Vous recherchez...

Dossier : Négocier son salaire

Négocier son salaire

Négocier son salaire

Préparez-vous !

Avant d'entamer toute démarche, vous devez vous assurer que vous méritez bien une augmentation.
Posez-vous la question de savoir si oui ou non le travail que vous fournissez devrait impliquer une réévaluation de votre salaire à la hausse. Il s'agit de faire le bilan de vos compétences, de votre investissement personnel dans l'entreprise et de vos contributions. Les points à analyser concernent l'apport de votre travail au niveau de l'augmentation des gains de l'entreprise et de la diminution des coûts et des erreurs.
Car demander une augmentation, c'est avant tout savoir vendre son travail et ses compétences. Aux arguments, il faudra joindre des preuves, chiffres et détails, etc. Il est essentiel de se préparer afin de mettre toutes les chances de votre côté et de ne pas être pris au dépourvu.Il est par ailleurs bon de faire le point en amont sur les différents compléments de salaire dont vous disposez : une assurance santé complémentaire, un plan d'intéressement, un dispositif d'épargne salariale, des titres restaurant, un téléphone mobile professionnel voire une voiture de fonction constituent en effet des à-côtés non négligeables que l'employeur peut mettre en avant pour justifier un salaire inférieur.

Il est plus approprié d'entamer des négociations lors de votre embauche, lors de votre entretien annuel. Mais vous pouvez entamer des négociations suite à l'avancement d'un projet important dans lequel vous avez eu un rôle déterminant, lors de la signature d'un contrat avec un nouveau client grâce à vous.
Attendez que votre supérieur ait la meilleure opinion possible de vous, qu'il remarque vos qualités, vos compétences et votre travail.
Prenez notes de vos réussites les plus importantes et faites en part à vos supérieurs afin de vous mettre en valeur. Faites vous voir lors des réunions, montrez que vous êtes un élément dynamisant.

Sachez qu'en règle générale, un salarié peut espérer entre 5 % et 15 % d'augmentation de son salaire fixe, si sa demande est justifiée bien évidemment.

Votre prétention salariale doit être clairement formulée. Comme dans toute négociation, il faut demander plus pour obtenir ce que l'on souhaite car votre interlocuteur vous proposera naturellement le minimum. Mais tachez tout de même de rester réaliste, pour cela effectuez quelques recherches sur les pratiques de l'entreprise, échangez avec vos collègues et la direction des ressources humaines afin d'essayer de connaître la rémunération de personnes exerçant la même profession que vous et possédant, plus ou moins, votre profil.

En toutes circonstances, il est important d'être à la fois déterminé, raisonnable mais pas agressif ni trop rigide : soyez souriant et courtois. N'oubliez pas que le but est de conclure une entente satisfaisante. Alors, employez votre énergie à trouver des solutions et à proposer un arrangement qui vous convienne. Et évitez toute attitude conflictuelle ou agressive.

Evitez d'argumenter avec des raisons en lien avec votre vie personnelle (déménagement, enfant en plus…), il est également maladroit de vous comparer à vos collègues.

Témoignez de la confiance que vous avez en vous, de cette façon vous montrerez que votre requête est légitime mais pour autant, le refus est à envisager.
Choisissez le bon moment, n'hésitez pas à reporter le rendez-vous si vous ou votre interlocuteur n'êtes pas dans les meilleures dispositions.

Enfin, en cas de refus catégorique, ne faites pas l'erreur de céder au chantage, vous perdriez en crédibilité et risqueriez de dégrader la relation que vous entretenez avec votre supérieur.
De plus, il ne s'agit pas forcément d'une remise en cause de vos compétences. En effet, certaines entreprises répartissent les augmentations en fonction d'une somme établie au préalable. De plus, n'oubliez pas qu'il est tout à fait possible que votre entreprise n'ait tout simplement pas les moyens financiers nécessaires pour accéder à votre requête.