Vous recherchez...

Dossier : La mobilité interne

La mobilité interne

Envie de redynamiser votre carrière ou simplement d'ouvrir vos perspectives à d'autres horizons ? Il n'est pas toujours facile d'envisager de quitter son entreprise. Aujourd'hui, elles sont de plus en plus nombreuses à accompagner et à encourager la mobilité interne. Parce que votre entreprise vous considère comme un bon élément, parce qu'elle fidélise ses collaborateurs, parce qu'elle est moderne, parce qu'au fond vous y êtes bien, et que partir représente un risque important, vous pouvez essayer de changer de métier, en interne.

Avant de vous lancer à cor et à cri dans une direction et d'annoncer votre réorientation dans toute l'entreprise, le plus important est de bien y réfléchir avant. Cela peut paraître évident, mais n'oublions pas que la perspective d'un changement, peut vous pousser à ne voir que les avantages de cette nouvelle carrière que vous allez commencer. Justement, évitez le piège et prenez du recul.

Qui dit nouvelle carrière, dit nouvel entourage. Vous changez d'environnement de travail (service, bureau, collègues) et de contacts professionnels. Êtes-vous prêt à reprendre les démarches de réseautage et une casquette de « débutant » dans votre nouvelle filière ? Bien entendu, votre expérience professionnelle est immuable. Elle existe, et elle vous donnera une crédibilité supplémentaire. Mais vous arrivez dans une nouvelle branche et vous avez des choses à apprendre.

Vous devez donc avant toute chose, faire mûrir votre projet et le rendre viable à moyen et long terme. Pour cela, n'hésitez pas à réaliser un bilan de compétences. Vous pourrez ainsi évaluer quelles sont les compétences professionnelles transférables sur un nouveau poste et tout simplement savoir où vous en êtes.

La mobilité interne nécessite également d'avoir une bonne connaissance de son entreprise. Quels sont ses besoins, les équipes et les opportunités à saisir. Si vous pensez vous reconvertir et que le service que vous convoitez est déjà plein à craquer, il serait peut-être judicieux de revoir votre projet ou de vous tourner finalement vers une autre entreprise. Quoi qu'il en soit, usez de diplomatie, et évitez de développer des rapports conflictuels avec des collaborateurs, même si vous ne travaillez pas avec eux. L'avenir vous amènera peut-être à les côtoyer !

Quand votre projet est fin prêt à être présenté, prenez rendez-vous avec votre manager. Il est à informer en premier, car c'est votre responsable le plus proche. Il appréciera votre honnêteté et vous donnera peut-être même des conseils pour optimiser les chances d'une issue favorable à votre demande. D'autre part, quand vous parlez de cette mobilité, tournez toujours vos arguments de façon positive.

Même si au fond de vous les motifs réels de cette demande sont la fatigue ou le climat plus qu'hostile du service, adoptez l'attitude du combattant : votre mobilité relève du défi personnel, vous souhaitez découvrir d'autres horizons, apprendre de nouvelles choses, rencontrer de nouvelles personnes, enrichir votre profil avec de nouvelles compétences... Mettez en avant l'aspect dynamique du challenge.

Montrez que vous vous projetez efficacement en connaissant bien le poste que vous souhaitez occuper : les missions, les qualités nécessaires (que vous possédez bien entendu).

Si votre entreprise valide votre demande, vous aurez alors plusieurs outils à votre disposition pour concrétiser votre projet : formation (CPF, congé sabbatique pour formation), coaching, accompagnement... Vous pourrez alors voguer vers votre prochain poste, en toute sérénité !