Interview : Etudiant Paysagiste

Vincent MIZERA (20 ans)

Tu as fait un bac STAE. En quoi consiste cette formation ?

STAE signifie Sciences et Technologies de l'Agronomie et de l'Environnement. C'est une filière technologique ; par conséquent, pour le bac, il y a une moyenne entre le contrôle continu (40%) et terminal (60%). Durant notre dernière année, nous devions choisir une option (production animale ou végétale). Elle dépend du métier qu'on souhaite exercer plus tard. Il y a de nombreuses possibilités : l'élevage, la production céréalière, le maraîchage … et l'aménagement paysager. De plus, c'est un bac professionnel puisqu'on a, au minimum, huit semaines de stage à effectuer.

Où as-tu effectué tes stages ?

J'en ai fait deux. Le premier dans une exploitation agricole à Marcq-en-Ostrevent. C'était un stage de découverte du milieu agricole. Je m'occupais de la traite des vaches, de labourer les champs… Le deuxième stage a eu lieu dans une serre horticole : la Serre Dambrine, à Sin le Noble. J'ai principalement travaillé sur la production des chrysanthèmes.

Qu'as-tu fait après ton bac ?

J'ai fait un BTS Aménagements Paysagers pendant deux ans à l'institut de Genech. Avant mes résultats d'examen, j'ai postulé à plusieurs licences professionnelles (Angers, Lille, Genech, Limoges). Au final, j'ai choisi de faire celle de Lille 3, en coordinateur de projet en aménagements paysagers. Elle se déroule sur trois sites : Tourcoing, Lesquin et Genech.

As-tu fait des stages après ton bac ?

Nous en avions uniquement en première année de BTS, durant 17 semaines. J'ai commencé mon stage pendant 6 semaines à Avenir Jardin, une entreprise d'espaces verts situé à Aniche. Je me suis occupé de l'entretien des parcs et jardins, de poser des clôtures… Etant donné que les missions proposées ne correspondaient pas à mes attentes, j'ai changé d'entreprise. Je voulais faire des réalisations concrètes et pas seulement tondre des pelouses ! J'ai trouvé un autre stage à D'Halluin Parcs et Jardins à Marcq-en-Ostrevent. Là, j'ai réalisé des jardins pour des particuliers et surtout des bassins aquatiques. C'était enfin du concret !
En licence, je dois également faire un stage. Cette fois-ci, j'ai cherché très tôt afin d'être sûr d'avoir un stage correspondant à mes attentes. A partir du mois d'avril, je serai à Atelier Numérique. C'est un bureau d'étude à Valenciennes où ils font des plans de jardins.

Au cours de tes stages, qu'as-tu appris ?

Avant d'intégrer un bureau d'études ou technique pour la réalisation, il faut avoir des bases. Sur le terrain, j'ai découvert la vie d'un chantier, ce qu'il y avait à faire, comment le faire… Ces éléments ne sont pas étudiés en cours. Dans un bureau d'études, il faut résoudre les problèmes, afin que la réalisation finale soit cohérente. Il faut également bien gérer les relations avec le client afin de pouvoir répondre à ses réelles attentes.

Concrètement, qu'apprends-tu en licence ?

Ma formation est un plus par rapport à mon BTS. Nous devons être professionnels alors que nous sommes encore étudiants, notamment pour la réalisation de travaux concrets, en relation avec des municipalités, comme celle de Lille ou de Seclin, par exemple. On se rapproche de notre futur métier. C'est pour cela que nous passons beaucoup de temps sur le terrain.
Elle me semble plus concrète même si je me demande toujours pourquoi j'ai certains cours comme psychologie ou sociologie. Côté travail personnel, nous avons plusieurs dossiers à faire, seul ou en groupe, comme des analyses de sites, l'histoire des jardins, des propositions de réaménagements d'espaces verts…

Quelles qualités faut-il pour être paysagiste ?

Je pense qu'il y en a quatre importantes. Tout d'abord, l'organisation et l'inventivité. L'aménagement paysagiste est un métier de créatif, mais il faut respecter les contraintes de temps, de taille… Ensuite, l'écoute. Les relations avec le client sont primordiales. Il faut être à son écoute pour répondre au mieux à ses attentes. Pour finir, l'ingéniosité. Il faut trouver des astuces pour mélanger harmonieusement les formes, les couleurs, le moderne et l'ancien.

Quelles sont tes perspectives d'avenir ?

Il y a deux types de travaux qui m'intéressent. Travailler dans un bureau d'étude, de conception paysagère ou en liaison avec les monuments historiques pour la restauration des parcs anciens. Par la suite, j'espère pouvoir créer mon propre cabinet d'architecte paysagiste.
S.M.

Voir aussi

Offres de formation