Vous recherchez...

Dossier : Vous avez le droit de garder le silence !

Vous avez le droit de garder le silence !

Vous êtes au courant, il est recommandé de bien préparer son entretien d'embauche. CV : prêt. Tenue vestimentaire : impeccable. Pitch pour la question « Parlez-moi de vous » : appris par cœur, débitable en 1 minute et 37 secondes. Poignée de main : vous l'avez testée sur vos amis, énergique mais pas écrasante. Sauf que. Ce sont des éléments dont vous avez connaissance. Parfois, il faut aussi anticiper l'imprévisible : imaginez que le recruteur vous pose une question interdite.

Il est compréhensible que le recruteur souhaite en savoir plus sur son potentiel futur collaborateur, mais il faut garder à l'esprit que l'entretien d'embauche a pour objectif de cerner les compétences professionnelles et de voir si elles correspondent aux missions exigées par le poste. Dans ce cadre, pas de place pour des informations sur la vie privée.

Quelles sont ces questions interdites ?

Ce sont les questions que le recruteur n'a tout bonnement pas le droit de vous poser. En général, elles sont relatives à la vie privée et ne concernent objectivement pas vos compétences pour le poste. Certaines sont franchement osées voire irrespectueuses, comme par exemple vous demander votre orientation sexuelle (de façon directe ou indirecte), votre religion ou votre état de santé. D'autres sont tout aussi interdites mais plus subtiles comme par exemple « Avez-vous ou voulez-vous des enfants ? » ou « Vous êtes de quelle origine ? ». De même, vos opinions politiques, votre appartenance à un syndicat ou vos antécédents judiciaires ne regardent que vous.

Que dit la loi ?

C'est l'article L1132-1 du Code du travail qui tente de définir la discrimination :
« Aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement ou de l'accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, (...) en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation ou identité sexuelle, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son nom de famille, de son lieu de résidence ou en raison de son état de santé ou de son handicap. »
Malheureusement, si vous pensez être victime d'une discrimination à l'embauche, difficile de le prouver. Par définition, le recruteur fait un choix, donc forcément subjectif. Cependant, il doit être en mesure de le justifier si un recours est déposé.

Concrètement, comment réagir ?

Il n'est pas évident de refuser de répondre à une question en situation d'entretien. Vous savez que votre avenir professionnel se joue, mais gardez en tête qu'une question interdite ne cache pas forcément de mauvaises intentions. D'ailleurs, tentez de les découvrir en posant une autre question. Par exemple, si le recruteur vous demande si vous avez des enfants, demandez-lui s'il cherche à avoir plus de détails sur votre disponibilité ou votre capacité à gérer vie familiale et vie professionnelle, et tentez de rassurer votre interlocuteur en donnant des exemples de gestion réussie. Si l'ambiance de l'entretien le permet, essayez de répondre avec humour. Le recruteur n'insistera peut-être pas, se rendant compte que vous esquivez la question avec classe. La troisième solution est faisable mais très risquée : mentir. Commencer une relation professionnelle par un mensonge ne présage en général rien de bon. Vous ne pourrez pas vous épanouir pleinement dans une entreprise dont vous ne partagez pas les valeurs... Sans parler d'une situation où votre mensonge serait tout simplement découvert !

Les questions déroutantes mais tout à fait légales

Parfois, le recruteur peut tenter de vous surprendre avec une question originale. Vous avez le droit de garder le silence, mais sachez que votre répartie fera la différence ! Parmi ces questions, on retrouve celles relatives à votre personnalité « Si vous étiez un super héros, lequel seriez-vous ? », « Quelle est votre couleur préférée ? », celles qui testent vos capacités logiques « 5 623 personnes participent à un tournoi. Combien de matchs doivent être joués pour trouver le gagnant ? », votre culture générale, « Comment sont fabriqués les M&M’s ? », « Quelle est la philosophie des arts martiaux ? » et celles qui sont tout simplement posées juste pour le plaisir : « Sur une échelle de 1 à 10, où vous situez-vous en terme de bizarrerie ? » ou notre préférée chez L4M « Racontez-moi une blague ! ».