Annuler

Dossier : LPPR : la réforme de la recherche

30 mai

La LPPR est une loi réformant la recherche en France depuis le 24 décembre 2020. Que met-elle en place afin de pallier la crise de la recherche en France ?

LPPR : la réforme de la recherche

Le 1er février 2019, le projet de loi LPPR (Loi de programmation de la recherche pour les années 2021 à 2030) est annoncé par le Premier ministre, Édouard Philippe. D’abord retardée à cause de la crise du Covid, elle est adoptée par le Parlement le 20 novembre 2020 et promulguée le 24 décembre 2020.

Que prévoit la loi LPPR ?

Cette loi veut redonner un second souffle au secteur de la recherche en lui permettant plus de moyen, plus de visibilité, mais aussi plus de temps. En effet, celle-ci prévoit un financement à hauteur de 25 milliards d’euros sur 10 ans (de 2021 à 2030) de manière progressive jusqu’en 2030 pour que le budget annuel passe de 15 à 20 milliards d’euros.

Cet investissement va bénéficier pour les appels à projet par un renforcement des moyens de l’Agence nationale de la recherche. En effet, le gouvernement a constaté que trop peu de projets sont acceptés (environ 16 %). Ainsi avec cette loi, le gouvernement espère un taux d’acceptation s’élevant à 30% afin de se rapprocher des standards européens.

De ce fait, par ce texte, le gouvernement veut accentuer la compétition entre les universités, les chercheurs mais aussi la logique de financement par appel à projet. Il prévoit aussi de se poser face au personnel de la recherche qui était contre le principe de “CDI de mission” et les “titularisations conditionnées” (dispositif qui prévoit que les chercheurs peuvent postuler pour obtenir un statut de titulaire une fois leur contrat fini).

une loi critiquée !

Cette loi est très contestée par le personnel de la recherche et la Commission permanente du Conseil national des universités demande la démission de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Frédérique Vidal. 

En effet, attendu de longue date afin de sauver le secteur de la recherche, cette loi déçoit la communauté scientifique française. Plusieurs critiques lui sont faites :

- Une peur qu’à cause de l’étalement des 25 milliards d’euros sur 10 ans d’un non-respect des engagements données par le quinquennat qui suit,

- Une orientation des financements qui fait craindre la naissance d’une recherche “sélective” et une disparition des financements des laboratoires, mais aussi de la liberté académique,

- Les recrutements qui pourraient faire exploser la précarité dans ce secteur, car un quart des effectifs est déjà non-permanents.

Le gouvernement se veut, quant à lui, optimiste dans le développement de ce secteur grâce à cette loi.

LPPR : la réforme de la recherche