Vous recherchez...

Dossier : Les chantiers bénévoles

Les chantiers bénévoles

Les chantiers bénévoles

De plus en plus d'associations permettent à des jeunes motivés de s'engager dans des chantiers bénévoles. Manière concrète de se rendre utile là où l'on en a le plus besoin, en quoi consistent exactement ces regroupements de jeunes volontaires ?

A la sueur de son front

Depuis longtemps, l'idée de mettre vos bras au service d'une cause caritative vous titille le cervelet. Mais, quand on est étudiant ou jeune professionnel, on n'a pas forcément le loisir de s'investir dans des missions de longues durée. Dans ce cas, les chantiers bénévoles font figure de bouffée d'oxygène pour les jeunes en mal d'action.

Lors des chantiers, les missions s'orientent généralement autour de trois axes majeurs : la solidarité, le patrimoine et l'environnement. Ainsi, vous pourrez aider à la construction d'une école, participer à la création d'un plan d'eau ou vous investir dans des fouilles archéologiques.
Le type de mission dépend de l'endroit où le chantier se déroule. Beaucoup ont lieu en France mais certaines associations proposent des chantiers à l'étranger, aussi bien en Asie qu'en Afrique ou en Europe de l'Est.

Pour partir, on vous demandera généralement d'avoir 18 ans lorsqu'il s'agit d'un chantier à l'étranger. Pour la France, l'âge minimum est variable selon les associations : à partir de 14 ou 16 ans, vous pourrez mettre vos petites mimines à l'épreuve de la solidarité. Il y a rarement une limite d'âge maximum, la seule condition étant d'être en bonne forme physique. La durée des chantiers peut aller de quelques jours à plusieurs semaines, selon les travaux envisagés. En règle générale, pour permettre au plus grand nombre de se libérer, les séjours sont prévus durant les week-ends ou les périodes de vacances scolaires.

Décider de s'investir dans un chantier est une aventure riche en expériences. Vous aurez l'occasion de découvrir une région, voire un pays, sous l'angle de la solidarité. Dans le cas des pays étrangers, c'est l'immersion linguistique assurée. De la même manière, si vous travaillez avec des bénévoles de tous pays, vous aurez droit à l'auberge espagnole en plein air. Quoiqu'il en soit, échanges et découvertes deviendront les maîtres mots de votre aventure.

Plus qu'une envie : un choix motivé !

S'engager sur un chantier bénévole est un choix qui ne se prend pas à la légère. Surtout s'il s'agit de partir deux mois à l'étranger. Les chantiers sont non seulement bénévoles mais également payants. Il faut en général compter quelques dizaines d'euros, pour l'adhésion à l'association, et ajouter à cela le prix du trajet qui est toujours à la charge du bénévole. Il est donc évident qu'aller débroussailler les marais en Camargue vous reviendra moins cher que de partir construire une école au Cambodge. Il faudra également composer avec les frais de visa et de vaccination qui peuvent rapidement faire monter la note.
C'est donc un projet qui doit impérativement mûrir avant de se jeter à l'eau.

De plus, il faut avoir une bonne capacité d'adaptation. Dans tous les cas, vous aurez à travailler en équipe dans une logique d'entraide. Mieux vaut donc être ouvert et ne pas avoir peur d'aller vers les autres. La cohésion est l'une des conditions principales pour faire avancer les projets.
Si vous vous envolez vers l'étranger, vous devrez également vous adapter à la langue, aux traditions et, parfois même, au climat. Mais c'est aussi en cela que réside l'intérêt des chantier : partir à la rencontre de l'autre et de l'ailleurs, tout en faisant quelque chose d'utile.

Pour trouver votre chantier, tournez-vous vers les associations. Pour obtenir la liste des associations qui proposent ce type de séjours, renseignez-vous auprès de l'office du tourisme ou de la maison des associations. Vous n'aurez ensuite qu'à repérer celle qui correspond le plus à votre envie.
Pour ce qui est des fouilles archéologiques, le ministère de la culture a mis en ligne un moteur de recherche afin de vous aider à trouver la mission qu'il vous faut.


M.I.