Vous recherchez...

Dossier : Bourses et allocations

Bourses et allocations

Des bourses, on connaît le plus souvent celles sur critères sociaux, au risque d'en oublier les autres…

D'une grande aide !

Lorsque l'on est étudiant, il est parfois difficile de joindre les deux bouts, c'est pourquoi les bourses sur critères sociaux existent. Cependant, « non boursier » ne rime pas forcément avec opulence. Heureusement, d'autres aides permettent d'étudier en toute sérénité.

Les bourses sur critères universitaires

Les bourses sur critères universitaires procurent une aide substantielle aux étudiants de 3e cycle. Pour y accéder, il faut être inscrit en deuxième année de Master (recherche ou professionnel) ou préparer l'Agrégation.

Elles sont réservées aux candidats dont les résultats universitaires méritent d'être soutenus. Toutefois, ce n'est pas le seul critère d'éligibilité. Il faut en effet être de nationalité française ou ressortissant de l'Union européenne. Les étudiants étrangers hors UE peuvent malgré tout prétendre à ce type de bourse sous certaines conditions (réfugiés politiques, parents résidants en France depuis deux ans…).
De plus, à mérite égal, ce sont les critères sociaux de l'étudiant qui vont déterminer l'attribution de la bourse. De la même manière, si le dossier de bourse sur critères universitaires est refusé, il est automatiquement réexaminé comme un dossier de bourse sur critères sociaux.Sauf exceptions, les étudiants ayant déjà bénéficié de ce type d'aide financière ne peuvent plus y prétendre par la suite.

A titre d'exemple, le montant de l'aide annuelle attribuée pour l'année universitaire 2007/2008 était de 4 052 € pour les Masters et de 4 370 € pour la préparation à l'Agrégation.

Le prêt d'honneur aux étudiants

Les étudiants de nationalité française, inscrits dans un établissement d'enseignement supérieur pouvant accueillir des boursiers, peuvent prétendre à un prêt d'honneur.

Accessible dès lors que vous avez réussi votre première année d'étude, il vous permettra de recevoir une somme maximale de 3 000 €. Ce qui fait la force de ce prêt est qu'il est avancé à taux zéro. C'est-à-dire qu'aucun intérêt ne viendra s'ajouter à la somme que vous aurez reçue.
Une fois votre demande acceptée, vous recevrez la somme en une seule fois. En contrepartie, vous vous engagez à la rembourser dans les dix ans qui suivent l'obtention du diplôme visé. Si vous abandonnez vos études entre temps, ce délai s'applique à partir de la date de versement du prêt.

Comme pour toute aide, une commission d'attribution se réunit. Elle évalue différents critères, aussi bien universitaires que sociaux, et accepte ou non de délivrer le prêt. Elle vérifie également que l'étudiant n'a jamais bénéficié de bourse. Toutefois, un boursier à l'échelon zéro peut prétendre à cette aide.

Les allocations de recherche

L'allocation de recherche tient moins de l'aide que du salaire. Il s'agit en fait d'un contrat de trois ans qui permet à un doctorant de se consacrer entièrement à sa thèse. Là encore, les bénéficiaires sont soumis à une sélection. Ils doivent notamment être âgés de moins de 25 ans lors de l'inscription en première année de doctorat.
Les candidats doivent également être titulaires d'un master obtenu en France ou dans un des pays de l'Espace européen d'enseignement supérieur. Evidemment, il leur faut également être admis à s'inscrire en doctorat.

De manière générale, pour avoir droit à une allocation, il est obligatoire de s'inscrire en thèse dès l'obtention du master. Cependant, des exceptions existent, notamment pour les personnes se présentant entre temps aux concours de l'enseignement ou les femmes ayant bénéficié d'un congé maternité.

Outre ces aspects objectifs, la sélection des allocataires s'appuie également sur le mérite du postulant ainsi que sur la validité de son projet de recherche.En 2007, l'allocation s'élevait à 1 530.77 € bruts par mois. Cette somme peut être complétée par un contrat de monitorat. Le doctorant prend donc la charge de travaux dirigés en premier cycle. Les chargés de TD peuvent ainsi ajouter environ 300 € à leur allocation.


M.I.