Vous recherchez...

Dossier : Le statut de cadre

Le statut de cadre

Cadre : un statut entre mythe et réalité

Tout le monde connaît les cadres… du moins, de nom. La réalité est souvent bien éloignée de l'idée que l'on se fait de ces salariés à part. Responsabilités, temps de travail, retraites… Penchons-nous sur ce statut difficile à cerner.

Un statut hors du Code

Hormis quelques paragraphes spécifiques dans la jurisprudence, le statut de cadre ne trouve pas de réelle définition dans le Code du Travail mais cela ne veut pas dire pour autant qu'il est laissé à l'abandon. De nombreux paragraphes réglementent leurs conditions de travail, mais ils sont tous issus de la jurisprudence.
Le statut des cadres est en fait pris en charge par les conventions collectives de branches. Le rôle des conventions collectives est de ramener les dispositions générales du Code du travail à un secteur. Ainsi, il n'y a pas un mais bel et bien des statuts cadre.

On réduit souvent les cadres à leur rôle de manager. Dans les faits, ce n'est pas si simple. Il existe en fait trois types de cadres dont les fonctions et la manière de travailler peuvent être très différentes.
Le premier, le cadre dirigeant, est celui qui correspond le plus à l'image commune que l'on peut. C'est quelqu'un qui endosse de nombreuses responsabilités, assorties d'une véritable autonomie dans la mise en oeuvre de ses tâches. Véritable gestionnaire d'équipe, il dirige et doit prendre de nombreuses décisions.
Les cadres intégrés, eux, travaillent avec une équipe et leurs horaires se calquent sur ceux des employés du service. Dans la forme, ce sont donc des salariés comme les autres.Enfin, les cadres autonomes sont tous ceux qui n'appartiennent pas aux deux premières catégories et dont le temps de travail est régi par une convention individuelle de forfait qui peut s'exprimer en heures ou en jours.

En pratique, cadres autonomes et cadres intégrés n'ont pas toujours une mission d'encadrement. Leur rôle est plus souvent celui d'un spécialiste qui, par son expérience ou ses connaissances théoriques, va apporter une aide substantielle dans la mise en œuvres des stratégies.

Pour ce qui est du niveau d'études, aucun diplôme n'induit en soi le statut de cadre. Tout sera question d'opportunité et de chance à saisir. Néanmoins, une chose est sûre : au sortir de l'école, on ne devient pas cadre en dessous d'un niveau Bac +4.

Tu seras cadre, mon fils !

Même si le rôle des cadres a beaucoup évolué, il reste, pour beaucoup, un signe de reconnaissance sociale. Symbole de réussite et d'accomplissement professionnel, acquérir ce statut est encore aujourd'hui synonyme d'aboutissement, fruit d'une longue tradition datant de l'après-guerre où devenir cadre rimait bien souvent avec ascenseur social.

L'argument socio-culturel ne fait cependant pas tout. Des raisons plus objectives expliquent l'engouement toujours croissant pour ce statut à part. Parmi elles, le régime de retraite fait figure de point fort. Les cadres bénéficient d'une caisse de retraite particulière, l'Agirc (association générale des institutions de retraite de cadres), qui apporte un complément non négligeable aux pensions de base. Mais l'on récolte ce que l'on sème et ces avantages au moment de la retraite s'expliquent par des prélèvements plus importants sur les salaires, d'où le fait que la différence entre revenu brut et net est plus importante pour les cadres.
Leurs salaires expliquent également l'attrait qu'exerce ce statut. La rémunération est généralement plus élevée que pour les autres salariés. Cependant, quand on sait qu'un cadre peut atteindre une moyenne de 50 heures de travail par semaine, la différence de salaire une fois ramenée au taux horaire devient toute relative.

Même si les cadres, en contrepartie de leurs responsabilités, bénéficient de nombreux avantages, il n'y a pas de règle générale. Comme le statut, les indemnités de licenciement, les clauses de non concurrence ainsi que les modalités de formation sont régies par les convention collectives. Pour résumer, on pourrait dire qu'à chaque cadre correspondent un statut et un contrat de travail.

Enfin, durant les périodes de chômage ou d'inactivité, les cadres peuvent se tourner vers l'APEC (association pour l'emploi des cadres) ou les agences ANPE spécialisées dans l'emploi des cadres. Avec son propre régime de retraite, ses organismes d'aide à l'emploi et ses modalités d'embauche, le statut de cadre est définitivement un statut particulier dans le monde de l'entreprise.


M.I.