Vous recherchez...

Dossier : Travailler en mer

Travailler en mer
Cauchemar pour certains, rêve d’enfant pour d’autres, la mer a depuis toujours émerveillé l’homme par sa suprématie. Qu’il s’agisse de l’étudier, de profiter de ses ressources, il y a des milliers de façons de travailler dans le monde maritime. Moussaillons, L4M vous fait voguer sur ce domaine liquide.

« Pour vivre de la mer, il faut d’abord l’apprendre ». Les navigants ou gens de mer, exercent dans des filières comme le transport, la pêche ou la plaisance professionnelle. Ils assurent d’abord la direction et l’exploitation commerciale d’un navire. Pour le diriger, il faut tout un équipage formé aux techniques de navigation et au fonctionnement, à la gestion des machines. Aujourd’hui, on ne peut exercer à bord d’un navire quelconque sans posséder des certifications validées par de l’expérience.

Le transport maritime réunit les échanges du commerce international. On y retrouve des postes comme lieutenant de pont, capitaine ou pilote. Le chômage dans cette branche est nettement inférieur à la moyenne nationale en particulier pour les officiers. De nos jours, 12 500 navigants français, 3 000 étrangers et 8 500 personnels sédentaires travaillent pour le commerce maritime français.

De son côté, la pêche maritime est soumise aux aléas de la production et aux contraintes de l’environnement mais c’est également un univers autonome régi par ses valeurs. Selon les territoires, cette activité recouvre des pratiques différentes. Les zones de pêche présentent des situations variées d’après les espèces recherchées et impliquent des techniques différentes ou d’autres débouchés commerciaux. Pêcheur en mer vous amènera des côtes françaises de la Manche, de l’Atlantique, de la Méditerranée, de l’Outre-mer, jusqu’à l’Écosse, l’Irlande, l’Espagne, l’Afrique, dans l’océan Indien et même en Antarctique. Mais le travail en mer induit également des emplois à terre. Il y a environ trois emplois à terre, pour un pêcheur. Les activités sont liées au commerce ou à la transformation des produits de la mer comme les mareyeurs qui vendent le poisson en gros, les poissonniers et les employés de l’industrie agro-alimentaire.

Le métier de marin-pêcheur demande beaucoup de résistance, notamment physique mais il reste un poste de liberté, de responsabilité et de solidarité. C’est un secteur qui offre des postes et s’ouvre de plus en plus aux personnes hors du milieu maritime traditionnel. Des postes de mécanicien ou matelot sont à la clé mais embarquer comme marin-pêcheur suppose un minimum de compétences certifiées. Il existe pour cela le Certificat d’initiation nautique délivré après une formation d‘environ 8 semaines. Tout dépend du métier visé mais une formation reste le meilleur moyen d’y accéder.

Passionnés par les animaux marins, vous pouvez également dédier votre carrière aux cultures ou à l'élevage. Les cultures marines regroupent par exemple l’élevage de coquillages marins, de poissons de mer, d’algues ou de crustacés dans le but de préserver les ressources marines. Présents sur les littoraux, les éleveurs marins exercent en mer, sur des sites immergés ou découvrant à chaque marée mais aussi dans des bassins naturels à terre. Chacune de ses disciplines offre l’occasion de devenir chef d’exploitation ou ouvrier d’exploitation entre autres. De la production à la commercialisation, ce secteur porteur offre un large éventail de métiers d’aquaculteurs, du simple employé conchyliculteur au chef d’exploitation.

Les domaines de la recherche ou de la protection de l’environnement vous attirent plus et vous souhaitez le concilier avec votre amour de la mer ? C’est tout à fait possible. En travaillant pour des centres et des entreprises, ce secteur concerne les activités de la recherche publique ou privée, liées à la protection de l’environnement ou la gestion des espaces naturels. Pensez aux métiers d’océanologue, biologiste marin ou géologue de fonds sous-marins, qui étudient la mer dans ses moindres détails. Ces postes nécessitent cependant bien souvent des diplômes imposants comme des doctorats d’université ou des diplômes d’ingénieurs avec spécialisation.

La protection de l’environnement renvoie quant à elle aux emplois liés à la gestion du milieu naturel aquatique et du littoral. Bien que ce secteur suscite beaucoup d’engouement ces dernières années et qu’il existe de nombreuses formations dans ce domaine, peu d’emplois concernent exclusivement la préservation de ces espaces. Les employeurs sont souvent les collectivités territoriales, les parcs naturels régionaux ou les associations qui ont recourt à de nombreuses reprises aux contrats aidés. Le métier de garde-pêche peut être fait pour vous : entre 25 et 30 personnes sont recrutées chaque année en France. Pourquoi pas vous ?

Le domaine maritime ne s’arrête pas là et l’un des autres moyens majeurs de partir travailler sur les flots est la marine nationale ou armée de mer bien évidemment. Chaque année, ce sont près de 3 000 emplois qui sont en jeu. La marine propose tout autant de métiers différents que l’armée de terre. Le tourisme vous permettrait également d’avoir un poste sur l’eau mais dans tout autre genre. A vous de bien établir votre souhait premier si vous souhaitez travailler en mer : voulez-vous la protéger, l’étudier, pêchez ou travailler pour des croisières ?