Vous recherchez...

Dossier : Les métiers des dessous

Les métiers des dessous

 

La France serait le pays où l’on dépense le plus pour de la lingerie. Depuis l’idée originale, en passant par la réalisation du prototype et jusqu’à la vente du produit fini, le cheminement est long et parsemé d’étapes cruciales ! L4M vous fait découvrir les métiers qui se cachent derrière vos plus belles pièces de lingerie.

Du dessin au prototype

Au commencement, il y avait une idée. Une idée qui germe et qui mûrit pour être enfin couchée sur le papier, sous la forme d’un dessin. Cette partie de la création, son origine, même, c’est le travail du styliste. La spécialisation dans le domaine particulier de la lingerie se fait au cours de son cursus. Cette spécialité est accessible par exemple, en troisième année du cursus Stylisme et Modélisme de l’école ESMOD (dont une antenne se trouve à Roubaix). Au styliste ensuite de créer, pièce par pièce une collection cohérente, autour d’un thème, d’un tissu, d’une saison, d’une matière… Son imagination est sa seule limite!

Le passage de la 2D à la 3D se fait grâce au travail minutieux et technique du modéliste ! Cette personne va littéralement donner vie au dessin du styliste, en élaborant le patron qui permettra la réalisation de la pièce. Enfin, pour monter les pièces du vêtement, la mécanicienne au modèle corseterie fera un travail tout aussi exigeant. Cette profession est accessible après une formation (par exemple celle du GRETA de l’Académie de Paris).

Du prototype à la production

De concert, le styliste et le modéliste verront ensemble les ajustements à faire pour permettre la mise en production du produit fini : retouches, tissus, essais… Tout un processus est mis en route pour atteindre la perfection ! On pourra alors faire appel à des designers textiles pour créer les tissus idéaux. Durant ce processus créatif, brodeurs ou dentelliers pourront être sollicités.

Une fois que la collection est validée, il est temps de la mettre en production. Pour cela, les talents des mécaniciens en confection et des bonnetiers peuvent s’avérer indispensables.
Le bonnetier conduit et surveille les machines de production de tissus (dentelle, tuftage, tissage…). Le mécanicien en confection, lui, assemble les différentes pièces qui composent un vêtement, à l’aide de sa machine à coudre.

En parallèle, une bonne campagne publicitaire peut être mise en place pour promouvoir les pièces les plus glamour : un photographe et des modèles spécialisés dans la lingerie pourront être appelés pour un shooting dont les plus beaux clichés serviront à la campagne de publicité. Les métiers du marketing et de la communication, comme chef de produit, concepteur-rédacteur et directeur artistique peuvent se spécialiser dans le secteur de la lingerie.

De la production à la vente

Une fois la production bien entamée, il faut constituer des stocks pour pouvoir ensuite alimenter toutes les antennes de distribution. Le gestionnaire des stocks prévoit le bon acheminement de la marchandise vers les points de vente. Une fois les articles réceptionnés en boutique, il faudra donc les étiqueter, les ranger, les mettre en rayon… Et les vendre !

Toutes ces missions sont celles des vendeuses. La qualité de leurs conseils et de leur accompagnement des clients doivent se reposer sur des bonnes connaissances de la morphologie, mais aussi du produit qu’elles proposent ! Un bon contact avec la clientèle et les qualités sociales d’une personne font souvent toute la différence.

Avec cet éventail de possibilités, le secteur de la lingerie a encore de très beaux jours devant lui !