Vous recherchez...

Interview : Architecte-paysagiste

Quel cursus scolaire avez-vous suivi pour pratiquer cette profession ?

Après un Bac S en langue et culture régionale, j'ai choisi le BTSA Aménagement Paysager en 2 ans. Je voulais ensuite continuer en école supérieure, c'est pourquoi il m'a fallu faire une année de préparation en lycée horticole pour passer le concours.
C'est ainsi que j'ai intégré l'ENSP (Ecole Nationale Supérieur de Paysagiste), qui valide en quatre ans un DPLG architecte paysager.

Avez-vous effectué des stages dans le cadre de vos études ?

Non, les cours sont d'ailleurs à mon sens trop théoriques, il m'a fallu apprendre tout le côté pratique en entrant dans la profession.Je travaille depuis trois ans et il me faudra encore deux autres années pour avoir les connaissances fondamentales. De plus, avec l'arrivée des nouveaux matériaux et l'avancée technologique, nous sommes en continuelle formation.

Pensez-vous que c'est une limite pour l'entrée des jeunes sur le marché du travail ?

Oui certainement, personnellement cela fait trois ans que je travaille et il me faudra encore deux ans pour apprendre l'essentiel. C'est aussi, je pense, aux jeunes de se former et de s'informer…

Avez-vous des conseils à leur donner pour faire face à ce manque ?

Les stages peuvent être un plus. De nombreux jeunes travaillent à mi-temps pendant leur formation pour se rémunérer et enrichir leur expérience. Il faut que l'étudiant se renseigne par lui-même sur la profession, les débouchés, les pratiques utilisées…
Il faut savoir que la profession d'architecte paysagiste est un monde assez clos et un peu à part. Il faut donc pouvoir y entrer par ses propres moyens.
C'est par les informations qui circulent, qu'on peut s'informer des possibilités de stage et d'embauche.
Je conseillerais aux jeunes qui veulent être architecte paysagiste, de s'installer à leur propre compte. En effet, le travail est alors plus intéressant et la rémunération d'un salarié n'évolue pas très rapidement à cause de la faible échelle hiérarchique. D'ailleurs la plupart des architectes paysagistes finissent par créer leur propre entreprise.

Qu'est ce qui vous plaît et pourquoi avoir choisi ce métier ?

J'aime les professions indépendantes, c'est en particulier pour cela que j'ai choisi d'être paysagiste DPLG. Le travail n'est pas lassant, chaque projet est différent, tous possèdent un challenge et des difficultés qui lui sont propres (budget, précision…).

Quelles sont d'après vous les qualités indispensables pour exercer cette profession ?

Il faut être disponible car nous travaillons entre 35 et 70 heures par semaine, être rigoureux, persévérant, observateur et passionné car nous sommes toujours confrontés à de nouvelles difficultés.

Comment voyez-vous l'avenir de la profession ?

Je ne pense pas que l'ouverture des frontières change quelque chose, puisque la profession est déjà représentée dans tous les pays.
Je pense que notre profession n'a pas de soucis à se faire car la transformation des villes et des espaces urbains nous assure du travail pour des années.

Quel est le salaire moyen d'un débutant ?

Nous gagnons environ 1 400 € par mois au début, il faut compter 1 500 € après quelques années, l'évolution est relativement lente.
C.S.

Voir aussi

Offres de formation