Vous recherchez...

Dossier : Les métiers de l’éco-logis

Les métiers de l’éco-logis

Les métiers de l'éco-logis

La bio-construction, voilà un nom chic pour un mode de construction qui commence à faire de nombreux émules chez les architectes et professionnels du BTP. Les spécialistes du bâtiment ont compris que les matériaux utilisés dans la construction pouvaient allier respect de l'environnement et solidité tout en assurant les mêmes avantages au niveau de l'isolement et du confort thermique que les matériaux dit « traditionnels » comme le béton. La bio-construction possède un second grand avantage : permettre aux habitants de réaliser des économies d'énergie au quotidien, ce qui est bon pour le portefeuille mais aussi bon pour améliorer notre environnement. Nous examinons ensemble cette semaine, les métiers du bâtiment qui profitent de l'engouement pour l'écologie. Mais nous verrons aussi les formations spécifiques qui peuvent permettre une spécialisation dans ce domaine.

Les métiers dits « traditionnels » du bâtiment concernés

Cette tendance en France est influencée par l'avancée des pays nordiques européens en matière de respect de l'environnement et de recherche constante en respect de l'environnement.
Le premier chaînon important dans la création d'un bâtiment HQE (Haute Qualité Environnementale) est l'architecte, car c'est lui qui va définir tous les aspects à prendre. S'il se spécialise en bio-construction, il va devoir définir un certain nombre de paramètres qui rentrent dans une ligne directrice de création :

  • le choix de l'implantation du bâtiment sur le terrain
  • l'impact de la construction sur l'environnement
  • la valorisation des économies d'énergie (recours aux énergies renouvelables, solaires, bois...)
  • la gestion des ressources en eau et leur qualité (récupération des eaux pluviales)
  • la « biocompatibilité » des matériaux de construction sur la santé des personnes.

C'est surtout l'utilisation de matériaux plus sains qui va changer la donne et en cette matière les spécialistes rivalisent d'ingéniosité. Des matériaux sont redécouverts pour leur respect de la nature, comme la brique, la terre crue, le bois, la chaux. Ces anciennes méthodes de construction ont connu un véritable engouement ces dernières années. Revus de façon moderne ces matériaux sont destinés à remplacer le béton, la fibre de verre, l'amiante et tous les matériaux qui ne sont pas issus d'une utilisation simplifiée d'éléments naturels. Pour devenir architecte en bio-construction, avoir suivi un cursus classique en architecture et être DPLG (Diplômé Par Le Gouvernement) suffit, mais la spécialisation demande une pratique et une connaissance rigoureuse des matériaux bio. Des formations HQE de courte durée sont envisageables notamment au sein du GEPA (Groupe de l'Education Professionnelle des Architectes) et d'autres signataires de la charte des organismes de formation de l'association HQE . Pour en avoir la liste rendez-vous sur www.assohqe.org.

Des cabinets exclusivement dédiés à la bio-construction ont vu le jour notamment dans le Sud de la France, le style architectural des maisons de vacances se prêtant spécialement bien à ces matériaux parfois millénaires.

En dehors de l'architecte, ce sont tous les métiers de l'habitat qui sont concernés par la bio-construction : charpentier, décorateur, ébéniste, électricien, électricien, maçon, menuisier, peintre, plombier chauffagiste, etc.

Quels sont les nouveaux emplois que propose la bio-construction ?

La bio-construction propose de plus en plus des nouvelles structures à installer dans l'habitation pour réaliser des économies d'énergie, que ce soit des panneaux solaires ou encore des économisateurs d'eau, des récupérateurs d'eau de pluie. Ces structures nécessitent un savoir spécifique pour leur mise en place au sein des habitations. Il faut pour cela savoir faire un devis, donner des conseils et adapter la construction au lieu de vie des particuliers. Le rôle du commercial dans les entreprises spécialisées en bio-construction est central car c'est lui qui va gérer le devis des constructions en lien avec le client et avec le soucis de respecter son budget.

Comment se former ?

Des formations existent pour se spécialiser en conseil commercial de bio-construction. Cette spécificité permet de travailler dans les sociétés spécialisées en installations de panneaux solaires, récupérateurs d'eau de pluie ou récupérateurs thermiques. Le conseil et le devis nécessitent des connaissances particulières de tous les paramètres qui entrent en jeu dans l'intégration de ces structures au sein de l'habitat. Les technico-commerciaux sont de plus en plus recherchés et avoir une maîtrise de l'HQE peut être une valeur ajoutée. Le « BTS Technico commercial en apprentissage spécialisé Commercialisation des énergies renouvelables produits et service » peut être une bonne option, en sachant qu'il est loin d'être proposé dans toutes les villes car il s'adresse surtout aux secteurs géographiques qui connaissent une forte demande en matière HQE.

Des programmes plus courts permettent aux autres membres du personnel de se former au bilan énergétique d'un bâtiment, notamment pour les assistants à la maîtrise d'ouvrages, responsables de programme et leurs collaborateurs. Ces formations de quelques jours divisées en modules peuvent être intéressants. Pour plus de renseignements sur ces formations rendez vous sur http://www.formation-hqe.fr.