Vous recherchez...

Dossier : Les métiers de l'immobilier

Les métiers de l'immobilier

Les métiers de l'immobilier

Demeures de caractère ou logements flambant neufs, l'immobilier est un secteur en perpétuel renouvellement. De la conception à la gestion, en passant par la transaction, ce ne sont pas les activités qui manquent dans ce milieu en plein foisonnement. Si la pierre vous attire, votre avenir professionnel se trouve certainement dans l'immobilier.

L'immobilier : une profusion de métiers

Avec plus de 320 000 professionnels, le secteur immobilier reprend son souffle après la crise des années 1990. Mais, entre temps, les métiers ont beaucoup évolué, au rythme du marché et des exigences de la clientèle. Exercer une profession immobilière ne s'improvise pas et, alors que c'était monnaie courante il y a encore quelques années, il est de plus en plus rare de se faire une place dans ce domaine d'activité sans diplôme spécialisé.

Si le milieu a su rester dynamique, c'est en partie grâce à la multitude de métiers qu'il comprend. Immédiatement, on pense à l'agent immobilier, mais il n'est que la partie la plus visible de l'iceberg. L'immobilier regroupe, en effet, bien plus de fonctions qu'on ne l'imagine de prime abord.Il s'agit en fait d'une véritable chaîne de métiers constituée, de trois grandes branches qui englobent l'ensemble du secteur. On trouve donc, au début de cette chaîne, les métiers de la production et de la promotion immobilière avec les architectes, les constructeurs et les monteurs de projets. Puis, vient l'étape de la transaction dont s'occupent notamment les agents immobiliers et les négociateurs. Enfin, ce sont tous les professionnels de la gestion qui interviennent : gestionnaires de parcs, administrateurs ou encore gérants de galerie marchande.

La clef de la réussite dans ce secteur : la disponibilité. Il faut en effet être capable de s'adapter aux différents interlocuteurs, aussi bien fournisseurs que clients, et s'accommoder de leurs emplois du temps. Les horaires décalés sont le lot quotidien des professionnels de l'immobilier pour qui il n'est pas rare de travailler le soir et le week-end.

De la polyvalence avant toute chose

Le métier se complexifie à mesure que le marché devient de plus en plus difficile à pénétrer pour les particuliers. Les clients devant faire face à une flambée des prix, ils attendent en retour un service irréprochable à tous points de vue. Pour cette raison, les agents immobiliers, tous comme les administrateurs de biens, deviennent de véritables couteaux suisses. Ils doivent à la fois connaître parfaitement les biens qu'ils proposent ou qu'ils gèrent, mais aussi être à la pointe des avancées techniques et des évolutions juridiques. Tout cela, bien sûr, en restant des commerciaux hors pairs, composant avec les exigences d'un marché difficile tout en étant proche des besoins de leurs clients.

Les professionnels de l'immobilier sont avant tout des hommes et des femmes de terrain. Ils n'hésitent pas à prospecter les secteurs prisés à la recherche de nouvelles affaires. Mais la pierre elle-même ne doit pas être leur unique centre d'intérêt. Être proche des gens, clients actuels ou potentiels, est une condition sine qua non du métier. Pour anticiper les mouvements de propriété, il leur faut se tenir au plus près des particuliers. Naissances, décès, mariages ou mutations sont autant de facteurs qui annoncent des besoins nouveaux auxquels il faudra qu'ils se tiennent prêts.

Cette mutation du secteur vers un service multi facettes explique l'intérêt que représentent les profils polyvalents. Pour débuter, le bac+2 minimum est de rigueur. Souvent, les cursus complémentaires en sciences juridiques ou en commerce sont particulièrement appréciés.

Cap sur la professionnalisation

Aujourd'hui, le secteur est particulièrement réglementé. Pour de nombreux métiers, comme les activités de transaction, de gestion ou de prestations touristique, la carte professionnelle est impérative pour exercer. Elle est délivrée par la préfecture selon conditions d'expériences ou de diplômes. Pour les nouvelles générations, impossible de se lancer sans diplôme. On voit donc fleurir les BTS professions immobilières, mais aussi les licences professionnelles ou les diplômes d'écoles spécialisées.Toutes ces formations incluent une part d'immersion professionnelle, soit par le biais de stage, soit grâce à un système d'alternance. C'est en étant confronté au milieu que s'apprennent les techniques de ventes, de gestions et les petits « trucs » qui ne peuvent être assimilés par les seuls cours théoriques.

Parallèlement, la part des cadres ne cesse d'augmenter dans ce secteur. Encore une fois, c'est la mutation de l'activité qui veut cela, en induisant une transformation des métiers vers des profils de gestionnaires globaux. Ils doivent être capables de mettre sur pieds des plans budgétaires, de manager des équipes, tout en restant des commerciaux. Aussi, les diplômés des écoles de commerce et les titulaires d'un troisième cycle en finances sont de plus en plus en vogue dans les agences.

Enfin, notons également que de nombreuses voies sont offertes sur le mode de la formation continue. L'immobilier accueille souvent des actifs en mal de reconversion, qui trouveront de quoi compléter leur cursus par des parcours en écoles ou à l'université.


M.I.