Dossier : Optez pour le Slow Business

Optez pour le Slow Business

Ne vous y trompez pas : Se mettre au Slow Business ne veut pas dire travailler moins, travailler distraitement ou ne pas accorder d’importance à son emploi du temps. C’est même tout le contraire ! Efficacité, productivité et qualité sont au rendez-vous de cette nouvelle forme de management. Qu’est-ce que le Slow Business et est-ce fait pour vous ?

 

Le Slow Business, une décélération bénéfique pour l’entreprise

L’organisation « classique » du travail, a montré ses limites. Il n’est pas rare dans ces modèles, de faire des heures supplémentaires à n’en plus finir, de sentir une épée de Damoclès au-dessus de sa tête dès qu’il s’agit de tenir des délais très serrés, de se forcer à être productif à tout prix. Et les conséquences sont bien là ! Burn-out, fatigue, stress… Les risques psychosociaux en entreprise n’ont jamais été aussi importants. La prévention et des dispositions de prise en charge existent, mais si on pouvait les éviter ? Car quand on parle de Slow Business, ce n’est pas une simple méthode à adopter : il s’agit d’un véritable changement dans la culture d’entreprise.

La course effrénée vers les objectifs et les résultats s’arrête enfin pour une organisation plus souple, mais surtout, à l’efficacité redoutable. Doucement, mais sûrement ! La clé, c’est la gestion du temps. Là où certaines entreprises mettent les bouchées doubles pour atteindre leurs objectifs le plus rapidement possible, le Slow Business met au centre de son fonctionnement l’humain. Pour lui donner le temps de fournir un travail plus abouti, plus épanouissant aussi. Car ce n’est plus un secret depuis longtemps : un salarié heureux est un salarié plus productif, plus créatif, bref, bien plus efficace.

 

Quels sont les points essentiels du Slow Business ?

Le Slow Business invite à une meilleure gestion du temps, pour permettre à tous de trouver un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Et cela peut prendre des formes très diverses. Chaque entreprise peut agir, en aménageant des espaces de repos réellement axés sur la récupération, le calme ou le divertissement.

Le phénomène du Slow Food peut également entrer dans ce cadre, dans la mesure où l’idée centrale est de prendre le temps de manger et de profiter du temps passé ensemble. Exit les sandwiches devant l’écran : la pause déjeuner est une vraie pause ! Une coupure qui permet de se remettre plus efficacement au travail. La qualité de vie au travail est donc une problématique centrale dans le Slow Business et peut-être même que certaines entreprises en adoptent quelques aspects sans même le savoir !

D’autres poussent le Slow Business plus loin : c’est le cas par exemple, des entreprises qui fonctionnent avec la méthode ROWE (Results-Only Work Environement). Une méthode surtout en place aux États-Unis et au Canada, où les salariés gèrent eux-mêmes leur emploi du temps, leur temps de travail et même leurs congés ! Dans ces entreprises, pas de présentéisme : seuls les résultats comptent. Et cela permet de nombreuses adaptations, certains pouvant même caler leurs horaires de travail sur leur horloge biologique (productivité plutôt accrue le matin, l’après-midi, voire la nuit). Mais sans aller jusque-là, le Slow Business dans son aspect d’amélioration de la qualité de vie au travail, de confort, d’équilibre avec la vie personnelle, gagnerait à être plus connu et surtout plus pratiqué en France.

Cela requiert bien entendu que les salariés concernés soient dotés d’une grande autonomie et d’une conscience professionnelle qui leur permette de s’épanouir dans ces conditions. Certaines personnes nécessitent indubitablement d’être managées, coachées, encadrées pour parvenir à leurs objectifs ! Mais il est tout à fait possible d’en adopter certaines mesures et/ou d’en encadrer d’autres ! Il n’y a pas une seule façon de faire du Slow Business, ce qui importe, c’est le résultat !