Annuler

Métier : Contrôleur·euse aérien·ne

Devenir Contrôleur·euse aérien·ne (formation, salaire...)

01 juillet

Appelé·e aussi aiguilleur·euse du ciel, il ou elle assure la sécurité et la fluidité du trafic aérien.

Contrôleur·euse aérien·ne

Définition générale :

Appelé·e aussi aiguilleur·euse du ciel, il ou elle assure la sécurité et la fluidité du trafic aérien.

Compétences nécessaires :

- Parler anglais couramment,
- Savoir gérer et organiser le trafic aérien,
- Guider le pilote en cas de problème.

Activités :

Depuis la tour de contrôle, le·a contrôleur·euse aérien·ne gère et surveille les décollages et les atterrissages des avions, les survols de l'aéroport et des espaces limitrophes. Il ou elle donne des instructions très précises à chaque pilote pour rouler, décoller, atterrir. Il ou elle indique l'altitude à prendre et contrôle les avions pendant toutes les phases de mouvement au sol et en vol. Il ou elle fournit aux pilotes toutes les indications nécessaires.

Qualités :

- Analyse et anticipe les situations,
- Être en mesure de réagir et de prendre des décisions avec une extrême rapidité,
- Être en parfaite condition physique et nerveuse.

Formation recommandée :

Elle est dispensée à l'ENAC (École nationale de l'aviation civile). Pour se présenter au concours d'admission il faut être reconnu apte physiquement, être âgé de moins de 27 ans et justifier d'un diplôme scientifique de niveau minimum bac +2 (L2, BTS, BUT, classes prépa). Beaucoup de candidat·e·s possèdent un niveau supérieur. La formation des ingénieurs du contrôle de la navigation aérienne (ICNA) dure trois ans.

Salaire :

En début de carrière, le salaire mensuel brut est de l'ordre de 2 400 € mais il atteint 4 916 € primes et indemnités non comprises après 10 ans d'expérience.

Environnement :

Dans la tour de contrôle des aéroports mais près de la moitié des aiguilleurs du ciel exercent dans des centres de contrôle en route.

Contrôleur·euse aérien·ne