Vous recherchez...

Dossier : Travail et tenue vestimentaire

Travail et tenue vestimentaire

Le bon look dans l'entreprise

Au-delà des mots, votre apparence est le premier message que vous diffusez. Crédibilité, assurance ou dynamisme, apprenez à maîtriser les codes et surtout à éviter les pièges.

Comment s'habiller pour son entretien d'embauche ?

Vous êtes prêt. Vous avez passé en revue toutes les questions qui sont susceptibles de vous être posées, préparé les réponses adéquates, potassé l'historique de l'entreprise. Mais avez-vous bien préparé votre tenue vestimentaire ? Etre attentif à vos vêtements et votre présentation sera toujours bien reçu par votre employeur potentiel : c'est une preuve des efforts que vous faites pour décrocher cet emploi.

Pour commencer, il est impératif de cibler l'entreprise et de définir votre tenue en fonction de ses codes, ainsi que du poste que vous visez. Il ne sert à rien de sortir le grand jeu à tout bout de champ et vous devez plutôt chercher à vous adapter à chaque cas particulier. En règle générale, plus la fonction que vous souhaitez occuper nécessite un contact avec le client et des déplacements fréquents à l'extérieur, plus votre présentation est à soigner. N'oubliez pas que votre employeur va vous imaginer en action dans son entreprise et juger si votre image peut s'ajuster au cadre professionnel qu'il dirige.

Ayez une préférence pour des vêtements plutôt neutres, en évitant les couleurs criardes et les accumulations de bijoux et d'accessoires clinquants. Vous risqueriez de paraître trop excentrique, voire provocant. Il va sans dire que votre tenue doit être propre et repassée. Vous-même vous devez être irréprochable : coiffé, rasé, tatouages et piercings masqués. Quant à l'utilisation de maquillage, parfum et autre après-rasage, soyez discret ! Vous ne voudriez quand même pas que votre futur employeur tourne de l'œil !

Malgré tous ces impératifs, gardez à l'esprit qu'il est primordial de se sentir à l'aise dans ses vêtements. Ce n'est pas la peine de vous déguiser. Ne vous emprisonnez pas non plus dans des costumes ou tailleurs étriqués qui auront tendance à brider vos mouvements et donc votre prestance. Choisissez plutôt une tenue ample et confortable qui facilitera votre mobilité. En résumé, tout est donc une question de mesure et de bon sens. Soyez propre et net, classique mais pas excessivement « classe », à l'aise mais pas trop décontracté.

Effets de mode

Depuis quelques années le code vestimentaire des entreprises tend à s'assouplir, même dans les boîtes les plus strictes, pour évoluer vers un style plus décontracté. Ainsi, près de deux tiers des patrons laissent le choix à leurs employés quant au port de la cravate. Dans l'ensemble, deux salariés sur cinq s'habillent selon leurs propres goûts et envies pour aller travailler. La majeure partie d'entre eux estiment arborer un look plutôt chic mais pas strict et de plus en plus osent le style « chic décalé » mélangeant, par exemple, costume et baskets. Néanmoins, tous avouent faire un effort lorsqu'il y a contact direct avec le client et certains tentent même de s'adapter au code vestimentaire de leur clientèle.

Parallèlement à ce phénomène de souplesse générale, certains patrons ont mis en place ce qu'on appelle le « casual friday » ou « friday wear ». Lancée dans les années 90 par des entreprises californiennes, cette nouvelle mode a rapidement traversé les frontières pour gagner l'Europe. Il s'agit d'un jour de « relâche vestimentaire », le vendredi donc, où chacun a la permission de quitter son costume ou son tailleur pour le troquer contre un débardeur ou un polo. Cette pratique, essentiellement parisienne pour ce qui est de la France, n'est suivie que par un tiers des employés et seuls 6 % osent la panoplie T-shirt-jeans-baskets avant de partir en week-end. Pour beaucoup il ne s'agit là que d'un simple effet de mode destiné à bientôt disparaître, d'autant que certains patrons ont pu constater que le relâchement vestimentaire entraînait souvent un relâchement général, porte ouverte aux retards et à l'absentéisme. Prenez garde aux abus !

Législation en matière de tenue

En théorie, en tant que salarié, vous êtes libre de vous habiller et de vous coiffer comme vous l'entendez. Si votre employeur vous interdit de porter une tenue, il porte a priori atteinte à votre liberté individuelle. Mais attention, cette liberté n'est pas sans limite ! En effet, le code du travail précise que votre employeur peut tout à fait poser ses conditions s'il a une bonne excuse. Soit votre look ne colle pas avec la tâche que vous devez accomplir, soit il ne colle tout simplement pas avec les « valeurs » de l'entreprise. En clair, s'il peut justifier d'un motif valable pour remettre en question votre tenue, vous n'avez aucun pouvoir pour contester. Faites attention car les codes vestimentaires de l'entreprise sont souvent implicites et rarement officialisés sur le papier ! A vous de bien juger la situation et d'éviter au possible les extrêmes qui pourraient attirer l'attention sur vous, comme ce qui relève de l'indécence ou du ridicule.

Il peut également arriver qu'une clause spéciale soit intégrée à votre contrat de travail ou simplement dans le règlement intérieur de l'entreprise. Elle peut vous contraindre à ne pas porter certains vêtements ou, à l'inverse, à adopter une tenue vestimentaire spécifique. Postier, hôtesse d'accueil ou maître d'hôtel, les emplois pour lesquels l'uniforme est de rigueur ne manquent pas. Dans certaines fonctions de l'industrie ou du secteur de la santé, la législation rend même cette mesure obligatoire pour des motifs d'hygiène ou de sécurité. Mais il peut aussi arriver que l'uniforme qui vous est imposé soit moins formel : si vous êtes employé dans le commerce de vêtements, vous pouvez être contraint de porter les produits vendus en magasin. Les tenues doivent alors être fournies par votre employeur qui en garde la propriété et c'est donc à lui (et non à vous !) de prendre en charge leur entretien et les éventuels frais liés à leur dégradation.

Dans tous les cas, sachez que si une tenue vous est imposée, l'habillage et le déshabillage doivent être comptés dans votre temps de travail effectif et donc réalisés sur votre lieu de travail ! Avant toute chose, lisez bien votre contrat et le règlement intérieur de votre entreprise et n'hésitez pas à mettre les choses au clair avec votre patron en cas de doute.

R. J.