Vous recherchez...

Dossier : Les Métiers de l'administration pénitentiaire

Les Métiers de l'administration pénitentiaire

Les Métiers de l'administration pénitentiaire

Soumis au régime de la fonction publique, les différents types de personnels des établissements pénitentiaires évoluent dans un monde à part. Au service de la justice, de la sécurité et de la réinsertion, leurs métiers sont multiples et leurs tâches diverses.

Surveiller...

Décliné en plusieurs grades hiérarchiques, le personnel de surveillance des établissements pénitentiaires a de lourdes responsabilités. Surveillant, major, lieutenant ou encore commandant pénitentiaire, tous sont des fonctionnaires de l'Etat en uniforme avec pour principale mission de surveiller les personnes qui leur sont confiées par les autorités judiciaires. Ils encadrent les détenus, effectuent la fouille de leurs effets personnels, contrôlent leur courrier ou encore vérifient les effectifs en faisant l'appel.

Un surveillant pénitentiaire doit avant tout faire preuve d'autorité. Il s'assure de faire respecter l'ordre et la discipline tout en veillant à la sécurité de chacun. De la rigueur et du sang-froid lui sont nécessaires pour faire face aux situations parfois dangereuses auxquelles il peut être confronté. Il lui faut aussi posséder un grand sens de la communication pour gérer les conflits.

Car au-delà de ces activités de garde et d'inspection, le surveillant pénitentiaire doit également être une personne à l'écoute qui aide les détenus dans leur réinsertion et cherche à prévenir la récidive en favorisant le dialogue.

Pour accéder à la formation de surveillant, plusieurs conditions sont nécessaires : il faut être de nationalité française et n'avoir fait l'objet d'aucune condamnation criminelle ou correctionnelle. De plus, le candidat au poste doit être âgé d'au moins 19 ans et de 40 ans au plus, avoir obtenu le brevet des collèges et respecter certaines conditions physiques. Il doit, par exemple, être apte à pratiquer l'autodéfense et le tir.

Après plusieurs années de service, il est possible d'accéder au corps de commandement en devenant lieutenant pénitentiaire. Ce grade est accessible par concours interne ou externe. Une fois ce poste atteint, il est encore possible d'être promu capitaine ou commandant.

Diriger…

Le directeur d'un établissement pénitentiaire applique la politique du directeur de l'administration. Il oriente et coordonne les actions de l'ensemble des équipes intervenant dans un son établissement. Il prend donc en charge non seulement le personnel de surveillance mais aussi ceux liés aux domaines techniques et administratifs. C'est lui qui assume toutes les responsabilités en matière de sécurité, d'économie et de finances en gardant pour objectifs la performance et l'efficacité.

Tout comme le surveillant, le directeur doit agir avec rigueur et avoir le goût de l'action. Il doit être réactif pour prendre rapidement les décisions qui s'imposent, et posséder des capacités d'animation et de gestion. C'est un homme (ou une femme !) qui a un vrai goût du service public. Il est autoritaire mais avec un sens de la mesure et de la cohérence.

Suivant la taille de son établissement, il peut avoir un ou plusieurs adjoints.

Préparer la réinsertion et encadrer les peines probatoires

Le personnel de réinsertion et de probation est composé de conseillers, de chefs et de directeurs. Ces professionnels du travail social interviennent en milieu ouvert ou fermé. Ils sont responsables du suivi des personnes condamnées à des peines restrictives ou privatives de liberté. Ce ne sont pas seulement les détenus mais aussi les personnes en liberté conditionnelle ou encore celles contraintes à des travaux d'intérêt général. Ces professionnels les accueillent, sont chargés du suivi de leur situation et du contrôle des obligations auxquelles elles doivent se soumettre.

Les membres du personnel de probation s'appuient sur un réseau de partenaires institutionnels et associatifs. Ils travaillent en étroite relation avec les autorités judiciaires, le directeur de l'établissement et les chefs de service. Ils ont aussi un rôle de conseil quant aux décisions judiciaires. Ils aident l'autorité à adapter les peines en fonction de chaque cas particulier.

Parallèlement, leur mission est aussi de faciliter l'accès des détenus aux dispositifs sociaux, de soin, de formation et de travail, afin de les préparer à leur sortie de prison.

Gérer les équipements et les opérations administratives

Les établissements pénitentiaires intègrent aussi dans leur sein d'autres corps de métiers. Plus généraux, ils requièrent néanmoins une formation spécifique pour s'adapter à l'univers carcéral. Il s'agit des personnels techniques et administratifs.

Les membres du personnel technique sont avant tout chargés des équipements pénitentiaires. Ils en assurent le fonctionnement et la sécurité en effectuant leur maintenance et leur gestion quotidienne. Adjoints techniques, techniciens ou directeurs techniques, il dirigent des équipes techniques et programment les travaux d'entretien et de réparation. Mais leur mission ne s'arrête pas là. Ils ont également un rôle de formation auprès des détenus qu'ils encadrent dans des ateliers spécialisés. Leurs fonctions diverses nécessitent donc une capacité d'adaptation permanente à l'évolution des technologies.

Le personnel administratif est composé d'attachés d'administration et d'intendance, de secrétaires, d'adjoint et d'agents administratifs, ainsi que d'agents des services techniques. Ce sont eux qui optimisent la logistique et la gestion des établissements et des services pénitentiaires. Ils s'occupent des tâches administratives, économiques et financières. Cela va de la comptabilité à la gestion du personnel. Parfois même, ils participent à l'élaboration des orientations et des décisions de l'équipe de direction. De bonnes capacités d'initiative et de gestion sont nécessaires, ainsi qu'une connaissance aiguë des textes et des règlements liés à l'univers carcéral.

R. J.