Vous recherchez...

Dossier : Le coaching

Le coaching

Plus de 60 % des entreprises françaises ont recours au coaching.

Coaching is « in »

Le coaching a débarqué dans le monde de l'entreprise par le biais du sport. C'est en effet dans le domaine sportif que l'on s'est rendu compte qu'un geste technique, réalisé parfaitement par un athlète au sommet de sa forme, n'était pas efficace sans un mental de gagnant. La mécanique de la motivation, la peur de perdre ou de gagner, la gestion du stress ou encore les méthodes de concentrations sont autant de terrains d'entraînements pour le coach mental. Transposées au sein de l'entreprise, quelles sont et que valent ces méthodes d'accompagnement ?

Définition du coaching d'entreprise

Comme le souligne la Fédération francophone de coaching, « le coaching repose sur une alliance conçue pour accompagner une personne ou un groupe vers son meilleur niveau de réussite et d'épanouissement ». Il se définit en outre par l'accompagnement, sur une durée limitée, d'un individu ou d'une équipe afin de développer leur potentiel et leur savoir-faire dans le cadre d'objectifs professionnels. Il permet à une personne ou un groupe d'améliorer ses performances et repose sur le questionnement, l'écoute active, la reformulation, la prise de conscience et la considération positive inconditionnelle.

Le coaching diffère de la psychothérapie en ce sens qu'il intervient sur des problématiques d'entreprise dans l'ici et le maintenant avec une projection dans le futur. Le coach ne cherche pas à connaître les causes profondes d'un comportement (en remontant à l'enfance par exemple) comme le ferait un psy. Le coaching ne peut pas non plus être assimilé à du conseil parce qu'il a pour mission de permettre au coaché de mettre en œuvre ses propres solutions, en agissant comme un miroir.

Les enjeux du coaching

Les objectifs du coaching peuvent être centrés sur la personne ou une situation. Dans le premier cas, il peut aider à renforcer l'autorité naturelle du leader, identifier les enjeux d'un poste, donner un second souffle après une crise passagère, relâcher les tensions et gérer le stress. Centré sur la situation, le coaching vise à ce que les conflits managériaux, la cohésion d'équipe et la conduite du changement soient gérés dans les meilleures conditions.

Dans les faits, on remarque que les missions attribuées au coaching concernent avant tout le management au sens large. 81 % des entreprises s'appuient ainsi sur cette formule quand il s'agit d'accompagner un cadre dans son évolution professionnelle ou de le faire progresser dans sa pratique du management. De la même manière, 67 % des entreprises ont recours au coaching pour résoudre les problèmes relationnels, à savoir le mode de fonctionnement entre un manager et son équipe. Autre mission fréquente : épauler un cadre lors d'un projet d'ampleur. 54 % des entreprises admettent se servir du coaching pour « l'accompagnement sur un enjeu fort ».

Marché et déontologie

Le coaching commence à être de plus en plus utilisé par les entreprises : effet de mode pour cadres supérieurs gâtés par leur direction ou au contraire méthode d'accompagnement fiable en voie de pérennisation, difficile de le savoir exactement. Toutefois, les chiffres parlent d'eux-mêmes sur l'essor du coaching en France : en 2003, il a généré 120 millions d'euros et on dénombre entre 3 000 et 3 500 coachs sur le territoire. 60 % des entreprises de plus de mille salariés y ont recours mais seulement 15 % de celles comportant entre 500 et 900 employés l'utilisent. Autant dire que le coaching s'adresse en premier lieu aux managers des sociétés les plus riches.

Sachez que le coaching est soumis à un code déontologique centré autour de plusieurs points : les devoirs du coach (ex : la confidentialité), ses devoirs vis-à-vis du coaché (ex : protection de la personne), vis-à-vis de l'organisation (ex : équilibre général du système) et vis-à-vis de ses confrères (ex : obligation de réserve). En tout, 16 articles constituent le code déontologique de la profession.

Mise en oeuvre

Pour un coaching efficace, trois points essentiels sont à respecter :

le choix du coach : expérimenté et ouvert.
la durée et le lieu du coaching : en moyenne 6 à 10 séances de 2 h, espacées d'au moins une semaine et prenant place sur le lieu de travail du coaché ou dans les locaux du coach.
un engagement contractuel tripartite entre l'entreprise, son employé (le coaché) et le coach qui définit entre autres les objectifs à atteindre.

Le prix d'une séance de coaching coûte entre 230 et 450 € l'heure. L'accompagnement personnalisé lié à des objectifs clairement définis engendre des coûts bien plus élevés que ceux engendrés par une formation générique. Reste à savoir si le retour sur l'investissement s'avère profitable en termes de rendement et de productivité pour l'entreprise et en terme de performances et de bien-être pour l'employé.