Vous recherchez...

Dossier : Les métiers de l'éducation canine

Les métiers de l'éducation canine

 

Une enquête Facco/TNS SOFRES fin 2014 a évalué le nombre de chiens domestiques à 7,3 millions. Si ce chiffre a connu une légère diminution au regard de son homologue félin, le chien connaît une popularité globalement stable. Gardien, simple animal de compagnie, parfois ami fidèle, l’animal peut être perçu de nombreuses manières et remplir plusieurs rôles.

 

Quelle place occupe le chien dans nos sociétés ?

 

« Meilleur ami de l’Homme ». On entend souvent cette expression éculée lorsque l’on parle du chien. C'est vrai qu’il s’agit de l’un des animaux dont la domestication est la plus ancienne : entre 33 000 et 12 000 ans, les sources divergent. Compagnon de chasse au départ, il devient par la suite un gardien et très vite un animal de compagnie.

Aujourd’hui, le chien est considéré par beaucoup comme un compagnon proche, voire un membre à part entière dans certaines familles. Les manières de l'éduquer ont évolué et sont passées de la coercition, la contrainte, à des méthodes plus douces, dites positives, qui passent par la récompense des actes corrects du chien et la répétition en cas d'erreur.

Nourriture adaptée aux spécificités des races et/ou de l'âge de l'animal, jouets, couchage de plus en plus confortable… Tout un commerce s'est développé autour du chien et de son bien-être. Et derrière celui-ci se cachent des personnes dont la profession est de réfléchir, développer et produire tous ces produits. Et bien entendu, c'est sans compter l'entretien et la toilette même du chien, exercice aujourd’hui confié à des professionnels.

Fini le temps où les chiens étaient de simples gardiens de maison, ils sont maintenant parfaitement intégrés à l'univers familial dans lequel ils occupent une place parfois centrale.

 

Au regard de la législation

 

Le Code rural encadre l'élevage et la Loi du 1er janvier 2016 le commerce d'animaux de compagnie, particulièrement les chiens et les chats. Ainsi, tous les animaux vendus doivent obligatoirement être vaccinés, pucés et âgés d'au moins huit semaines. Cette réglementation a été mise en place afin d'éviter les dérives de l'élevage et de la vente d'animaux dans des conditions parfois désastreuses pour eux.

Dans des cas bien précis, la possession de chiens peut être soumise à l'approbation de personnes assermentées sous la responsabilité d'un organisme officiel. Cette restriction concerne en particulier les chiens dits « d'attaque, de garde et de défense » et concerne des animaux comme les pitt-bulls, les mastifs ou encore les Rottweiler. Entre autres. Posséder ce type d'animal implique un permis obtenu après la réussite à un test d'aptitude. Pour plus d'informations : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F20759.

Le 28 janvier 2015, les animaux sont passés du statut de « biens meubles » à celui d'« êtres doués de sensibilité » dans le Code Civil, donc au regard de la loi. Pour la fondation 30 Millions d'Amis, à l'origine de la pétition qui a enclenché ce changement, cette réécriture du Code est synonyme d'une prise en compte du bien-être de l'animal.


Alors, éducation obligatoire ou non ?

 

Concrètement et en se plaçant d'un point de vue strictement législatif, l'éducation canine n'est pas obligatoire. Officiellement du moins, car si le chien aboie constamment, qu'il en attaque d'autres dans un espace public, le maître encourt des sanctions juridiques et/ou financières.

L'éducation du chien est un facteur important pour un bon développement de l'animal lui-même. Bien élevé, il saura de lui-même ce qu'il peut faire ou au contraire ce qui lui est interdit. Prendre le temps de lui faire assimiler le bon comportement évitera les punitions et d'autres actes qui peuvent perturber le chien.

Fini le temps des méthodes dites coercitives qui employaient la punition et les actes brutaux pour conditionner les chiens. L'instruction de l'animal a connu d'importantes évolutions ces dernières années et de nouveaux éléments entrent en ligne de compte dans ce processus :

  • On parle davantage d'éducation que de dressage,
  • Les méthodes employées sont désormais positives,
  • L'éducateur analyse le comportement du chien et prodigue des conseils en fonction de la relation qu'entretiennent maître et animal,
  • La psychologie et la personnalité du chien comptent beaucoup dans les méthodes d'éducation préconisées par le professionnel.

 

Des métiers-passion

 

Les professions qui touchent à l'univers canin sont le plus souvent exercées par des personnes passionnées par ces animaux. Et elles ont pour ambition d'apporter leur savoir pour le bien-être des chiens dont ils s'occupent.

Des exemples ? L'éleveur qui éduque ses chiots pour en faire de parfaits compagnons, ou encore le comportementaliste qui apporte son aide et ses conseils pour corriger le comportement d'un animal un peu turbulent…

Vocation ou reconversion professionnelle, ces praticiens sont souvent indépendants et ne comptent pas leurs heures pour pouvoir vivre de leur passion. Peu de vacances, pas vraiment de week-end de repos dans le cas de l'éleveur. Un problème peut malheureusement survenir n'importe quand.

Depuis des siècles, le chien occupe une place à part aux côtés de l'Homme. De collaborateur, il est vite devenu un compagnon proche et aimé, au point qu'il est devenu le centre de tout un univers qui lui est dédié.