demandez-vous les professions qui se cachent derrière cette vague appellation. Eh bien toutes les personnes qui s'occupent de créer le livre, de l'auteur au libraire ! Mis bout à bout, ils forment la chaîne dont ils incarnent les maillons. Cela vous paraît plus simple ? Bien. Mais avec l'arrivée du numérique, certains d'entre eux se dédoublent, s'étoffent tandis que d'autres apparaissent.

Plusieurs questions se posent alors : qu'en est-il de l'état du livre en 2016 et comment ces métiers font-ils face au numérique ?

 

Diversité des métiers

C'est qu'il en faut du monde, pour produire un livre, qu'il s'agisse d'un objet physique ou d'un fichier immatériel lu par un terminal adéquat. Bien souvent, on songe à l'auteur, au libraire et au bibliothécaire, les extrémités de la chaîne du livre, ceux avec qui nous sommes le plus susceptible d'avoir des contacts. Mais ils ne sont pas seuls ! Avant toute chose, faisons un petit focus sur les principales professions qui composent la chaîne du livre :

  • L'auteur. Facile : celui qui imagine une histoire, une intrigue, des personnages et qui couche tout cela par écrit.
  • L'éditeur. Celui qui sélectionne, corrige et met en page le manuscrit avant que celui-ci ne parte à l'étape suivante.
  • L'imprimeur. A priori, pas besoin de vous développer son rôle.
  • Le diffuseur. Celui qui part présenter les livres d'un ou plusieurs éditeurs aux libraires.
  • Le distributeur. Celui qui se charge de l'acheminement des livres en boutique/bibliothèque.
  • Le libraire. Celui qui assure les missions de conseil et de vente auprès des clients et futurs lecteurs.
  • Le bibliothécaire. Celui qui assure également les fonctions de conseils et de médiation entre les livres et les lecteurs.

On peut également évoquer les centres régionaux concernant le livre. Eulalie pour le Nord - Pas-de-Calais par exemple. Leur mission, entre autres choses, est de promouvoir et soutenir les événements en rapport avec le livre dans une région.

 

Quand il n'y en a plus…

Mais cette liste, certes officielle, n'est pas complète. De nombreux métiers peuvent entrer en jeu à certaines étapes de la conception du livre. Il existe le lecteur-correcteur, aussi appelé réviseur éditorial, qui s'assure de la bonne rédaction du livre en termes d'orthographe, de grammaire et de typographie.

 

Certaines entreprises sont quant à elles spécialisées dans la préparation de copies, la mise en page de manuscrits avant qu'ils ne partent à l'impression. Un exemple ? La société Nord Compo basée à Villeneuve d'Ascq (59) qui est l'un des principaux acteurs du secteur.

 

Avant d'acheter ou de choisir quoi que ce soit, on aime avoir un avis. Histoire d'être sûr de ne pas se tromper. Eh bien ça compte aussi pour les livres ! Avec internet s'est développée une nouvelle tendance, les blogs littéraires. Des amateurs lisent et critiquent, avec plus ou moins de talent, les livres qu'ils achètent et/ou que les éditeurs leur envoient en service de presse. Ils méritent leur place dans cette section car bien choisir ce type de partenaire peut s'avérer payant pour la maison d'édition qui décide de faire confiance à un blogueur influent. Une autre version du blogueur : le booktubeur.

 

Le numérique, l'incarnation du Diable ?

Si la situation est restée plutôt stable durant les derniers siècles, la chaîne du livre a été mise à rude épreuve ces dernières décennies. Il faut dire qu'avec la création et la démocratisation de l'électronique, d'internet puis du numérique, le papier semble avoir du souci à se faire.

 

Mais plutôt que de donner du grain à moudre aux pessimistes chroniques, intéressons-nous aux plus objectifs des témoins, les chiffres. Ceux-ci semblent donner raison aux augures. Bons ou mauvais, c'est un autre débat. Une enquête menée par Pricewaterhouse Cooper, un cabinet d'audit, a souligné la croissance du numérique dans les loisirs, ce qui vaut également pour le livre. Mais contrairement à la Corée du Sud, aux États-Unis ou au Japon, le montant des achats d'ebooks par personne est beaucoup moins important en Europe occidentale que dans les pays cités précédemment.

Et le papier dans tout ça ? Il semble rester une idée de cadeau très prisée puisqu’une autre étude menée par la Fédération du E-commerce et de la Vente À Distance (FEVAD) a montré que le livre papier était largement en tête des cadeaux commandés et offerts pour le noël 2015.

 

 Métiers au croisement de la culture et du commerce

La France est un pays à l'activité très importante concernant le livre, son édition et sa promotion. Le Syndicat de la Librairie Française (SLF) dénombre, grâce à la classification des métiers de l'INSEE, près de 19 000 commerces de toutes tailles. De l'hypermarché généraliste à la librairie de quartier en passant par les grandes surfaces spécialisées comme le Furet du Nord ou Cultura.

Le Syndicat National de l’Édition (SNE) quant à lui dénombre 10 000 maisons d'édition. Celles-ci se différencient par leur taille et le nombre de parutions annuelles. Il existe de grands groupes comme Hachette, Editis ou Gallimard dont les catalogues s'élèvent à plusieurs milliers de titre. De l'autre côté du ring se tiennent les maisons d'édition dites indépendantes. Leurs catalogues sont bien moins fournis que ceux des grandes maisons d'édition et leur diffusion est parfois uniquement régionale.

Qu'on parle de maisons d'édition ou de librairies, le maillage régional est très important et il n'est pas rare que les professionnels d'un secteur se réunissent en associations pour s'entraider et/ou organiser des manifestations comme des prix littéraires ou des salons du livre par exemple.

 

Peut-être avez-vous entendu parler de l'exception culturelle française. Il s'agit de l'implication du gouvernement dans la promotion de la culture via le ministère éponyme. Diverses mesures en faveur du livre ont été prises pour soutenir et protéger ce secteur :

  • La Loi Lang de 1981 fixant le prix unique du livre,
  • Le Centre National du Livre (CNL) qui apporte depuis 70 ans des aides financières à tous les domaines professionnels relatifs au livre.

Les métiers du livre se situent au croisement des domaines artistiques, culturels et commerciaux. Le livre est donc un produit particulier dont la spécificité culturelle est à protéger.

 

L'âge d'or du livre est-il passé ?

Fini, le temps ou les livres se vendaient par dizaines de milliers car seule source de connaissance et de divertissement ? Oui et non.

 

Dire qu'internet n'a eu aucun impact sur la production et la vente de livres et d'encyclopédies serait mentir. Néanmoins, le livre papier n'a pas disparu avec l'arrivée de son frère numérique et le secteur, bien qu'affaibli par une baisse des pratiques de lectures, reste toujours vivace.

 

De nouveaux domaines professionnels se sont même créés pour répondre aux nouvelles exigences générées par la technologie. Les professionnels du livre se spécialisent dans des domaines relatifs au numérique ou font appel à des graphistes, spécialistes de l'écriture web ou même vidéastes pour leurs titres.

Peut-être est-on dans un nouvel âge d'or… L'avenir nous le dira.

 

Le domaine du livre est un secteur professionnel très riche dont le grand public n'en connaît souvent qu'une petite partie.