Vous recherchez...

Dossier : Les Métiers du cirques

Les Métiers du cirques

«Chaplin disait : Le cirque c'est 20 métiers à la fois, au service de 3 ou 4 émotions, qui ont pour effet de divertir les humains ».

Les métiers du cirque

Par ici, l'artiste ! Le spectacle vivant, c'est avant tout une histoire de troupe, un travail d'équipe… sur scène et en coulisse. Ici, pas de télé réalité qui vaille… pour percer sur les planches, sous le chapiteau ou l'archet, il faut de la ténacité et une volonté de fer. Ici, pas ou peu de postes permanents, même chez les techniciens : pour vivre de son métier, il faut sans cesse rechercher et enchaîner les contrats. Pas de demi mesure : pour s'épanouir dans les métiers du cirque, il faut avoir ça dans le sang. Mais que ce parcours du combattant ne vous décourage pas ! Ce sont des métiers absolument passionnants : si vous avez la vocation chevillée au corps, lancez-vous ! Et formez-vous. Car le talent ne suffit pas !

Les écoles de cirque

Libre et passionnée, la vie d'artiste semble bien séduisante. En témoigne le boom actuel des écoles de cirque. Les arts de la piste connaissent un tel engouement qu'ils pourraient devenir une discipline au Bac. Pourtant, derrière le rêve, la réalité est tout autre, marquée par le statut d'intermittent et la précarité de l'emploi. Sachez donc qu'avant d'arriver en haut de l'affiche, il faudra persévérer encore et toujours. Entre entraînement intensif, salaires peu élevés voire très aléatoires, vie en communauté et itinérance. Mieux vaut donc tester sa motivation avant de se lancer dans une formation. Les écoles ne sont pas nombreuses et la plupart n'enseignent pas le dressage d'animaux. Pour s'y inscrire, il faut réussir le concours d'entrée. Ensuite la formation n'est pas facile et peut durer plusieurs années. Les élèves suivent des cours d'acrobatie mais aussi de théâtre, de musique et de danse. Si les écoles préparatoires aux métiers des arts du cirque existent, la qualité des enseignements y est très inégale. Il est vivement conseillé de se renseigner auprès de la Fédération française des écoles de cirque, qui a lancé depuis quelques années une politique de contrôle et de labellisation des formations.

Les débouchés

Lorsqu'ils sortent de l'école, les élèves devenus des artistes choisissent d'entrer dans un cirque ou de créer leur propre troupe. Certains quittent le cirque pour exercer leur métier à l'extérieur : les clowns vont dans les hôpitaux distraire des enfants malades, les magiciens épatent en soirée les clients de restaurants, les acrobates font des cascades pour les besoins de films, etc. Le CNAC (Centre National des Arts du Cirque) mène depuis plusieurs années des enquêtes sur le devenir de ses anciens étudiants. 97 % exercent une activité artistique, et principalement dans le secteur du cirque (65 %). Les autres travaillent dans le secteur de la danse (15 %), du théâtre de rue (5 %), le secteur musical (5 %) et le music-hall/cabaret/opéra (3 %). Une grande majorité exerce leur art dans « le nouveau cirque », et une minorité dans le cirque de tradition. La moitié des artistes issus du CNAC créent de nouvelles compagnies, 38 % intègrent des compagnies existantes. Certains exercent en parallèle une responsabilité de pédagogue dans des écoles de loisirs, des écoles pré-professionnelles ou au CNAC.

Qui sont-ils ?

En plus des artistes, bien d'autres personnes travaillent au cirque : les monteurs qui installent et démontent le chapiteau, des techniciens qui se chargent de l'électricité et de l'éclairage, les mécaniciens pour les camions et les voitures, des personnes pour l'entretien de la ménagerie et des écuries, une secrétaire, un comptable…

Les Avant-courriers : organisent l'implantation du cirque, commandent la nourriture, la litière des animaux et collent les affiches. Puis arrive le convoi avec ses roulottes, ses cages et ses remorques.

Les Clowns : Personnages drôles et colorés qui donnent des spectacles aux cirques dans le but d'amuser les enfants avec leurs grimaces et leurs pirouettes. Et ne croyez pas que pour les clowns le travail soit facile ! Au contraire c'est l'activité qui demande le plus de travail : il faut savoir jongler, être souple et avoir de l'humour ! Les clowns doivent être à la fois comédien, acrobate et musicien.

Les Acrobates et Aériens : Equilibriste, trapéziste, funambule… sans oublier le contorsionnistes et le cycliste : l'acrobate de cirque a de nombreux visages. Acrobate, qui vient du mot grec : « qui marche sur les extrémités ». Il désignait autrefois les funambules. Un acrobate est un artiste qui exécute des exercices d'agilité, d'adresse ou de force, l'acrobatie au sol est le travail de base de tous les métiers du cirque.

Les Jongleurs : Il n'a pas un matériel encombrant. Il est d'ailleurs l'un des premiers à prendre la route et faire ses numéros. On jongle avec des balles, des épées, bâtons, grosses boules de coton, des anneaux, des quilles, des violons, torches enflammées et poignards. Le jonglage nécessite vitesse et souplesse.

Les Ecuyers : Sous le chapiteau, l'écuyer de cirque se livre à des numéros de dressage ou de voltige en cercle, alliant ainsi la gymnastique à l'équitation. Les écuyers sont des personnes faisant des exercices à cheval dans un cirque. Le cheval est à l'origine du cirque. Car si la piste mesure 13,50 mètres de diamètre c'est parce qu'elle permet un déplacement optimal au galop.

Les Magiciens : Nous connaissons tous David Copperfield. Il a fait disparaître la statue de la Liberté, est passé à travers la grande Muraille de Chine ou a emporté un spectateur dans les airs. Le métier de magicien consiste ainsi à faire croire aux spectateurs que l'incroyable est possible. Le cirque est une grande famille, on pourrait même dire « clan », car l'itinérance du métier exige de tout partager : vie professionnelle et personnelle.