Vous recherchez...

Dossier : Les métiers du sport

Les métiers du sport

Les métiers du sport

Dans les stades, les bassins ou à l'intérieur des gymnases… Le sport a toujours passionné les foules et suscite de nombreuses vocations. Mais les places sont rares et tout le monde ne peut pas monter sur le podium.

Le goût de l'effort

Exercer un sport et en faire son métier est, pour beaucoup, un rêve d'enfant. Mais la vie d'un sportif professionnel est faite de discipline et de rigueur. Ajoutez à cela d'évidentes prédispositions physiques, les nombreux déplacements et les risques de blessure. Seuls les plus chanceux et persévérants – à peine quelques milliers – pourront espérer voir leurs noms sur les feuilles de match.
Le plus souvent, les éléments les plus prometteurs sont remarqués dans les clubs sportifs dès leur plus jeune âge. Leur parcours scolaire varie par la suite (sport étude, université…) Mais il paraît essentiel de poursuivre des études, car dans le milieu du sport de haut niveau, les carrières sont courtes, dix ans en moyenne. C'est pourquoi il est également très important de penser à une reconversion, suffisamment tôt afin de ne pas être pris au dépourvu.
La plupart du temps, les sportifs à la retraite enchaînent sur une carrière d'entraîneur ou d'éducateur sportif.
Tous les sports ne permettent pas d'envisager une carrière à temps plein. En effet, si dans de nombreuses disciplines (basket, football, cyclisme…), il est possible d'être salarié d'un club ou d'un sponsor, toutes ne sont pas concernées. Il faut alors trouver une activité complémentaire, aux horaires aménageables, pour vivre sa passion tout en subvenant à ses besoins.

Sportifs mais pas que !

Exercer un métier en rapport avec le sport, ce n'est pas seulement exploser des records à la sueur de son front. C'est aussi une pléiade de métiers annexes, sans lesquels le sport serait peu de chose.
Pour amener les athlètes au meilleur niveau, c'est un travail d'équipe qui doit se mettre en place. L'entraîneur est celui qui coordonne les séances d'entraînement et met en place les plannings. Le plus souvent, il s'agit d'un sportif de haut niveau reconverti.
Les éducateurs sportifs, même si certains amènent leurs clubs jusqu'en finale de certaines compétitions, sont plutôt orientés vers le loisir. De plus en plus, les éducateurs sportifs sont amenés à se spécialiser dans la gestion de types spécifiques de publics (enfants, seniors, personnes en difficultés…). C'est le cas, le plus souvent, lorsqu'ils sont rattachés à une collectivité locale.
Mais que seraient les sportifs s'ils n'avaient pas de lieux où s'entraîner ? Du côté de la gestion et du management, il ne faut donc pas oublier les directeurs d'équipements sportifs. Il peut travailler au sein de structures publiques ou privées, où il devra assurer une veille technique et logistique tout en développant les activités du lieu dont il s'occupe.
Enfin, le journalisme sportif, même s'il fait rêver, n'offre que peu de perspectives. Outre les difficultés inhérentes au métier de journaliste, la spécialisation dans le domaine du sport restreint davantage les débouchés.

Différentes formations.

Pour les quelques élus, la filière sport-études permet de concilier idéalement un parcours scolaire avec l'entraînement sportif. Ces « sections sportives scolaires » peuvent être envisagées au collège et au lycée. Seuls les horaires sont aménagés. Le programme pédagogique, lui, ne diffère en rien de celui des établissements classiques. Un niveau très prometteur dans une discipline sportive et un excellent dossier scolaire sont des préalables indispensables pour tout élève envisageant ces cursus.
Malgré tout, les voies d'accès les plus courantes restent la filière STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives) à l'université et le BP JEPS (Brevet professionnel Jeunesse, Education populaire et Sport), qui remplace l'ancien BEES.
Les STAPS concilient de nombreuses unités d'enseignement scientifique avec quelques modules pratiques d'activités sportives. De nombreux étudiants pensent que cette filière est plus facile que les autres, mais les enseignements sportifs ne comptent que pour une partie minime du diplôme. Mieux vaut surtout avoir un solide bagage en sciences et être aussi motivé en salle de classe que sur un stade.
Pour ce qui est du BP JEPS, il se prépare généralement sous forme de stages de formation. Là encore, il y a une partie théorique (anatomie, physiologie…) mais, cette fois, vous vous spécialiserez dans une discipline particulière. Cette qualification est nécessaire pour enseigner une activité sportive.