GROUPE CREDIT DU NORDCREDIT AGRICOLEmonabanq.CAISSE D'EPARGNE HAUTS DE FRANCEKelly

Dossier : Sécurité routière - des machines et des hommes

Sécurité routière - des machines et des hommes

 

Du piéton au poids lourd, du cavalier au TGV, tout moyen de locomotion est soumis à une réglementation qui encadre ses pratiques. Vitesse, code de la route, sécurité et bon entretien des véhicules, rien n'est laissé au hasard et tout est fait pour créer un trafic fluide.

Et surtout pour ne risquer la vie d’aucun usager.


Ces métiers qui éduquent et sensibilisent aux risques de la route

La Direction de la Sécurité et de la Circulation Routières (DSCR), dépendant de l’État, est un organisme chargé de la mise en place de campagnes de prévention et d'activités de sensibilisation dans les lieux publics ou via des campagnes de publicité sur le web ou dans les médias traditionnels. Son but est de véhiculer des messages incitant les automobilistes à la fois à la réflexion et à une modification de leurs comportements dangereux.

La législation concernant la circulation routière a quant à elle beaucoup évolué depuis la création du Code de la Route en 1921. L’État a dû s’adapter aux nouveautés techniques et à la diffusion de nouvelles technologies de toute nature : ceinture, téléphone, vitesse…

Dès l’école élémentaire, les élèves sont éduqués aux bonnes pratiques en tant que piéton, puis comme cycliste. Par la suite, ils peuvent passer différents certificats, pour être autorisés à rouler en cyclomoteur à partir de 14 ans, le Brevet de Sécurité Routière, par exemple. Puis ils peuvent à partir de 18 ans – 16 dans le cadre de la conduite accompagnée – commencer à manipuler une voiture pour passer le permis.

Des métiers sont dévolus à cette éducation. Il existe par exemple des professionnels de la sécurité routière dont la mission est d’animer des ateliers de sensibilisation pour les personnes ayant perdu une partie des points de leur permis de conduire par exemple. Et bien entendu, la formation à la conduite est assurée par les moniteurs d’auto-école et validée par les inspecteurs qui s’assurent des compétences et aptitudes de l’élève à la conduite.

Un corps sain dans un véhicule sain

De la même manière qu’un contrôle médical régulier est important pour l’Homme, un check-up complet d’une voiture est indispensable pour s’assurer de son bon fonctionnement et de l'absence de défaillance. Cette vérification, appelée contrôle technique, est obligatoire et inscrit dans l’article L323-1 du Code de la Route. Et mieux vaut l’effectuer sous peine d’une contravention pouvant aller jusque 750 € en cas de contrôle des forces de l'ordre.

Tout le monde ne peut pas établir ce diagnostic de votre véhicule. Le conducteur doit se rendre dans un centre de contrôle technique ayant reçu l’agrément de la préfecture. Ce professionnel vérifie les points importants du véhicule comme le freinage, la direction, l’éclairage ou encore les différents outils technologiques pouvant l’équiper.

Il est toutefois possible pour le propriétaire du véhicule d’effectuer lui-même quelques vérifications et changements relativement aisés. Si une défectuosité est relevée par le contrôleur technique, le véhicule devra aller en réparation pour ensuite revenir effectuer une contre-visite.

Les véhicules de plus en plus robotisés et sécurisés

Aujourd’hui, la plupart des véhicules produits sont équipés d’appareils technologiques, quelle que soit la marque. Qu’il s’agisse d’outils d’aide à la conduite ou de navigation, ces instruments sont à la fois présents pour assurer la sécurité du conducteur lorsqu’il conduit et faciliter son déplacement.

La situation a beaucoup évolué en ce qui concerne la mécanique automobile. Les nouveaux venus dans la profession ont appris à devenir à la fois des mécaniciens et des techniciens pour pouvoir s'occuper avec compétence de ces deux aspects en particulier. En plus de leurs outils traditionnels, ils disposent maintenant d'ordinateurs effectuant un check-up des appareils informatiques du véhicule pour s'assurer de leur bon fonctionnement.

La robotisation des machines aidant, les voitures tendent de plus en plus à s'automatiser. Certains véhicules sont déjà en circulation comme quelques modèles de Tesla Motors et ses véhicules électriques possédant un système de pilotage automatique. D'autres grandes entreprises, Google en tête, tentent de créer des voitures entièrement automatisées dans lesquels l'Homme ne sera qu'un passager. Concernant ce dernier exemple toutefois, le projet n'en est encore qu'à l'état de prototype.

La Commission Européenne a mis en place une série de normes de sécurité auxquelles tous les modèles de véhicule doivent être homologués pour pouvoir être vendus dans les pays appartenant à l'Union.

Faire cohabiter des piétons avec des véhicules de toutes tailles nécessite une législation, de la sensibilisation et des professionnels qui enseignent les bons usages de la route ou s'assurent que les véhicules n'ont aucun problème technique. Les ingénieurs, de leur côté, se penchent depuis quelques années sur l'automatisation progressive de la voiture pour aboutir à un véhicule pouvant conduire seul sans aucune aide humaine. Néanmoins, nous n'en sommes pas encore là…