Vous recherchez...

Dossier : Travailler avec un handicap

Travailler avec un handicap
Un handicap, qu’il soit ponctuel ou permanent, complique la vie quotidienne d’une personne. Cependant, si votre état de santé vous le permet, vous pouvez très bien travailler. Pour aider l’intégration des personnes dans le marché du travail, toute entreprise de plus de 20 salariés doit employer 6 % de personnes handicapées depuis 2005. Dans le cas contraire, l’entreprise doit verser une amende pouvant aller jusque 5 300 euros à l’Association de gestion de fonds pour l’insertion professionnelle des personnes handicapées. Mais comment peut-on travailler avec un handicap ? Quelles aides et lois gravitent autour de cette particularité ?

Tout d’abord, avant de parler de droits, voyons qui peut en bénéficier. Les travailleurs reconnus handicapés (par une Reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé ou RQTH) par la commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées, les titulaires de l’allocation adultes handicapés, de la carte d’invalidité mais aussi les victimes d’accidents ou de maladies liées au travail ayant entraîné une incapacité permanente d’au moins 10 %. Les titulaires d’une pension, d’une allocation ou d’une rente d’invalidité en général suite à un accident survenu au travail ou en service (pour les sapeurs-pompiers volontaires par exemple, les anciens militaires ou les veuves de guerre) ont aussi des droits.

Si vous êtes handicapé en poste mais que celui-ci est trop difficile pour vous à cause de votre handicap, vers qui pouvez-vous vous tourner ? Si vous possédez une RQTH, vous pouvez en parler à une assistante sociale, au SAMETH (services d’appui au maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés) mais surtout au médecin du travail qui est la personne à contacter. Celui-ci peut étudier votre cas, analysant à la fois le handicap et le poste qui vous est confié. Trois cas peuvent survenir ensuite : l’entreprise peut vous licencier pour inaptitude, aménager votre poste pour qu’il s’adapte à votre handicap ou vous reclasser en vous en proposant un autre, adapté à la situation. En revanche, si vous n’avez pas une RQTH, vous devez vous adresser à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) pour l’obtenir. Dès la demande effectuée, vous pouvez être suivi par les services sociaux de la caisse d’assurance retraite et de santé au travail.

Du côté des demandeurs d’emploi, si vous souhaitez rechercher et que vous possédez déjà une RQTH, vous pouvez passer directement par Pôle Emploi. Si vous ne l’avez pas, comme pour les salariés, vous devez passer par la MDPH pour l’obtenir.

En tant que travailleur handicapé, vous pouvez également exercer dans la fonction publique. Pour cela, vous avez droit à deux modes d’entrée : le concours et la voie contractuelle. Pour participer au concours, vous devez remplir les mêmes conditions de diplôme qu’un valide mais vous pouvez demander un aménagement des épreuves. Une visite médicale sera effectuée et le médecin déterminera les aménagements qui vous permettront de passer le concours dans les mêmes conditions qu’un travailleur valide. Par la voie contractuelle, vous pouvez postuler auprès de toutes les administrations et si votre candidature est retenue, vous entrez en période d’essai. Suite à celle-ci, vous serez titularisé, votre période sera reconduite ou elle sera arrêtée.

Quid de la formation ? Les demandeurs d’emploi handicapés ont droit à l’ensemble des formations de droit commun financés par le Conseil Régional, Général ou Pôle Emploi au même titre que les travailleurs valides. Mais il existe aussi des formations spécifiques accessibles exclusivement aux personnes handicapées qui demandent un reclassement professionnel auprès de la MDPH. Généralement, Cap Emploi, Pôle Emploi ou la mission locale vous aideront à définir un projet de formation avant de vous diriger vers l’organisme répondant à vos critères.

Du côté des salariés, les handicapés ont les mêmes droits qu’un autre salarié de l’entreprise, à savoir le congé individuel formation ou le droit individuel à la formation qui leur permettront de développer des compétences. Concernant l’emploi, les personnes handicapées ont également accès aux contrats aidés, d’apprentissage ou de professionnalisation. Une autre piste se forme avec les entreprises adaptées (EA) et les centres de distribution de travail à domicile (CDTD), employant au moins 80 % de travailleurs handicapés à efficience réduite. Tout au long de votre parcours, vous avez droit à un suivi et un accompagnement dans l’emploi comme dans la formation. Si vous travaillez dans une EA ou un CDTD et que vous souhaitez intégrer une entreprise, vous aurez une priorité d’embauche d’un an au sein de l’EA ou du CTDT si l’expérience dans l’entreprise n’a pas été une réussite.

Travailler avec un handicap est donc une chose tout à fait envisageable grâce aux aides apportées et aux entreprises qui tentent de s’adapter au mieux aux besoins de ceux-ci. Les sites d’emploi eux aussi, comme L4M, référencent les offres en précisant bien si le poste convient à une personne handicapée ou non. De plus, L4M a également choisi d’envoyer directement ces offres à des centres d’aides à l’insertion professionnelle des personnes handicapées pour aller toujours plus loin dans l’aide apportée. N’hésitez donc pas à vous informer, à contacter les services adaptés pour faire de votre projet professionnel, une réalité. Quel que soit le handicap qui vous atteint.