Vous recherchez...

Dossier : Les jobs d'été à l'étranger

Les jobs d'été à l'étranger

Jobs d'été : Cap sur l'étranger !

La période des vacances d'été semble toujours trop courte et nos projets s'y sentent souvent à l'étroit : voyager ? travailler ? se perfectionner ? Vous n'aurez pas à faire face à ce choix difficile si votre prochain job d'été dépasse les frontières de l'Hexagone.

Petit boulot… en VO

A l'heure où les CV affichant une ouverture à l'international ont de plus en plus la côte, toute occasion de passer quelques mois à l'étranger est bonne à saisir. Depuis plusieurs années maintenant, une nouvelle tendance prend forme et les jeunes Français sont de plus en plus nombreux à se tourner vers les pays alentours pour trouver un job d'été.

Les opportunités sont nombreuses. L'hôtellerie et la restauration sont des domaines particulièrement friands d'employés saisonniers maîtrisant une langue étrangère. De même pour les secteurs de l'animation et du tourisme.
Des opportunités sont également offertes dans le télémarketing. De nombreux groupes sont délocalisés à l'étranger et peuvent proposer des postes de courte durée. Pour ces emplois, on n'exigera pas de vous un bilinguisme parfait, les appels étant souvent dirigés vers les pays francophones.

Si le grand air vous attire, pensez aux récoltes et aux cueillettes. Les bras sont toujours les bienvenus dans les exploitations agricoles. L'Australie notamment est l'un des plus grands employeurs dans ce domaine. Vous pourrez ainsi tester certaines activités plutôt exotiques, comme la récolte des kiwis ou la tonte des moutons.

D'une pierre, trois coups

Evidement, l'avantage majeur des jobs saisonniers à l'étranger est d'améliorer son niveau en langues étrangères.
C'est d'autant plus vrai qu'à l'inverse d'un simple périple touristique, vous serez obligés d'utiliser la langue dans un contexte professionnel.
Cependant, même si vous décidez de partir pour améliorer votre niveau, ne vous dirigez pas vers un pays dont la langue vous est totalement inconnue. Cela vous permettra, non seulement, de trouver plus facilement un poste, mais surtout vous vous épargnerez certains désagréments pratiques dans vos démarches quotidiennes.

En travaillant à l'étranger, vous gagnerez également en expérience. Comme pour tout job d'été, cette expérience de terrain pourra étoffer votre CV. Parfois, avec de la chance et de la ténacité, vous parviendrez même à décrocher un poste qualifié, relatif à votre niveau d'étude. Vous pouvez très bien devenir manager dans une centrale d'appels délocalisée, ou obtenir une place d'adjoint administratif. Ces expériences, valorisantes et formatrices, peuvent constituer les jalons de votre future carrière.

Travailler est souvent une nécessité. Mais, en même temps, l'envie de profiter de son temps libre pour voyager vient nous titiller. En trouvant un poste dans un autre pays, vous pouvez concilier les deux. En quelque sorte, allier l'utile à l'agréable. C'est également une manière particulièrement intéressante de découvrir un pays, en étant immergé dans sa réalité quotidienne. Ce qui ne vous empêche pas de vous livrer à des activités plus touristiques pendant votre temps libre. Voir du pays, travailler et améliorer son niveau de langue… Que demander de plus ?

Un départ, ça se prépare !

Pour partir, plusieurs solutions s'offrent à vous. Celle que vous choisirez dépendra à la fois de vos moyens, mais surtout de votre tempérament.
De nombreuses agences proposent, moyennant finances, de vous fournir poste et logement. Les démarches sont donc facilitées et vous pourrez partir l'esprit libre. Cependant, votre portefeuille, lui aussi, se sentira plus léger. En effet, il faut compter entre 800 et 2 000 € pour un placement. D'où l'intérêt de bien se renseigner sur l'organisme avant de signer un quelconque engagement.
Dans le même ordre d'idées, mais pour un prix beaucoup plus abordable, certaines associations, comme le club TELI, fournissent une aide à ce type de mobilité estivale. Vous ne payez que les frais d'adhésion et avez accès à l'ensemble des offres proposées.

Pour les plus téméraires, partir à l'aventure reste une solution. Solidement armés de votre courage, sac à dos à l'épaule et CV en main, vous pouvez démarcher pubs et magasins sur place. Pour cela, il vaut mieux prévoir un peu d'argent, le temps de trouver votre futur emploi. Cette option périlleuse est, si elle porte ses fruits, la plus rentable. A réserver cependant aux plus débrouillards !

Sachez, pour finir, que si vous désirez travailler hors Union Européenne, un VISA de travail vous sera nécessaire. De même si vous souhaitez prolonger votre immersion plus de trois mois dans un pays de l'UE. Pour toutes les démarches relatives à l'obtention du VISA, renseignez-vous auprès de l'ambassade du pays concerné.
Enfin, vous aurez à vous munir de la Carte européenne d'assurance maladie. Si vous voyagez hors UE, rapprochez-vous de votre caisse d'assurance afin de connaître le régime de sécurité sociale du pays dans lequel vous vous rendez.
Quelques formalités administratives qui pourront vous éviter bien des déconvenues sur place.


M.I.