Vous recherchez...

Dossier : La Démission

La Démission

La Démission

Vous ne vous sentez plus à l'aise dans votre entreprise, votre travail est devenu trop routinier, vous avez envie d'évoluer ou mieux, vous avez trouvé un autre poste plus intéressant ailleurs ? Il est peut-être temps de démissionner…

Démission ou rupture à l'amiable ?

Deux possibilités s'offrent à vous : vous pouvez choisir de donner votre démission en bonne et due forme ou bien préférer vous mettre d'accord avec votre employeur pour décider ensemble d'une rupture à l'amiable.

Si vous êtes employé en CDI, vous êtes tout à fait libre de démissionner quand bon vous semble. Vous pouvez choisir de l'annoncer par écrit ou plus simplement de le faire verbalement ou par téléphone. En revanche, lorsqu'il s'agit d'un CDD, la situation est plus complexe. En théorie vous n'êtes pas autorisé à rompre ce type de contrat, sauf dans le cas où vous seriez embauché en CDI dans une autre entreprise. Si vous n'étiez pas concerné par cette situation, vous pourriez être condamné à verser des dommages et intérêts à votre employeur en réparation du préjudice subi. A éviter, donc.

Pour ce qui est de la rupture à l'amiable, il s'agit d'une procédure où votre employeur et vous décidez d'un commun accord de mettre fin à votre contrat, sans passer par le licenciement ou la démission. Vous pouvez ainsi négocier ensemble librement des conditions de la rupture comme la date de votre départ ou le montant de votre indemnisation. Officialisez de préférence cette démarche par écrit afin d'éviter tout malentendu. Mais attention, cette solution a un inconvénient de taille : vous ne pourrez bénéficier du chômage car il n'y aura pas de « perte involontaire d'emploi ».

La lettre

Même si la loi ne vous oblige pas à annoncer votre démission par le biais d'une lettre, il est pourtant fortement recommandé de préférer ce moyen car il permet de conserver des traces écrites de la procédure. Vous pouvez donner votre lettre en main propre à votre employeur ou choisir de l'envoyer par courrier. Dans ce cas, optez pour un envoi en recommandé avec accusé de réception. La date à laquelle votre employeur est informé de votre demande détermine en effet le début de votre période de préavis. D'où l'utilité de la connaître précisément.

En ce qui concerne le contenu, il doit être bref. Soyez sobre et concis et ne vous étalez pas sur les motifs de votre démission. En aucun cas la loi ne vous oblige à expliquer les raisons de votre décision et un simple « raisons personnelles » peut suffire à couvrir tout type de situation. Indiquez votre nom et votre adresse ainsi que ceux du destinataire en n'oubliant pas de préciser la date. Vous devez ensuite rappeler depuis combien de temps vous travaillez dans la société et à quel poste, puis expliquer que vous discuterez avec votre employeur des modalités de votre départ.

Les conditions

Lors de votre démission, vous pouvez bénéficier de certaines indemnités. Votre employeur doit en effet vous verser le montant correspondant aux journées de congés payés que vous n'auriez pas encore prises. Dans certains cas, spécifiques à la réglementation propre à l'entreprise que vous décidez de quitter, vous pouvez même parfois espérer toucher une prime de fin d'année.

Pour ce qui est du chômage, vous n'aurez droit à des allocations que si votre démission est considérée comme légitime. Vous pouvez ainsi quitter votre emploi pour suivre votre conjoint, pour effectuer une mission de volontariat pour la solidarité ou tout simplement parce qu'il s'agit d'un emploi précaire (tel qu'un emploi jeune ou un emploi solidarité). Il va sans dire qu'une faute grave de votre employeur ou des problèmes de santé sont également des motifs recevables.

Enfin, sachez que pour être valable, votre démission ne doit pas être forcée, irréfléchie ou donnée sur un coup de tête ou sous l'effet de l'émotion. Elle ne doit pas non plus être abusive et effectuée dans le seul but de nuire à votre employeur. De plus, elle doit être faite dans les règles, en respectant, par exemple, le préavis qui vous est imposé (généralement 3 mois).

R. J.