Vous recherchez...

Interview : Maquettiste

Maquettiste

 

Des études dans l’architecture lui ont fait découvrir le monde des maquettes. Après une formation dans une école spécialisée, Gaëtan trouve directement du travail à l’Agence Cub à Lille. Agence qu’il reprendra, 6 ans plus tard !

Gaëtan, comment passez-vous d’un support en 2D à une maquette en trois dimensions ?

Tout d’abord, chaque client a une demande spécifique. C’est lui qui nous fournit les plans qui nous permettent de travailler. Que ce soit un bâtiment, des plans techniques industriels, nous ne créons pas le projet, nous le reproduisons.
Cela signifie que l’on va étudier les dimensions de la future maquette ainsi que la faisabilité du projet, chiffrer un coût et lancer la fabrication. C’est pour cela que nous devons avoir des plans très détaillés comme base de travail.
Nous allons donc redessiner les pièces qui composent la maquette finale, comme un puzzle, puis les assembler pour obtenir un projet en 3 dimensions.

Quel a été le plus gros projet qui vous ait été confié ?

La Cour de Justice Européenne au Luxembourg ! Nous avions récupéré une maquette existante, gardé un seul bâtiment et le reste a été entièrement reconstruit. C’est une maquette qui fait plus de 3 mètres de long et qui représente 3 mois de travail (contre 4 à 5 semaines en moyenne pour d’autres projets). Elle est visible à l’intérieur du Palais de Justice.

Quel est l’impact des nouvelles technologies sur votre métier ?

L’impression 3D nous aide beaucoup ! On peut fabriquer de nouvelles choses, des éléments plus complexes. Par ailleurs, c’est également un point positif concernant les plans que nous recevons ! Déjà adaptés, il est plus rare d’avoir des erreurs. Et puis il y a la réalité augmentée aussi ! Elle permet de visualiser des éléments animés en 3 dimensions directement sur tablette, ou avec des lunettes adaptées. Ces éléments peuvent aussi donner des informations supplémentaires !

Selon vous, quelles sont les qualités indispensables pour exercer ce métier ?

De la rigueur, beaucoup de rigueur, être manuel, avoir une bonne vision des volumes. Parce qu’à partir de plans, il faut savoir imaginer comment peuvent s’agencer les différentes pièces pour mettre ensuite le projet en 3D.

Enfin, quel est l’aspect de votre métier que vous préférez ?

La livraison ! Quand le client voit enfin son projet. En tant que maquettiste, nous sommes toujours en début de projet. Rendre ce projet un peu plus concret par le biais de la maquette et avoir un retour client sur son travail, c’est ce qui motive le plus.

Un projet ? Contactez Gaëtan à l’Agence Cub Lille : http://www.agence-cub.com/