Vous recherchez...

Dossier : La robotique : création ou destruction d'emploi ?

La robotique : création ou destruction d'emploi ?
En matière d'emploi, les progrès de la robotique sont généralement pointés du doigt. En effet, l'automatisation des chaînes de production a tendance à mettre des travailleurs humains sur la touche. Or, selon un rapport de la Fédération Internationale de la Robotique (IFR), les robots industriels auraient, au contraire, un impact positif sur l'emploi.

La robotisation est en marche

Tout le monde le sait, les robots sont de plus en plus présents dans notre vie quotidienne. Selon les estimations de l'IFR, il y a plus de 12 millions de robots dans le monde. En effet, les robots peuvent aujourd'hui être utilisés pour garder les enfants ou pour aider les personnes handicapées.

Mais les robots ne se contentent pas de nous aider, ils peuvent également travailler pour nous ! Après avoir remplacé l'homme dans certaines usines, notamment sur les chaînes de montage, les robots s'attaquent désormais à de nouveaux métiers.

  • Roomba est un robot femme de ménage déjà vendu à 4 millions d'exemplaires partout dans le monde. Son petit frère, Mahru-Z, un robot coréen humanoïde vient d'ailleurs d'être mis en vente. Ces deux robots détectent automatiquement quelles sont les différentes tâches ménagères à effectuer comme pendre le linge, faire la vaisselle ou encore mettre la table.
  • Robokiyu est le robot pompier de la ville de Tokyo. Comme n'importe quel pompier humain, il est capable d'aller chercher une victime dans les décombres par exemple, d'établir un premier pronostic vital et si nécessaire de lui prodiguer les premiers secours.
  • Dust Cart est un collecteur d'ordures entièrement automatisé actuellement testé en Italie. Il se déplace de maison en maison pour collecter les déchets du foyer et ce 24 heures sur 24 sur simple appel des riverains. Par ailleurs, certains modèles sont équipés de brosses pour nettoyer les rues et éventuellement jouer le rôle du balayeur.
  • EMILY est un robot bouée conçu pour aller chercher des victimes sur le point de se noyer. Dans le but d'assister les sauveteurs, il localise les personnes en détresse grâce à son sonar en détectant les mouvements anormaux des nageurs en difficulté.

Une valeur sûre sur le marché du travail

La robotique semble particulièrement bien placée pour créer un grand nombre d'emplois dans le futur. En effet, il ne faut surtout pas considérer que les robots remplacent les humains. Une étude menée par l'IFR démontre d'ailleurs l'impact positif des robots industriels sur l'emploi.

On peut notamment considérer que l'utilisation de robots soulage le travail des salariés puisqu'elle permet de ne pas effectuer les tâches les plus rébarbatives ou les plus pénibles mais également les plus dangereuses.

La robotique apparaît ainsi comme un moteur majeur pour la création d'emplois au niveau mondial. L'IFR chiffre d'ailleurs à 1 million le nombre de postes qui devraient être créés au cours des cinq prochaines années. Ces prévisions concernent en particulier l'électronique grand public, l'alimentaire ainsi que les énergies vertes (solaires et éoliennes).

De la même manière, comme l'indique l'IFR, « la robotique va faire des incursions dans les grandes industries de services, en particulier les soins de santé, où une population vieillissante aura besoin des services de soutien, pour lequel les fournisseurs de soins humains seront trop peu nombreux. Les robots vont également jouer un rôle important dans le transport et la fourniture de services à domicile. Les robots vont également contribuer à protéger les maisons et bureaux et surveiller l'environnement à la fois dans la routine et des opérations d'urgence. »

40 % des jeunes diplômés des écoles d'ingénieurs sont directement embauchés dans l'industrie, principalement chez les grands constructeurs et dans les PME de haute technologie. De la même manière, les ingénieurs en automatismes sont particulièrement recherchés dans tous les secteurs qui fabriquent des produits en continu, notamment dans l'automobile, l'aéronautique, la construction mécanique ou encore l'agroalimentaire.

Pour finir, il ne faut jamais perdre de vue qu'il faudra toujours des humains pour créer des robots, ne serait-ce que pour les entretenir. On part toujours de l'existant c'est-à-dire des hommes de terrain qui, eux, disposent des connaissances indispensables pour construire l'application.